Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

172 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 sept. 2022

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Non pas universel, mais « pluriversel »

Contre l'idéologie du développement, Plurivers présente des visions du monde et des pratiques radicalement différentes qui, de tous les continents, pointent vers des futurs écologiquement sages et socialement justes. (Gilles Fumey)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans le grand chambardement climatique si complexe avec des politiques dans le déni, le risque est grand de laisser-faire, laisser tomber, tant la tâche est colossale. Rien de tel pour ne pas perdre pied que d’avoir sous la main, non pas un livre épais dont le temps nous manque pour en venir à bout, mais un outil de connaissances qui classe, hiérarchise, trie, alerte sur l’essentiel. Plurivers. Un dictionnaire du post-développement présente plus de 100 articles sur les alternatives au processus dominant de développement mondialisé. Un « époustouflant dictionnaire de concepts régénérateurs » pour « les résistances collectives fabricant un monde pluriversel » selon le mot de l’anthropologue Barbara Glowczewski.

L’idée est de comprendre aussi ce qui s’est passé avec ce qu’on a mis en avant : le développement.  Wolfgang Sachs écrivait au moment du Sommet de la Terre en 1992 : « L’idée de développement se dresse comme une ruine dans le paysage intellectuel », une idée largement due à Ivan Illitch… Aujourd’hui, la nécrologie du « développement, ce mot plastique, creux, avec une signification positive » est à signer d’urgence, tant la « promesse » faite par Harry Truman en 1949, le premier à parler de régions « sous-développées » a été une « promesse » révolue depuis longtemps. « La vie quotidienne est, pour beaucoup, une question de survie plus souvent que de progrès ». Qu’il y ait eu des succès en certains lieux, nul ne le conteste, mais au prix de quelles inégalités, quels dommages environnementaux… Pour Sachs, il reste trois récits répondant à la peur de l’avenir : celui de la « forteresse » (le néonationalisme, tel celui qui sévit en Europe actuellement), celui du « mondialisme » (très en vogue hier)  et celui de la « solidarité » (toujours à recommencer).

L’outil Plurivers compte trois étapes : 1) Le développement et ses crises, tel qu’il est vu par des chercheurs appartenant à chaque continent ; 2) L’universalisation de la Terre avec les solutions réformistes ; 3) Le Plurivers des peuples et ses initiatives transformatrices, qui recueille différentes visions du monde, issues de communautés autochtones,  de quartiers urbains, de mouvements environnementaux, féministes, spirituels aspirant à la justice. Telle est la « diversité des points de vue sur le bien-être planétaire ».

La tâche est immense : mais les réponses sont riches, argumentées pour des solutions réformistes. Non pas seulement réduire la pauvreté dans le monde, comme le suggère l’ONU mais s’interroger sur ce qui la provoque et, selon les auteurs, une « mondialisation néolibérale très agressive » avec toujours en point de mire la « croissance », « l’économie verte ». La « durabilité » est une idéologie qui ne prend pas en compte « la violence étatique, les monopoles commerciaux, le néocolonialisme et les institutions patriarcales », qui ne pratique pas assez la démocratie directe, qui n’intègre pas « les limites biophysiques et l’adoption arbitraire du PIB comme indicateur », qui valorise le capital privé, la science et la technologie comme panacées, qui promeut un consumérisme illimité, qui bâtit « des architectures néolibérales de gouvernance globale reposant sur une gestion technocratique étatique et multilatérale ».

Plurivers pose, en face, des questions sur ce qui va mal dans la vie quotidienne, qui en est responsable, à quoi pourrait ressembler une vie meilleure et comment y parvenir. Le monde pluriversel marqué par une multitude de mondes cohabitants, de peuples vivant dans la dignité et la paix, surmontant les attitudes patriarcales, le racisme, où l’on réapprend à faire partie de la nature, en abandonnant le progrès pensé par la croissance. « Nous imaginons une confluence mondiale d’alternatives favorisant des stratégies de transition, y compris dans la vie quotidienne » en déconstruisant le développement.

L’économie – ou le secteur productif – ainsi appelé dans le Nord global est entrain de détruire ses propres fondations sociales et écologiques. De nombreuses femmes défient cet ethos du développement. Plurivers leur donne la parole dans de copieux articles comme écoféminisme, féminismes du Pacifique, nord-américains, caribéens, nouveaux matriarcats… D’autres pistes comme les violences faites aux enfants, aux animaux, comme l’extractivisme ont été remis dans leurs contextes.

Pour valoriser les « communs », Plurivers mène une large réflexion sur le sens de « communauté », y compris critique, « comme un objet inachevé » qui s’oppose à l’idée « occidentale d’un monde unique, connu de la science moderne seule et gouverné par sa propre cosmovision ».

Parmi les entrées multiples de Plurivers, on peut recommander « Développement – pour les 1% » de Vandana Shiva, ces mots terribles d’un chef de village du Pacifique « Les étrangers ont l’habitude de nous dire que nous devons changer », la remarquable critique du développement durable par le Norvégien Erik Gomez-Baggethun, l’éthique du canot de sauvetage. L’article « Génie reproductif » de Renate Klein rappelle que « la stratégie des industries du génie reproductif consiste à exploiter le désir d’avoir un enfant biologique et, plus récemment, à exploiter la peur des femmes d’êtres jugées indignes de se reproduire ».

Plurivers consacre des dizaines d’entrées à des initiatives dont on ne parle jamais et qui, pourtant, « transforment » le monde.  Connaissez-vous « agaciro » ? « agdals » ? la « biocivilisation » ? le « convivialisme » ? « l’écologie jaïne » ? « kametsa asaike » ? « kawsak sacha » ? « minobimaatisiiwin » ? « nayakrishi Andolon » ? les « ontologies marines » ? « prakritik swaraj » ? « sentipensar » ? « tikkou olam judaïque » ? « Ubuntu » ? Et s’il s’agit de « souveraineté énergétique », les auteurs espagnols et latino-américains qui rappellent l’émergence du concept en Amérique du Sud pour contester la privatisation des services de base par les sociétés transnationales, le font dans une toute autre perspective que celle des économistes.

Plurivers jette résolument son ancre dans le post-développement pour « empêcher la destruction du monde » (Hervé Kempf). Il nous ouvre les portes d’un autre monde possible, sans distinction de valeurs sur les concepts émergents des peuples aspirant à « une société en paix avec le cosmos et avec elle-même » (Kempf).

-------------

Plurivers, Ashish Kothari, Ariel Salleh, Arturo Escobar, Federico Demaria et Alberto Acosta (éds.), Ed. Wildproject, 2022, coll. Le monde qui vient, 508 p. 25 €

Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau