Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

155 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 juil. 2022

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Le meilleur des mondes enchantés de la grande distribution

Dans une étude de la Fondation Jean-Jaurès, Jérôme Fourquet et Raphaël Llorca chantent les louanges de la grande distribution qui se serait « mise systématiquement du côté du peuple ». Un constat énamouré dans une France défigurée par un consumérisme à l’américaine, qui a dévasté les entrées de ville et les centres de centaines de villes en France. (Gilles Fumey)

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On ne contestera pas le « maillage étroit du territoire français » des géants de la grande distribution. Dans leur rapport, les auteurs auraient pu signaler le rôle de la loi Sarkozy qui a permis à la GMS d’entrer à Paris intra muros à la faveur d’une suppression des autorisations d’installation pour les magasins de moins de 1000 m2 (l’équivalent d’un petit supermarché). Soit un passage, pour l’ensemble de la France, de 2 000 grandes et moyennes surfaces (GMS) en 1970 à plus de 12 000 en 2022 avec une destruction sans précédent, dans l’histoire, du commerce traditionnel.

Evoquer les sous-préfectures où la grande distribution est souvent le principal employeur (devant l’hôpital, forcément essoré par les différentes politiques restrictives depuis vingt ans), est-ce utile pour comprendre les comportements des acheteurs ? Qu’il y ait eu destruction du petit commerce artisanal, c’est un fait. Mais que dire de l’état d’esprit dans lequel les consommateurs arpentent les grandes surfaces ?

Car l’image de la GMS est très détériorée (lire par exemple certains commentaires des clients), abîmée comme celle des banques ou des opérateurs des télécoms. Y aller, est-ce pour autant adhérer à leur business quand on n’a plus d’autre choix, qu’on réside dans des lieux où l’urbanisme a été conçu pour le commerce de chaîne ? Ou quand un gouvernement tente d’amadouer les distributeurs qui se défendent de profiter de l’aubaine d’une guerre ?

Fourquet et Llorca se gardent bien de rappeler que le fameux maillage a été obtenu par des pratiques très douteuses, dénoncées par certains politiques courageux comme Michel Charasse (lire l’entretien donné dans Libération en 2013 et repris récemment sur notre blog). Parler de « génie entrepreneurial français recyclé dans la grande distribution » ne mange pas de pain, mais il faudrait insister – comme les auteurs le font sans s’attarder sur les mécanismes qui ont permis ces fortunes – sur la manière dont les distributeurs ont ponctionné les consommateurs pour se hisser dans le classement des grandes fortunes. Combien de générations d’étudiants d’écoles de commerce ont œuvré pour cette mutation d’une société de production (agricole et industrielle) à une société de consommation à l’américaine ? Alors qu’un président de la République vient d’appeler le jour de la fête nationale à la « sobriété »…

Voici donc le prophète Michel-Edouard Leclerc qui se fait le chantre du pouvoir d’achat des Français. Le même homme qui a laissé croire – avec d’autres – qu’il « casserait l’inflation »[1] et protégerait ce pouvoir d’achat. On voit le résultat aujourd’hui. Et que dire de la collusion entre les distributeurs et les médias, autant avec la presse locale en région qu’avec les quotidiens nationaux qui relaient des campagnes de presse pour le moins hasardeuses (voir affiches ci-contre) ? Elle est telle qu’aucun quotidien régional ne peut se permettre la moindre critique à l’égard d’un distributeur local qui inonde ses pages de publicité. La com’ se fait à grands renforts de formules magiques comme « adaptation à la crise », « souci du consommateur », « défense des prix bas », usant et abusant des images comme « tradition », « terroir », « produits locaux », « origine France », etc., sans qu’aucune critique puisse être formulée.

La com’ sur l’emploi – toujours chiffrée, y compris chez Fourquet et Llorca, où l’on se croirait revenu au temps des effectifs de la General Motors et de l’Armée rouge – l’emploi suffirait donc à absoudre la grande distribution de la misère qu’elle a semée dans les centres-villes dont l’Etat subventionne maintenant la restauration ? La qualité de ces emplois souvent dénoncée par l’insuffisance des salaires et les horaires décalés est, bien entendu, passée sous silence.

Un brin de sociologie pour séparer les « classes aisées » qui vont chez Biocoop des classes populaires chez Lidl ou Aldi ne dit rien des comportements – hors des pratiques moutonnières – de ceux qui cherchent des produits frais, de qualité, réellement locaux, voire bio par les canaux de distribution alternatifs. Qui a gagné, là, la "bataille de l’imaginaire" ? Qui montre que ces chantres du local que sont les Carrefour, Auchan, Intermarché, Leclerc et autres n’en sont réduits qu’à se disculper des approvisionnements en Andalousie ou aux Pays-Bas pour les légumes et les fruits, en Allemagne et Pologne pour la viande, voire les produits laitiers ? On a entendu un dirigeant de la marque « Reflets de France » se vanter un jour d’être « le plus gros vendeur de produits locaux en France » ! Bel aveu d’échec quand on sait comment se mènent les négociations qu’aucun gouvernement, qu’aucune loi n’a jamais pu encadrer depuis les années 1970 sans que les textes soient contournés, pervertis, vidés de leurs contenus ? Fourquet et Llorca ne s’inquiètent pas de la contre-publicité qui est faite chaque année au moment des négociations avec les fournisseurs, souvent encadrée par la justice, jusqu’au versement de copieuses amendes dénonçant des pratiques délétères. Le Canard enchaîné (27 juillet 2022, p.8) rappelle que les insinuations de M.-E. Leclerc sur les hausses des prix "suspectes et peu transparentes" n'ont pas convaincu les sénateurs dont il avait saisi la commission des Affaires économiques. Pire, ils "accusent entre les lignes les grandes surfaces de serrer le kiki à leurs fournisseurs".

Non, la France est un pays formidable, où les capitaines de la grande distribution nous seraient enviés dans le monde. Les Français s’agenouilleraient devant tant d’imagination, de générosité, devant la qualité des produits dont la chronique sanitaire et judiciaire ne désemplit pas, processionneraient avec délice dans des lieux climatisés, délaissant les églises, les manifestations syndicales et les bureaux de vote, gavés de ce « pain » et du « cirque » médiatique que les Romains avaient imaginé pour leur plèbe. En route pour le meilleur des mondes !

[1] En mars 2022 sur le Figaro, article introuvable aujourd’hui…

Pour en savoir plus :

Les petites misères de la grande distribution

Les Géants, de Le Clézio, Gallimard, 1973. Hyperpolis, la grande surface, est le prétexte pour Le Clézio à dénoncer ce monde inhumain qui nous dévore. Il le fait avec rage. Comme le précise le commentaire sur la couverture du livre, c’est un cri de révolte.

Pour nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/geographiesenmouvement/

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit