Georges-André
Psychologue en retraite - Photographe et Journaliste-citoyen - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture ....
Abonné·e de Mediapart

204 Billets

4 Éditions

Billet de blog 6 déc. 2021

La coopération mondiale pour vaincre la pandémie et en finir avec l'état d'urgence

Après l'accaparement des doses de vaccins au début des productions, les pays "développés" ont lancé le programme Covax pour maintenir la logique du marché. La levée des brevets est indispensable pour réussir une vaccination à l'échelle mondiale, protéger, réduire la circulation du virus et partant l'émergence de nouveaux variants qui prolongent la pandémie, mesures restrictives et état d'urgence.

Georges-André
Psychologue en retraite - Photographe et Journaliste-citoyen - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture ....
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tandis que l'obligation vaccinale contre le SARS-Cov2 fait son chemin en Europe avec l'Allemagne et l'Autriche en pionniers, ce cinquième pic épidémique, comme les quatre précédents et le nouveau variant omicron occupent l'actualité à toutes les heures du jour et de la nuit nous faisant trembler pour les agapes de fin d'année plus que par sa dangerosité inconnue à ce jour avec toujours et invariablement la ligne bleue de la saturation des hôpitaux, service public, en point unique de toutes les décisions prises si ce n'était de maintenir la loi du profit en temps de pandémie avec une vaccination sous licence privée.

Lire : "Vaccination à marche forcée : antidote sanitaire, toxicité démocratique", Médiapart, J Confavreux, 2/12/21

« Les pays riches surenchérissent dans l’achat de vaccins au point de généraliser une troisième dose pour leur population, alors que les autres souffrent de la faible dotation du programme Covax qui vise à mutualiser la répartition des vaccins. Voilà qui prolonge les pertes humaines et favorise l’émergence de mutations du virus qui se propagent vers les pays riches, à l’image d’omicron. » Alternatives économiques, 3-12-21,« Variant Omicron : un retour à mars 2020 ? »

Chacun pour soi, le monde peut attendre

Les labos fabriquant les vaccins à ARN messager nous concoctent sans perdre un instant un vaccin nouveau élaboré sur ce dernier variant dont ni la contagiosité, ni la dangerosité, ni la réponse aux vaccins ne sont connues pour le moment. Bref, de variants en variants nous sommes partis, faute de mieux, pour une vaccination régulière et rapprochée au fur et a mesure des pics cycliques et de l'apparition de nouveaux variants à partir desquels il faut inévitablement du temps pour connaître la réponse à ces trois interrogations majeures. Le schéma de vaccinations successives ne fait plus de doute, l'obligation vaccinale suit et le reste du monde peut attendre. Chacun pour soi les pays dits développés d'abord !

Les mesures de fermeture de frontières, tentations irrépressibles (menaces et réalités) avec ses nouvelles dispositions restrictives donnent l'impression d'une réponse unique de repli sur soi, quand bien même ces dispositions n'arrêtent aucun variant aux frontières quand quelques heures après sa découverte celui-ci s'invite prestement, via le transport aérien, un peu partout sur la planète. Il faudrait gagner du temps. Du temps pour quoi faire ? Augmenter la capacité des hôpitaux pour accueillir les malades graves ? Espérer un pic prochain plus émoussé ? Que nenni ma foi, tout cela est billevesée. Après la fermeture massive des lits permanents et le développement de l'hospitalisation de jour, après l'obligation vaccinale des soignants et la mise à l'écart des récalcitrant·es, personnels pourtant déjà en faible effectif, avec la lassitude évidente des équipes médicales sur le pont depuis février 2020, les Antilles françaises en état de soulèvement, il ne faut rien attendre de ce côté sinon une réduction de l'accueil et la déprogrammation des interventions prévues réduisant les chances des malades ainsi mis en attente... pour combien de temps... bronchiolites et autres affections hivernales complétant le tableau cyclique, enrôlées dans la peur diffusée pour faire marcher droit.

Nous sommes bien entrés dans un processus itératif, « variant/pic/vaccinations /contraintes sanitaires » sur fond d'état d'urgence permanent. Jusqu'à quand ? Jusqu'à ce que le coronavirus Sars-Cov2 et sa longue lignée évolue, s'il le veut bien, en « paisible » virus pas trop dangereux, pas trop transmissible, toujours répondant au système immunitaire vacciné. C'est dire qu'on attend tout d'une évolution imprévisible derrière laquelle il s'agit de courir.

Emergence de variants

La prolifération des variants posent inévitablement les mêmes questions dès lors que le suivant parvient à s'imposer dans l'univers impitoyable des virus existants. Nous avons bien compris que la prolifération de variants, leur vitesse de prolifération, résulte avant tout de la circulation du virus. Sa circulation intense amène ces émergences. La vaccination réduit la circulation du virus, les gestes-barrière également. La non-vaccination accélère l'émergence de variants. Ce qui est le cas des pays qui n'ont pas ou si peu accès aux vaccins, notamment les pays les moins vaccinés soit ceux qui ne peuvent pas se les payer rubis sur l'ongle comme nos pays dits « développés » le font.

Nous avons donc pour cette pandémie véritablement mondiale (avec décalage de phases ou de cycles) un réservoir conséquent de pays ne disposant pas ou si peu de doses et de la logistique pour vacciner, qui laisse émerger des variants les uns après les autres malgré un programme onusien financé par les pays dits « développés » : Covax. Sans une vaccination véritablement mondiale avec un taux très élevé de personnes vaccinées à cette échelle, le processus cyclique d'émergence de variants n'est pas prêt de finir. Peut-on éviter la levée des brevets sur les vaccins ? L'initiative Covax est une tentative libérale pour éviter cette levée.

Maintenir la loi du marché dans l'illusion de solidarité

Le 5 avril 2021, l'ONU présentait ainsi le programme Covax : « L'objectif du programme COVAX soutenu par l'ONU est de mettre à disposition deux milliards de doses de vaccin contre la Covid-19 à environ un quart de la population des pays les plus pauvres d'ici la fin de 2021. »

C'est la bonne conscience des pays développés qui ont accaparé dès le départ les doses disponibles avant tout le monde, comme pour les masques en 2020. Les pays occidentaux ont raflé les doses pour vacciner leurs populations pratiquant un nationalisme vaccinal du « moi d'abord, les autres après ». Pour sa part, la France a refilé les doses disqualifiées d'Astra-Zeneca sur notre sol pour la population africaine. Nos surplus en somme mais « un marché élargi pour les multinationales »

« Les pays riches (l’Amérique du Nord, l’Europe occidentale, le Japon et l’Australie) ont retenu 90 % des vaccins, laissant les autres pays du monde en grande difficulté. Cependant, ils estiment remplir leur devoir de solidarité envers les pays les plus pauvres en finançant le mécanisme Covax. Un des piliers de ce dispositif, mis en place en avril 2020 sous l’égide de l’OMS et de l’Alliance du vaccin, consiste à sécuriser suffisamment de doses, grâce à un fonds de cofinancement, pour assurer la vaccination d’au moins 20 % des populations des 92 pays ciblés à revenus faible ou intermédiaire d’ici à fin 2021. » Reporterre 7-05-21 « Les puissants ont fait des vaccins anti-Covid un enjeu géopolitique »

Ce programme qui enregistre un retard massif n'est pas à la hauteur des enjeux, ni par ses moyens ni dans ses résultats. Ratés pour certains, échec pour d'autres :

« À la mi-août, COVAX avait expédié 205 millions de vaccins dans 140 pays sur les 2 milliards de doses initialement prévues. En comparaison, 4,7 milliards de doses avaient été administrées dans le monde. Moins de 5 % des doses de vaccins avaient donc transité, à cette date, par ce mécanisme, laissant un sentiment général d’échec en dépit de l’énergie et de la communication déployées pour promouvoir un multilatéralisme « social ». IRIS 30-08-21 « Covax : faut-il continuer à financer un échec ? »

Le programme Covax n'est pas de la philanthropie, pas une solidarité internationale désintéressée mais un mécanisme de commandes à prix négocié avec les labos qui leur assurent un marché plus vaste avec les fonds de l'aide au développement :

« Les vaccins anti-Covid-19 sont devenus un enjeu crucial pour les grandes puissances, qui, au travers de leurs multinationales, affirment leur hégémonie économique. Cette stratégie se cache derrière des concepts ambigus, tels que le « bien public mondial » (BPM) ou la prétendue solidarité du mécanisme Covax, mais reste ferme sur l’application des droits de propriété intellectuelle (PI), élément essentiel de contrôle du marché. Elle se traduit dans les faits par un soutien financier massif aux multinationales du médicament. Révélant, en pleine crise sanitaire mondiale, le triomphe sans partage du néolibéralisme, avec les États qui se posent en soutien des marchés.» Reporterre.

Lire : "Traitements contre le Covid-19 : précipitation et prix forts, pour des efficacités disparates" Médiapart, Rozenn Le Saint, 3/12/21

Levée des brevets - coopération mondiale

Pour sortir de ces cycles désespérants et contraignants qui font fi de l'indispensable solidarité mondiale pour vaincre cette pandémie interminable, il est nécessaire de sortir de la logique libérale en levant ces brevets « bien public » d'ailleurs largement financés par la recherche publique («  Moderna a écopé en 2020 d’un « prix Shkreli », attribué chaque année par l’Institut Lown aux pires profiteurs de la santé publique. Motif ? « Pour avoir fixé le prix le plus haut du marché à son vaccin, après avoir reçu plus d’un milliard d’argent du contribuable pour le développer ».

Les labos producteurs de vaccins s'attribuent le marché mondial en s'assurant d'un prix élevé (pour ce qui concerne les vaccins à ARN messager) comme pour tout traitement novateur (hépatite C...) mais toujours sur des volumes mondiaux et pérennes. Une rente de situation qui assoit un pouvoir considérable sur la santé. Tu payes ou pas de vaccins. Tu payes ou tu meurs.

« Multiforme et international, ce mouvement anti-brevets regroupe des ONG (Oxfam International, Médecins sans frontières, Amnesty International, etc.), des politiques, des experts médicaux et de santé publique, ainsi que des organisations liées aux Nations unies, notamment l’Unesco, l’Unicef, et surtout l’OMS (Organisation mondiale de la santé), en pointe dans cette revendication. Ainsi « The People’s Vaccine Coalition », une sorte de fédération de ces mouvements, réclame, selon les termes du secrétaire général des Nations unies, Ricardo Guttierez, « que les vaccins contre le Covid-19 soient considérés comme un bien public, un vaccin du peuple », exigeant qu’ils soient produits à prix coûtant, et que leur développement soit accompagné par un partage complet de la propriété intellectuelle, des technologies et des savoir-faire associés. » Reporterre, 8 avril 21, « Vaccins anti-Covid : un mouvement mondial réclame la levée des brevets ».

En France, « Salarié(e)s de l’industrie pharmaceutique, professionnels de la santé, chercheurs, retraité(e)s, journalistes, sociologues, élu(e)s, syndicalistes, militant(e)s politiques ou d’associations... » se sont regroupé·es au sein de « Médicaments, bien commun » pour « contester la marchandisation de la santé et d’arracher les pouvoirs de décision pour répondre aux besoins universels de santé. Pour commencer, travailler sur cet outil de la marchandisation qu’est le brevet du médicament... et pour une appropriation citoyenne active et solidaire de la santé. »

Joe Biden s'est exprimé le 5 mai pour cette levée des brevets vaccinaux. Au contraire « les pays riches, [...] l’Union européenne, le Royaume-Uni, la Suisse et le Canada, où sont basées les entreprises pharmaceutiques qui produisent ces vaccins (Pfizer, AstraZeneca), s’opposent à la levée des brevets sur les traitements anti-Covid, demandée par l’Afrique du Sud et l’Inde, et soutenue par des dizaines de pays en développement, l’OMS et des universitaires du monde entier pour permettre d’étendre la production de vaccins à tous les pays qui en ont la capacité. »

Nous le voyons, a minima la levée des brevets sur les vaccins - nouveau marché, nouveaux profits pour Big Pharma - est une exigence pour réduire les contaminations et la circulation du virus, protéger les populations et rompre, autant que faire se peut et avec le temps, cette émergence continue de variants qui peuvent, à la faveur de l'un ou de l'autre, remettre en cause l'équilibre de nos protections liées d'abord à l'efficacité vaccinale comme apporter une dangerosité supplémentaire.

C'est à l'échelle-monde que cette pandémie peut être vaincue ou réduite ou à l'opposé demeurée comme menace permanente avec ces restrictions sanitaires en tous genres permanentes, ajustables, atteintes aux libertés. L'accès à la vaccination (doses et logistique) à la hauteur du volume des populations est une nécessité. Pour ce faire, la levée des brevets est une nécessité. La logique de coopération doit l'emporter sur la compétition et le marché : une solidarité mondiale embarquée dans le même bateau.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aux États-Unis, le Sénat adopte un plan climat sans ambition sociale
Par 51 voix contre 50, le Sénat des États-Unis a adopté le plus ambitieux plan climat de l’histoire du pays, prévoyant une enveloppe de 369 milliards de dollars pour réduire de 40 % les émissions de CO2 entre 2005 et 2030. Mais le volet social a été très largement sacrifié.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Proche-Orient
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Quarante-quatre morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figureraient quinze enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. Une trêve entre les deux parties serait entrée en vigueur dimanche soir.
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale