Georges-André
Psychologue en retraite - Photographe et Journaliste-citoyen - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture ....
Abonné·e de Mediapart

152 Billets

3 Éditions

Billet de blog 13 avr. 2021

Madama : acharnement sous roche, famille d'accueil aussi ?

Voici le feuilleton du recours contre l'OQTF de Madama et, par la parole de sa famille d'accueil, "pas digne de confiance" comprendre les presque dessous de ce lamentable acharnement à virer un jeune majeur qui s'est pas à pas reconstruit, qui est inséré et travaille. De quoi hurler !

Georges-André
Psychologue en retraite - Photographe et Journaliste-citoyen - Militant associatif - Animateur atelier d'écriture ....
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

15 avril - Maintenant la répression :

Aujourd'hui à 18h21, je reçois ce message de Véronique : " En rentrant ce soir on a trouvé au courrier : une convocation pour Eric au commissariat pour outrage à agent le 15/2/21;  c'était pendant sa grève de la faim, le jour où on nous a empêchés d'entrer à la préfecture avec Madama et où Eric a fait un malaise. Il est convoqué le 22/4/21 à 10H30 au commissariat du Puy pour interrogatoire. Une amende de 135€ pour chacun de nous pour participation à un rassemblement non autorisé le 2/4/21."


Depuis ce billet du 12 mars et le complément du 27 mars, vous savez que le jeune Madama, d'origine malienne, entré mineur en France, pris en charge par l'ASE, hébergé depuis plus de deux ans par Véronique et Eric en Haute-Loire, famille d'accueil et parents de coeur, est sur le coup d'un OQTF (ordre de quitter le territoire français) malgré un contrat de travail possible, réclamé par des employeurs de Haute-Loire dans un secteur agricole - l'élevage ovin - qui manque de main d'oeuvre. Il a même été placé (on peut imaginer le choc et la déstabilisation de ce jeune !) en centre de rétention administrative à Lyon dans des conditions pour le moins brutales et traumatiques. Finalement relâché après plusieurs jours sur appel mais assigné à résidence avec OQTF ce qui signifie qu'à tout moment, ce jeune qui n'a plus d'attache au Mali et ne souhaite que vivre en Haute-Loire après une reconstruction patiente pas à pas, peut être mis dans un avion et déposer au Mali.

Ce Mali où la force armée française Barkhane, envoi décidé par le précédent président en 2014, est enlisée dans un dilemme terrible comme toutes ces forces armées de tous pays qui croient pacifier par les armes : partir et laisser les commandos islamistes avancer voire prendre le pays et l'asservir ou se heurter à l'hostilité grandissante de la population quand les armes ne peuvent plus gagner et que tombent nos soldat.es.

Le préfet de Haute-Loire manifeste un acharnement à détruire et nier ce que ce couple de militants politiques et syndicalistes bien connu en Haute-Loire a construit avec ce jeune depuis plus de deux ans. Certes la politique migratoire de Macron est ce qu'elle est mais en l'occurrence, on peut se demander si, au vu des soutiens pas seulement militants (notamment la "lettre ouverte des chef.fe.s d'entreprises au préfet en faveur de leurs apprentis étrangers") qui appellent à régulariser ce jeune inséré et ces jeunes particulièrement méritants ne cache pas un enjeu local qui  pourrait être un acharnement au-delà du jeune homme ?

Le 8 avril - Annonce très tardive

Bien entendu après la sortie de Madama du C.R.A, un recours a été déposé pour l'annulation de l'OQTF. Un feuilleton ! Dans la soirée du 8 avril, tombe l'annonce auprès des intéressés : l’audience du tribunal administratif pour demander cette levée aura lieu le 9 avril à 11h. Pas un peu court ? pas un peu cavalier ?

Le 9 avril - Report dernière minute

Las, le lendemain,9 avril, peu avant 11h, devant le T.A., nous apprenons que l'audience est reportée au lundi 12 avril à 10h. Véronique et Eric donnent une interview devant ce tribunal pour dire leur relation avec Madama et expliciter ce recours.

Devant le tribunal qui a reporté l'audience à la dernière minute © Georges-André Photos

Le 12 avril - Enfin l'audience mais sans l'avocate

L'avocate de Madama et la famille avait bien prévenue qu'elle ne pouvait se libérer en début de cette semaine pour audiences à ... Saint-Etienne. Peu importe : on prendra l'avocat de permanence. Comme l'explique Véronique, pas illégal mais ne facilitant pas la défense. L'audience est donc reporté à lundi 12 avril à 10h.

Cette fois, l'audience s'est tenue avec une décision à rendre le lendemain mardi. A la sortie du tribunal Véronique et Eric, tout en émotion et en tension explicitent  bien des aspects qui permettent de comprendre un peu mieux cet acharnement :

700 pages pour "la procédure". Le préfet accuse Madama de faux-papier (il est convoqué en octobre si pas expulsé avant !), la famille d'accueil est niée dans sa dimension aide psychique à la reconstruction et liens affectifs, parents de coeur vu comme des professionnels pas digne de confiance ! Il demande des excuses publiques pour des propos des parents contenant l'expression "racisme d'état", il met en cause les plus de 37 000 signatures de la pétition au prétexte que les signataires ne connaissent pas Madama ! Bref, feux de tous bois dans une région boisée ! Un point positif : le juge a sollicité la parole de Véronique et Eric. L'émotion est passée dans la salle d'audience comme un semblant d'humanité. La décision sera donnée le lendemain 13 avril. On peut continuer à signer la pétition sur change.org.

Lire aussi : "Audience au Tribunal Administratif pour Madama" par Médiacoop

Ajout mercredi 14 avril : recours rejeté. La décision du Tribunal administratif prise avec un jour de retard est enfin connue : recours rejeté. L'OQTF est maintenu. Madama est expulsable. L'avion peut s'envoler vers le Mali d'un jour à l'autre. L'aéroport de Clermont-Aulnat est tout prêt. Une réunion du comité de soutien est prévu jeudi 15 à 10h, Maison des Syndicats du Puy-en-Velay.  Conférence de presse à 14h. L'appel est sur les rails et non-suspensif.

Après le recours devant le Tribunal administratif © Georges-André Photos
Le rassemblement militant devant le T.A. et la fraîcheur du jour © Georges-André Photos

Dernières heures avant fermeture

L'occupation continue à la Comédie de Clermont-Ferrand. Du travail, de la fatigue, de la tension et l'incertitude. La préparation de la marche colorée du 17 avril bat son plein et le 1er mai est en perspective. La nuit à La Comédie ? Panda, DJ explicite...

Panda DJ s'occupe de la nuit © Georges-André Photos
Devant l'entrée, banderoles et slogans © Georges-André Photos

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI