Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 nov. 2020

Comment nous dévorons la forêt tropicale

Nos modes de vie nous poussent à importer la dévastation de la forêt tropicale. Voici comment nous aussi, Européens, sommes responsables de cette crise environnementale en Amazonie, en Afrique et en Asie.

Géographies en mouvement
Manouk BORZAKIAN (Lausanne), Gilles FUMEY (Sorbonne Univ./CNRS). Renaud DUTERME (Arlon, Belgique), Nashidil ROUIAI (Université de Bordeaux).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue sur notre blog Géographies en mouvement qui était actif sur Liberation.fr jusqu’à ce 1er décembre 2020, au cours duquel nous rejoignons Médiapart. Notre idée de la géographie est bien celle d’une discipline scientifique mais nous voulons la sortir des laboratoires pour la rendre engagée et la sortir de sa posture de surplomb, de sa tour d’ivoire. Au risque de déplaire, d’être parfois partiaux, voire de se tromper mais de faire de la géographie une science vivante, parce qu’engagée. Pourquoi faire de jolies cartes ou de belles histoires sur les migrations des virus au Moyen-Age si ce n’est pas pour impliquer la géographie dans les débats contemporains ? Pourquoi des géographes européens écouteraient-ils de la musique congolaise chez eux sans s’interroger sur ce qui franchit les frontières et ce qui y résiste ? Pourquoi enseigneraient-ils la déforestation sans aller plus loin dans l’action ?

Notre premier post est consacré à la déforestation tropicale pour dire que nous sommes, en Europe et dans le reste du monde, en partie responsables de ce qui se passe au Brésil, en Indonésie, en République démocratique du Congo. Lorsque nous choisissons du poulet au restaurant, certains fromages ou certains bois, certaines marques de pneus, etc., nous dévorons des forêts, nous spolions des populations autochtones, nous polluons des rivières.

L’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a compté 178 millions d’hectares de forêt perdus dans le monde depuis 1990, avec un rythme de cette dévastation qui s’est un peu ralenti (2 millions d’hectares détruits par an depuis 2015, contre le double auparavant). Le modèle agricole dont la FNSEA est si fier est responsable de l’achat de 2 millions de tonnes de soja brésilien qui nourrit des volailles, des porcs, des poissons d’élevage et, pire, des vaches. Et sur la conscience des vertueux Européens, plane la responsabilité de la destruction d’un tiers (36%) de la forêt tropicale, à cause de ses achats de soja, huile de palme, cacao, viande de bœuf, cuir, caoutchouc, bois, pâte à papier.

La France s’était engagée en 2018 à mettre fin à cette politique environnementale de gribouille consistant à encourager l’élevage industriel, l’achat de bois tropicaux et de papier, de caoutchouc, d’huile de palme. Elle avait fait signer par plusieurs ministres un texte définissant la stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée (SNDI). Bilan des courses deux ans plus tard : presque rien. Bérangère Abba, secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité au ministère de la transition écologique reconnaît : « Ces deux dernières années, nous avons perdu un peu le rythme. Ce 18 novembre est un moment de remobilisation, nous rentrons dans le dur avec des annonces de nouveaux outils concrets (…). L’opinion a vu la déforestation entrer dans les foyers via les médias et il y a aujourd’hui une vraie prise de conscience du lien, bien documenté, entre la perturbation des écosystèmes et la pandémie »

Après ces belles paroles, la secrétaire d’Etat présente un guide pour les 130 000 acheteurs publics, leur offrant de quoi parvenir à l’objectif « zéro déforestation ». Ce n’est pas rien, si on sait que les collectivités publiques et locales comptent avec leurs approvisionnements pour 10% du PIB. Plate-forme, traçabilité, veille publique : tout est assuré par l’Etat. Les douanes fourniront des données anonymisées, ainsi que les satellites de l’institut de recherche indépendant Trase (Transparency for Sustainable Economies).

Le soja bientôt blacklisté ?

Comment se débarrasser du soja brésilien ? En le cultivant en France, répond le ministre de l’agriculture. Un plan pour les protéines végétales financé à hauteur de 100 millions d’euros est présenté d’ici la fin de l’année. Mais le plus difficile sera de convaincre les distributeurs de lutter aussi contre la déforestation en refusant les produits au soja. Comme pour l’huile de palme… Cela dit, où est le négoce, notamment Bunge et Cargill, gros importateurs ?

De son côté, la Commission de Bruxelles et le Parlement européen s’activent, ayant aux trousses près de 140 ONG qui ont lancé des consultations publiques qui risquent de peser. On ne luttera pas contre la déforestation sans bannir les produits agricoles venant de terres qui en sont issues. A  vos fourchettes !

Les forêts menacées par la déforestation

 Pour nous suivre sur Facebook: https://www.facebook.com/geographiesenmouvement

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid : Blanquer a annoncé le nouveau protocole des écoles depuis Ibiza
Les vacances de fin d’année du ministre, mis en cause pour sa gestion tardive de la crise sanitaire, suscitent depuis plusieurs jours des tensions au sein du gouvernement. Son entretien polémique au « Parisien », qui a suscité la colère des enseignants, a en réalité été réalisé depuis l’île des Baléares, a appris Mediapart. Ce qui avait été caché. 
par Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel

La sélection du Club

Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire