1er Mai unitaire coloré animé

Sous un ciel chargé et sombre, la manifestation unitaire, colorée et animée du 1er mai à Clermont-Ferrand a réuni au moins 3000 personnes à l'appel de la CGT, FO, Solidaires, FSU, UNEF : une bonne nouvelle dans un temps des plus inquiétant qui laisse à penser que, dans l'action, sans être forcément en accord sur tout, on est d'accord sur l'essentiel qui unit : social, solidarité, libertés.

Sous un ciel chargé et sombre, la manifestation unitaire du 1er mai* après un an d'interruption, a réuni au moins 3000 personnes à l'appel de la CGT, FO, Solidaires, FSU, UNEF. Elle a rassemblé bien d'autres organisations associatives ou politiques : Culture en danger63, LDH, ATTAC, AFPS63, Libre pensée, UCL, PCF, LFI, NPA, Lutte Ouvrière, Nouvelle Donne et d'autres.

Vous trouverez ci-dessous de larges extraits du tract appelant à cette manifestation qui résume bien le climat actuel fait de contentieux croissant, d'un divorce total avec ce pouvoir qui mène à l'abîme. Y en aura-t-il un qui pourra les entendre durablement à partir de 2022 ?

Le rassemblement dans et devant "La Comédie" occupée © Georges-André Photos
Cette manifestation toute en musique - c'est heureux - parfois en slogans - pas si nombreux -, a non seulement réuni un nombre important de manifestant·es mais aussi des organisations jamais ou exceptionnellement vu dans ces cortèges qui évoluent au fil du temps, emmenés par les professionnel.les de la Culture ; culture et professionnel·les qui se révèlent essentiel·les à donner des couleurs à la vie quotidienne et la vie tout court.
La manifestation en photos © Georges-André Photos
C'est aussi (est-ce seulement le port du gilet sans qui le GJ ne se reconnaît plus ?) le retour des Gilets Jaunes qui, somme toute, furent bien une cinquantaine avec cette couleur qui autrefois signifiait « trahison » alors que maintenant c'est le combat des sans-grades comme dirait Jean-Pierre Séraphin Flambeau (dans l'Aiglon) sans la couture sur le pantalon mais ici avec ce casque gaulois – ou simili – dont tout auvergnat se fait une idée (en tête), pour auvergnate, je ne sais.

Vidéo 1er mai - version courte - 4mn

Vidéo 1er mai version courte - 4mn © Georges-André Photos
En somme une bonne nouvelle qui laisse à penser que, dans l'action, sans être forcément en accord sur tout, on est d'accord sur l'essentiel qui unit : social, solidarité, libertés. Même chaque organisation a, à l'évidence, mobilisé davantage de manifestant·es ou militant·es que « d'habitude ». Un signe de prise de conscience d'être sur le même bateau avant de couler si on laisse faire ?

1er mai - version complète - 10mn

Vidéo 1er mai - version complète - 10mn © Georges-André Photos
Bref, on ne s'ennuie plus dans ces manifs colorées et animées si on veut bien se déplacer sans rester dans son cocon.

Lors de la manifestation, un groupe a indiqué que le commissaire Grégoire Chassaing, responsable de la charge sur les bords de Loire qui a précipité Steve Maia Caniço dans la Loire lors de la fête de la musique de juillet 2019 à Nantes, a été nommé au poste de numéro deux de la sécurité publique à Clermont-Ferrand, instruction pour homicide involontaire toujours en cours.

Une promotion © Georges-André Photos Une promotion © Georges-André Photos

Sur un échafaudage très haut (un monument en réfection) place de Jaude, une banderole a été déployée « Sortons les ordures ». Pas de tri sélectif de prévu semble-t-il. Une rumeur (est-ce bien une rumeur ?) a couru dans un coin de la place : la Bac présente s'apprêterait à appréhender les escaladeurs d’échafaudage... ceux censés en être sont partis et les autres, descendus sans problème.

Là-haut sur la ..sur l'échafaudage © Georges-André Photos Là-haut sur la ..sur l'échafaudage © Georges-André Photos

En fin de manifestation, place de Jaude, les interventions syndicales ont commencé sur le podium dressé. Au bout de la deuxième, la pluie, qui nous avait épargné jusque là, a commencé à tomber, goutte à goutte pour finir bien vite en pluie drue avant la teuf hard metal prévu.

Une intervention syndicale et une partie de la foule juste avant la pluie dense. © Georges-André Photos Une intervention syndicale et une partie de la foule juste avant la pluie dense. © Georges-André Photos

Ce 04-05, je reçois ce message et en informe aussitôt : "L’Union syndicale Solidaires Auvergne condamne l’agression injustifiable d’une policière en civil affectée à la surveillance de la manifestation intersyndicale du 1er mai à Clermont-Ferrand. Survenue en marge d’une manifestation pacifique, et effectuée par des individus n’appartenant à aucune des organisations syndicales organisatrices, cette agression ne peut que servir les ennemis du syndicalisme et des manifestations du monde du travail." Avec l'attaque du fourgon contre la CGT à Paris, il faudrait vraiment savoir qui sont ces provocateurs agressifs qui, à n'en pas douter, ne cherche qu'à semer le désordre et la violence !

* sauf CFDT toujours dans les choux, l'arme au pied. Triste évolution qui pèse lourd ! Sans signer la déclaration, elle pouvait manifester ...


Appel des syndicats CGT - FO - FSU - Solidaires - UNEF à manifester :

  • pour les droits sociaux et pour la défense des libertés !

Dans le monde, ces droits sont remis en cause, y compris en France... état d’urgence, loi sur la sécurité globale, décrets sur le fichage des militant·e·s, restrictions aux libertés de manifestation, de réunions, répression contre les militant·e·s syndicaux et syndicales… Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires et UNEF exigent l’abrogation de la loi sécurité globale, le retrait des décrets sur le fichage, la levée de l’état d’urgence et de toutes les mesures qui en sont la conséquence, l’arrêt de la répression contre les militant·e·s syndicaux et syndicales... soutiennent la mobilisation et les revendications des salarié·e·s du spectacle et de la culture.

A la boutonnière © Georges-André Photos A la boutonnière © Georges-André Photos

  • Pour la défense de l’hôpital public et de la Protection Sociale

La situation sanitaire est surtout la conséquence de la politique de destruction de l’hôpital public menée par les gouvernements successifs : 100 000 lits d’hôpitaux ont été supprimés en 20 ans ! Et le gouvernement poursuit cet objectif : malgré quelques avancées salariales, pour certain·e·s le volet du « Ségur de la Santé » concernant l’organisation du système de santé prévoit une nouvelle étape dans le démantèlement de l’hôpital public. Contre cette politique, [les organisations syndicales] soutiennent les revendications des personnels des hôpitaux, des EHPAD, des établissements médico-sociaux, de l’aide à domicile et des soins à la personne… : rétablissement des lits supprimés en particulier dans les services de réanimation, réouverture des services et des établissements fermés, recrutement des personnels nécessaires, amélioration des conditions de travail, attribution des 183 € à tou·te·s les « oublié·e·s » du Ségur ! Elles rappellent que [le déficit de la Sécurité Sociale] a été sciemment organisé par les différents gouvernements qui ont mis en place par les exonérations, l’asphyxie de la Sécurité sociale....Défense de la Sécurité sociale de 1945 financée par les cotisations.

La banderole de tête © Georges-André Photos La banderole de tête © Georges-André Photos

  • Pour la défense des services publics

le gouvernement poursuit le démantèlement des services publics. [Essentiels, ils sont] avant tout une richesse pour les citoyen·ne·s. Chacun·e peut ainsi accéder à la santé, l’éducation, aux infrastructures publiques, à la culture, etc… A hauteur de ses besoins. Leur fonctionnement relève d’un financement « socialisé. [les organisations] se prononcent pour le maintien et la réouverture des services publics de proximité : gares, bureaux de postes, trésoreries, établisse­ments scolaires, SDIS, … et exigent l’arrêt des suppressions de postes dans les 3 fonctions publiques et l’abandon de la réforme de transformation de la fonction publique. [Elles] exigent l’arrêt des fermetures de classes et de sections et le recrutement de tou·te·s les enseignant·e·s nécessaires, l’arrêt de la privatisation des Universités par la mise en place de la Loi de Programmation de la Recherche et des Etablissements Expérimentaux, ainsi qu’un investissement massif dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche.

Un sourire complice et joyeux © Georges-André Photos Un sourire complice et joyeux © Georges-André Photos
 

  • Pour l’augmentation générale des salaires, des pensions et des minima sociaux

Les salarié·e·s, du privé comme du public, subissent la politique de blocage des salaires qui contribue à diminuer le pouvoir d’achat... Le gouvernement n’hésite pas, dans la mise en oeuvre du plan de relance, à proposer des baisses de salaire en envisageant d’élargir encore les exonérations de cotisations sociales qui existent pour différents dispositifs tels que le congé de mobilité ou le congé de reclassement. CGT, FO, FSU, Solidaires et UNEF réclament l’augmentation générale de l’ensemble des salaires, à commencer par le SMIC, des grilles salariales, de la valeur du point d’indice dans la fonction publique, des pensions et des minimas sociaux. Elles revendiquent le maintien à 100 % du salaire en cas d’activité partielle.

De l'énergie à revendre (dit-on !), eux,c'est gartuit ! © Georges-André Photos De l'énergie à revendre (dit-on !), eux,c'est gartuit ! © Georges-André Photos

  • Pour la défense des régimes de retraite, contre le projet de système unique par points

Un an après, le gouvernement ne cache plus les véritables objectifs du projet de système unique par points et affirment que la réforme est une nécessité économique afin de faire face à la dette engendrée par la crise actuelle !... La réforme est toujours sur la table et les organisations syndicales continuent d’en dénoncer le caractère de régression sociale et d’en exiger le retrait !

La Culture en danger mais pas triste © Georges-André Photos La Culture en danger mais pas triste © Georges-André Photos

Le gouvernement et le patronat n’ont de cesse, sous prétexte de la crise sanitaire, d’appeler à l’union nationale… Dans le même temps le gouvernement poursuit sa politique de destruction sociale et de casse des libertés. Alors que le pays et le monde connaissent une situation sanitaire et sociale grave et inédite, la machine à socialiser les pertes et privatiser les profits fonctionne à plein régime ! Les organisations syndicales du Puy de Dôme refusent tout pacte avec ce gouvernement qui conduirait à aliéner leur capacité de mobilisation et de défense des droits et des revendications des travailleurs et des travailleuses… Si les luttes empruntent souvent des formes très différentes, les revendications que les salarié·e·s y défendent décrivent la même réalité et expriment la même volonté : celle d’agir pour le maintien et le développement de leur emploi, contre la généralisation de la précarité, pour une revalorisation de leur salaire, pour la défense de la protection sociale, pour la justice sociale !

Le retour des Gilets Jaunes avec le gilet © Georges-André Photos Le retour des Gilets Jaunes avec le gilet © Georges-André Photos

La lutte pour la défense des libertés et le combat pour la satisfaction des revendications doivent converger dans le rapport de force et l’action interprofessionnelle.

Il appaludit ... et il affirme © Georges-André Photos Il appaludit ... et il affirme © Georges-André Photos

Toujours d'actualité ? Plus que jamais ! © Georges-André Photos Toujours d'actualité ? Plus que jamais ! © Georges-André Photos

Entre deux airs et deux souffles © Georges-André Photos Entre deux airs et deux souffles © Georges-André Photos

1er Mai dans les rues de Clermont-Ferrand © Georges-André Photos 1er Mai dans les rues de Clermont-Ferrand © Georges-André Photos

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.