Georges-André
Psychologue en retraite - Photographe et Journaliste-citoyen - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture ....
Abonné·e de Mediapart

191 Billets

3 Éditions

Billet de blog 3 mars 2020

Riposte dans la rue au 49-3

Riposte par la rue au 49-3 censeur, l'intersyndicale a appelé dimanche à un rassemblement pour ce lundi 2 mars. Mobilisation réussie dans l'urgence en nombre et en énergie joyeuse visible sur les clichés. Manifestant.e.s comme ragaillardi.e.s devant cette ultimatum. Macron s'est enfermé dans une impasse. Va falloir faire pêter l'bouchon ! Pas compter sur le virus circulant pour y échapper.

Georges-André
Psychologue en retraite - Photographe et Journaliste-citoyen - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture ....
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sous une pluie bien réelle heureusement intermittente et un ciel couvert, ce lundi 2 mars semble être une date de remobilisation suite au coup de fouet du 49-3 et, à n'en pas douter, l'inscription dans la durée et une détermination sans faille de la mobilisation contre la loi retraite et bien d'autres textes du même acabit destructeur. La peur du virus ne suffira pas à endiguer cette vague sociale et citoyenne ni à oublier cette politique offensive et offensante qui mène au désastre la plupart pour enrichir quelques-uns des plus riches. Sur les visages des manifestants, l'ambiance générale, comme une libération soudaine, un nouveau ressort qui se détend propulsant joie et force en avant. Est-ce un effet pour le seul Clermont-Ferrand ou plus large ? A vous de le dire.

Petite vidéo pour sentir l'ambiance devant la Préfecture avec cette triple centaine de militants mobilisé.e.s en urgence.

Rassemblement devant la Préfecture de Clermont © Georges André

1 -  Devant la préfecture, peu à peu se rassemblent tou.te.s ceux et celles qui ont entendu l'appel à s'insurger contre ce 49-3, coup de force (= aveu de faiblesse) dans le passage en force, malgré une majorité à l'Assemblée pour en finir au plus vite. Prendre son temps eût été plus judicieux que vouloir imposer la marche forcée mais Macron ne comprend pas son erreur, il s'obstine !

© GeorgesAndréPhotos

  2 - C'était pas un temps déraisonnable mais frisquet et pluvieux. De quoi décourager de venir en cette fin d'après-midi. Et bien non : sous parapluie ou chaudement vêtu.e.s, iels sont là et bien là, rassemblement encadré à peu de distance par deux voitures de Police visibles.

© GeorgesAndréPhotos

  3 - Les premiers avocat.e.s arrivé.e.s sous un grand parapluie avec l'une qui enfile la robe. On n'a pas oublié les écharpes : la voix est instrument de travail.

© GeorgesAndréPhotos

 4 - Vous ne les reconnaissez pas sous ce voile mais peut-être voyez-vous déjà ce qu'il affiche sous ces yeux pétillants et ce bandeau de Rosies : 49-3.

© GeorgesAndréPhotos

 5 - Un à un les responsables syndicaux dans une parole courte enflamment ou subjuguent l'assistance et appellent à une manifestation contre ce 49-3 et le retrait de ce projet de loi vendredi 6 mars à 14h30, place Delille.

© GeorgesAndréPhotos

 6 - Les Gilets Jaunes disent toujours beaucoup de choses sur leurs gilets tandis que, royal, passe le secrétaire départemental FO prêt à haranguer la foule malgré sa fatigue qui se comprend comme pour nous tous mais "Ne rien lâcher" donne une énergie insoupçonnée. Le sourire se suffit à lui-même.

© GeorgesAndréPhotos

7 - Sous les arcades, ceux/celles qui ne disposent pas de parapluie.

© GeorgesAndréPhotos

8 - Sur les marches de la Préfecture, elles sont là, voile sur la bouche se préparant à crier "49-3 veut nous bâillonner". Peine perdue, elles n'en veulent plus du bâillon !

© GeorgesAndréPhotos

  9 - Oui le Bâillon, pas que pour le 49-3 ! Quand elles dansent c'est bien pour quantités de motifs. Quand elles dansent en solidarité avec les Chiliennes et pour toutes les femmes, c'est bien comme grandes perdantes en de multiples situations ! Même en silence, elles crient !

© GeorgesAndréPhotos

 10 - Vue sur une partie du rassemblement où les discussions vont bon train, où se côtoient tous les âges même des poussettes et leurs tout-petits, même des plus de 75 ans dont le poil encore se hérisse devant l'injustice... depuis si longtemps !

© GeorgesAndréPhotos

 11 - De dos, même sous le parapluie, noires sont les robes avec épitoge et rabats divers. Sur une célèbre encyclopédie en ligne, nous pouvons lire : "La robe, portée aujourd'hui, n'a pas changé d'aspect depuis 1810... La robe des avocats est à l'origine des patronymes Robinet et Robin, noms jadis donnés aux avocats.". Robin des bois était-ils un avocat des forêts ?

© GeorgesAndréPhotos

 12 - le Syndicat des avocats de France. Sur leur site : "Créé en 1974, le Syndicat des avocats de France milite pour une justice plus démocratique, de qualité égale pour tous, proche des citoyens et garant des droits et libertés publiques et individuelles. Les avocats du SAF placent le justiciable au cœur de leur réflexion, ils s’engagent pour les libertés et pour la défense des intérêts professionnels des avocats."

© GeorgesAndréPhotos

 13 - Toujours frisquet, intermittente pluie, mais tout le monde tient bon sur ou en-dessous des marches de la Préfecture

© GeorgesAndréPhotos

 14 - Il sont tous là ces militants soigneusement encapuchonnés, légèrement courbés pour résister au vent et au froid. Au premier plan, l'inventeur du billet à 49-3 m'a-t-il dit (voir en fin de billet) ...

© GeorgesAndréPhotos

 15 - Elle m'a demandé de la prendre en photo. Moi je croyais que c'était pour devant mais c'est pour son dos où le Gilet toujours jaune affiche sa conviction largement partagée devant ses copines jaunes ou pas, mais toutes dansent la faute à macron. Là, ce serait plutôt grâce à Macron, qu'elles dansent ensemble !

© GeorgesAndréPhotos

  16 - La pluie s'est remise à tomber sur les parapluies, les capuches et quelque crâne dégarni qui n'en a cure !

© GeorgesAndréPhotos

 17 - Un moment fort : Maître Borie nous livre les conclusions de l'AG du Barreau du Clermont tenue le matin même : "A titre symbolique, l'AG des avocats a voté les motions de censure... Après six semaines de grève totale, l'AG veut inscrire cette grève dans la durée et a décidé de la poursuivre deux jours par semaine pour ne pas tomber toujours sur les mêmes juridictions... Mercredi, les confrères vont courir à pied ou à vélo pour rejoindre Cusset et un cortège qui arrive de Montpellier qui montera de ville en ville ... jusqu'au Ministère de la Justice où la Présidente du Conseil National des Barreaux  ira porter l'ensemble des revendications...greffiers, magistrats...La bataille qui est la nôtre ... est celle de la déserrance et de la paupérisation de la Justice comme de tous les services publics dans ce pays... La semaine prochaine, le Conseil national des Barreaux va se réunir à Clermont-Ferrand et cette réunion sera un moyen d'action et de popularisation de l'action des avocats mais aussi de l'ensemble des personnels de Justice...De notre côté, nous n'avons pas l'intention de lâcher quoi que ce soit..."

Pour entendre sa déclaration complète de 4mn avec sa fin convaincante et acharnée :

Déclaration Maître Borie pour les avocats en grève © Georges André
© GeorgesAndtéPhotos

 18 - Quand le" chiffon rouge" craché par les haut-parleurs est repris par la foule, rien ne compte plus que cette détermination à ne rien lâcher dans la solidarité et la fraternité.

© GeorgesAndréPhotos

 19 - Que chacun.e fasse son boulot là où il/elle est, comme il/elle peut, en mobilisant quelques personnes parmi ces 60% de la population qui ne veulent pas de cette loi sur les retraites, injuste, improvisée, bricolée, tou.te.s perdant.e.s pour que cette impasse où s'est fourré Macron soit aussi sa défaite. Chacun.e a une part de responsabilité pour agir maintenant, à sa mesure.

© GeorgesAndréPhotos

 Prochaine manifestation contre ce 49-3 et le retrait de ce projet de loi Retraite : vendredi 6 mars - 14h30 - Place Delille.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
par Bésot