Georges-André
Psychologue en retraite - Photographe et Journaliste-citoyen - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture ....
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

4 Éditions

Billet de blog 1 mars 2022

Regarder cette guerre pour ce qu'elle est en cherchant une solution diplomatique

L'Europe après guerre, la fin de l'URSS sont mémoires à revisiter pour comprendre le présent de cette guerre "incroyable" en Ukraine. La responsabilité de Poutine est pleine et entière n'en déplaise à l'anti-américanisme dogmatique sous couvert d'OTAN. Elle minimise les responsabilités du chef de guerre Poutine malgré une nécessaire solution diplomatique, sans faiblesse dangereuse.

Georges-André
Psychologue en retraite - Photographe et Journaliste-citoyen - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture ....
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A la fin de la 2ème guerre mondiale

Les conférences et accords de Téhéran (1 décembre 1943), de Yalta (11 février 1945) puis après la fin de la guerre, de Postdam (2 août 1945) ont organisé la réorganisation de l'Europe après la défaite des puissances de l'Axe. L'URSS sortie non seulement vainqueur de la seconde guerre mondiale permettant d'oublier le pacte germano-soviétique, alliance de la Russie communiste et de l'Allemagne nazie, mais encore occupant une large partie de l'Europe centrale par l'Armée Rouge bien avant l'avancée des troupes anglo-américaines à l'ouest.

« La promesse d'élections libres dans les États européens libérés », conclusion de l'accord de Yalta n'a pas résisté à l'asservissement de la Pologne, de la Bulgarie, de la Tchécoslovaquie, de la Hongrie, de la Bulgarie, de la Roumanie, de l'Albanie, Lituanie, Estonie, Lettonie voulue par la Russie de Staline pour créer ce glacis d'états-tampons, de pays-frères asservis à la sauce soviétique, mirage tragique d'un monde heureux pour le peuple et sans lui (ex : le coup d'État de Prague du 25 février 1948).

La fin de l'URSS

La méthode guerre/occupation/annexion/gouvernements fantoches et aux ordres est la matrice de l'URSS. Après la chute du mur de Berlin, la fin de l'URSS grâce d'abord à l'intelligence de Mikhaïl Gorbatchev dans un moment historique décisif a rebattu les cartes. Le Russie n'a pas pu maintenir ses démocraties populaires emportées par une déferlante populaire. Avec l'accès à l'indépendance de 15 états non-russes, elle a réuni dix des ex-Républiques soviétiques dans la Communauté des Etats indépendants (CEI).

A la suite de la guerre d'Ossétie du Sud, la Géorgie amputée en est sortie en 2009.
L'Ukraine en est sortie en 2018. Poutine avait-il ce plan d'agression dès cette date ?

Le pacte de Varsovie avait vécu. L'Otan s'est maintenue et a intégré de nouveaux pays à l'est à leur demande comme l'Union européenne s'est élargie avec de nouveaux membres. Faute d'une politique de défense européenne au sein de l'UE, l'OTAN a perduré jusqu'à Trump qui voulait en geler le financement pour le laisser aux européens.

Dans l'horreur et le mépris une équivalence de sang

A l'invasion de l'Afghanistan et son cuisant échec, de l'Irak et la naissance de Daech sur ses décombres et maintes expéditions guerrières (Panama, Somalie...) répond la boucherie de Tchétchénie, une guerre épouvantable qui détruisit Grozny et installa le barbare Kadirof aujourd'hui en Ukraine, les crimes de guerre en Syrie au côté du dictateur Assad, les groupes Wagner de mercenaires sans contrôle qui mettent en couple réglée (pour le moment) Mali et Centre-Afrique, les empoisonnements à l'étranger, les assassinats des journalistes...

© Anna en 2005 sur Wikipedia

Qui se souvient encore d'Anna Politkovskaïa, journaliste russe et militante des droits de l'Homme tuée le 7 octobre 2006 à Moscou et tant d'autres meurtres et arrestations comme Navalny exilé, affaibli, après être sorti d'un empoisonnement poutinien. Poutine est ce dirigeant de Russie qui s'enrichit et enrichit les oligarques c'est-à-dire les mafias russes, qui, par répression policière sans faille refuse toute information et contestation en répondant par propagande et mensonges, arrestations, relégations ou disparitions.

Dans l'horreur et les prétextes mensongers, ces grandes puissances se valent, comme la troisième, avec chacune son scénario préférée pour arriver à leurs fins meurtrières. S'est-il senti humilié en 1993 comme Hitler le fut en 1918 ? L'humiliation ressentie n'est qu'un ressort, un prétexte, un poison qui donne l'excuse aux méga-dictateurs sanguinaires pour justifier toutes les barbaries. N'avons-nous pas toutes et tous ressenti·es dans nos vies des humiliations ? Sommes-nous devenues pour autant des monstres assoiffés de sang, de vengeance et de haine ?

Vladimir Poutine veut restaurer un empire russe dans des frontières élargies (sait-il lui-même jusqu'où aller, où s'arrêter, peut-être selon l'occasion qui lui sera laissé pour avaler plus encore) pour que la Russie redevienne cette grande puissance militaire crainte ou menaçante qui équilibrait en Europe la terreur dans la crainte du point final par l'apocalypse nucléaire. En ce sens il veut réorganiser l'Europe à sa périphérie non pour la sécurité de la Russie, prétexte à toutes les demandes mais pour exclure la menace d'une ceinture démocratique - même imparfaite on s'y fait - qui peut miner son pouvoir absolu. Il veut garder le pouvoir absolu, être craint et se rêve en leader mondial à l'égal des deux super-puissances. Peu importe le coût pour son peuple et l'économie de la Russie aux mains des gangs auquel participent ceux qui en Europe démocratique de l'Ouest ferment les yeux pour du profit qui n'a pas d'odeur surtout pas celle des morts et des asservi·es.

L'OTAN responsable quand Poutine massacre ?

Voilà que certain·es, aux deux extrêmes de l'échiquier politique qui se rejoignent trouvent que Poutine a des excuses et aurait été en quelque sorte, poussé à intervenir. : vous comprenez l'élargissement de l'OTAN... la promesse de ne pas élargir (non tenue mais aussi non écrite alors les promesses verbales...). Certes, certes …. Moi je n'ai aucune confiance en un dictateur de cet acabit pour respecter quelque promesse que ce soit, l'Histoire le dit assez, quand ce qui compte est le seul rapport de force obtenu par la guerre.

De là à faire de la guerre de Poutine la résultante de ces « raisons », c'est inverser promptement la responsabilité de cette agression meurtrière qui nous conduira on ne sait où. C'est un regard sur le passé qui pollue le présent et marque la persistance d'un anti-américanisme dogmatique et idéologique (garant verbalement d'un anti-capitalisme de principe) porté dès la fin de la guerre, dans les années 50 et 60 par le slogan « US Go home » piloté par le PCUS, ravivé par l'affaire des missiles de croisières Pershing/SS20 au milieu des années 80. C'est un dogmatisme qui minimise la responsabilité du dictateur russe et de fait atténue sa responsabilité dans les massacres passées et à venir. Bonjour pour les victimes.

L'OTAN aujourd'hui est remise en selle par Poutine qui la rapproche de ses frontières, beau résultat quand il voulait l'éloigner ! En l'absence d'une défense européenne assumée par les européens, dans la nouvelle configuration géostratégique qu'a ouvert cette guerre "incroyable" sur le sol européen, c'est encore malgré ses défauts et sa gouvernance US la seule possibilité de dissuader Poutine d'autres guerres un peu trop loin. Hélas ou pas c'est ainsi, quand aucun pays européen seul ne peut réaliser cette dissuasion.

Certes, comprendre comment nous en sommes arrivés là n'est ni mineur ni un détail mais attribuer la responsabilité de cette agression aux « occidentaux » en se nourrissant d'anti-américanisme bon marché quand cette agression, cette guerre déclenchée par la seule Russie n'est même pas terminée est indécent et obscène. A mes yeux, c'est la manifestation d'une impuissance ressentie face à cette tragédie qui nous secoue tou·tes profondément en invoquant des « explications » inopérantes pour la recherche d'une solution diplomatique sauf à vouloir répondre aux exigences de « dénazification et génocide » de Poutine qui ne se contentera plus de l'annexion acceptée de la seule Crimée et du Dombass « indépendant ».

Acculé ou Europe faible, Poutine est dangereux

Qu'il se sente acculé, Poutine est dangereux surtout dans cette phase d'avancée guerrière que menace l'escalade interne (en Ukraine) et externe (en Europe et armes non conventionnelle finales). Qu'il sente une faiblesse par abandon de l'Ukraine à son terrible sort ou par une diplomatie qui céderait devant ses exigences obtenues par la guerre, le rend tout autant dangereux. C'est entre ses deux récifs que doit naviguer une solution diplomatique au plus vite. Négocier est un vœu pieu quand l'agresseur veut gagner sa guerre et met le paquet. Pour mettre fin à cette guerre, à cette offensive avant qu'elle ne se transforme en guerre des partisans, il ne peut y avoir accord qui accepte l'annexion de la Crimée ni de Dombass indépendant même si un processus de paix dans la durée est nécessaire.

On ne remodèle plus les frontières par la force ou un accord de Postdam non respecté.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous