Georges-André
Psychologue en retraite - Photographe et Journaliste-citoyen - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture ....
Abonné·e de Mediapart

189 Billets

3 Éditions

Billet de blog 5 janv. 2022

Président emmerdeur : Macron révèle son mépris par ce propos indigne et déshonorant

« Emmerder les non-vaccinés » : ce propos vise à harceler et briser. Sa philosophie de gouvernement éclate au grand jour. Indigne d'exercer cette haute fonction, ce président franchit toutes les retenues en appelant à la vindicte populaire de tous les non-vacciné·e·s, rejet qu'il a lui-même sciemment organisé depuis des mois pour ne pas assumer le poids de ses responsabilités.

Georges-André
Psychologue en retraite - Photographe et Journaliste-citoyen - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture ....
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Emmerder les non-vaccinés » : la respectabilité dont se drape notre président de la République vient de se déchirer en un propos qui révèle le  mépris de ce président qui, pour mépriser une partie de la population, méprise la totalité de celle-ci.

Après avoir suscité dans l'opinion le rejet des anti-vax depuis des mois, les désignant comme quasi-responsables de la poursuite de la pandémie pour mieux faire oublier ses propres responsabilités entre décisions arbitraires, lois liberticides, hors du champ de la sécurité sanitaire, propos inconséquents et mensongers qui permettent à la très regrettée Agnès Buzin, ex-ministre de la santé, d'être décorée pour service rendu, voici qu'il appelle au rejet et à la vindicte de la plus grande partie de la population de la galaxie des non-vaccinée·es confondu·es en un seul paquet :  vrais anti-vaccins coincé·es dans leurs folles arguties, les trop peureux et toujours procrastinateurs, les inaccessibles des campagnes et des quartiers, les trop vieux et vieilles (pas toujours une question d'âge mais de dépendance et d'usure) qui ne peuvent se déplacer ou prendre rendez-vous sur internet quand tout passe par Doctolib, une autre « monstruosité » à dénoncer, passée sous silence.

En une seule déclaration d'un président-candidat désormais indigne de sa fonction, il surfe sur la vague qu'il a lui-même provoqué en appelant à harceler sans cesse cette catégorie hétérogène de français. Indigne d'un prétendu rassembleur, indigne d'un président qui affirme et affirmera qu'il est le président-candidat de tous les français. Si notre président perd son sang-froid ou qu'il pense que ce coup de com lui est profitable, qu'il s'en aille pour se laisser aller à des propos vraiment exécrables non par leur cru mais par leur sens qui est celui du pourfendeur, du juge, du bourreau.

Que veut-il celui-là en fait ? Depuis le début de son quinquennat, bien initié par le précédent, il ne connaît que la répression pour faire plier dusse-t-elle être violente par ses propos, ses lois, les forces de l'ordre assujetties à son ordre. Il faut faire plier, non convaincre, non offrir une porte de sortie mais à l'image de la répression des GJ, marginaliser, réprimer, briser.

Oui les antivax et les non-vaccinés réfractaires ou finalement inconscients, ceux-là seul·es, se trompent et font courir un risque réel supplémentaire à bien d'autres mais les désigner comme ennemis de l'intérieur à harceler pour les contraindre est une abjection totalement indigne d'un président de la République qui devient Prince-président qui désigne les coupables et décide du châtiment. Ce sera plier ou se marginaliser dans l'abandon de la Nation. Ne voit-il pas ou se moque-t-il que quelques centaines de milliers de non-vaccinés, tous et toutes pris pour antivaccins, se marginalisent de plus en plus dans une perte de sociabilité qui amène tous les dégâts, de santé mentale et physique, personnelle qu'il faudra bien prendre en charge dans leur délabrement prévisible sauf à les laisser dans un jus sombre jusqu'à la mort ? Sauf à ne laisser que la révolte comme issue avec la matraque, pardon, LBD et grenades pour réponse ?

Par ces propos qui reflètent bien plus qu'une crudité de comptoir mais la pensée profonde d'un président qui perd ses nerfs – et à froid d'une interview écrite - ce président a perdu toute dignité quand il l'enlève à qui lui déplaît.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda