Non Monsieur le Président de la République, nous ne sommes pas en guerre

La déclaration du Chef de l'Etat qui amène un confinement général de la population et n'autorise les déplacements que par dérogation marque un véritable tournant dans la lutte contre l'épidémie généralisée en France. La guerre est déclarée ? Non Monsieur le Président, la Résistance collective est à l'ordre du jour pour sortir de cette épreuve.

La déclaration du Chef de l'Etat ce 16 mars qui amène un confinement général de la population et n'autorise les déplacements que par dérogation marque un véritable tournant dans la lutte contre l'épidémie généralisée en France. Jusque-là des recommandations, des consignes, des prescriptions amenaient chacun à prendre sa part à la sûreté de contacts raréfiés. Point de contrôle, point de sanctions mais appel à prendre conscience des mesures d'hygiène à respecter puis du confinement.

La crise sanitaire s'aggrave comme attendue. Les contaminations réalisées avant l'effectivité des mesures successives ne produisent leurs effets en terme de symptômes, qu'après le délai d'incubation de 5 à 14 jours comme nous pouvons le lire ici et là. Il y a donc mécaniquement une aggravation inévitable avant les possibles effets de ralentissement si ces mesures sont efficaces et suffisantes. Insuffisantes, à l'évidence les mesures prises jusqu'ici l'étaient, raison essentielle d'un strict confinement depuis ce 17 mars à midi.

Crainte des autorités et politique de santé

La crainte des autorités que partagent tous les observateurs attentifs - et ils sont nombreux - est la saturation des possibilités d'hospitalisation en réanimation pour les symptômes les plus graves qui menacent la vie même du patient avec une vulnérabilité particulière des personnes âgées ou des personnes souffrant de co-morbidités (affections chroniques ou déficiences organiques etc) sans exclure pour autant ces développements graves de la maladie respiratoire chez des sujets plus jeunes ou à l'occasion d'une « deuxième vague ».

Cette crainte est d'autant plus vive que nos responsables gouvernementaux, le Chef de l'Etat lui-même, savent bien que les politiques de santé menées depuis des décennies, poursuivies et aggravées depuis la dernière présidentielle à coups d'économies budgétaires inconséquentes ont largement diminuées la capacité à faire face aux circonstances exceptionnelles que nous connaissons aujourd'hui. Les gouvernements successifs, et plus encore celui-ci, quand les économies en grattant toujours plus ont atteint l'os, sont restés sourds aux demandes, revendications, exhortations des professionnels de santé, de leurs organisations syndicales y compris même au début de cette épidémie. Quelle imprévoyance ! La préparation aux moyens de la protection elle-même est manifestement déficiente : les volumes des gels hydroalcooliques, masques, équipements divers sont largement insuffisants ou limites même pour les professionnels de santé, hôpitaux et médecine de ville, sont même menacés de pénurie dans des délais relativement brefs (déclaration Olivier Véran, ministre de la santé).

Il faut l'abnégation de ceux et celles à qui on a refusé les moyens de soigner, pour faire face, héroïquement chaque jour, à cette montée des périls. La fermeture d'hôpitaux, de services et de lits, la fermeture de postes de soignants pèsent aujourd'hui dans cette lutte de résistance, jour après jour, pied à pied. Les encenser aujourd'hui ne disculpe pas de sa responsabilité, de ses choix politiques.

Il faudra en rendre compte au peuple français après l'épreuve en changeant radicalement de politique de santé en associant les organisations syndicales et les forces vives du pays : la santé est un bien collectif pas seulement l'affaire du ministère et du gouvernement ! Il faut espérer que cet épisode douloureux amènera un changement complet de politique de santé pour faire face à d'autres épidémies qui ne manqueront pas d'arriver. Elles ne manquerons pas d'arriver dans un monde dominé par la recherche du profit à tout prix pesant en premier lieu sur la santé des populations qui ne pèse pas lourd face aux profits des firmes pharmaceutiques, phyto-sanitaires, tabagiques, agro-alimentaires et de toutes celles qui commercialisent ou utilisent des produits toxiques en semant le doute sur cette toxicité quand bien même ils ont les preuves – qu'ils cachent – d'effets graves sur la santé. Le profit d'abord et quand ce sont des milliards à la clef, on peut tout se permettre et tout maquiller.

Malheureusement, pour le moment et dans les semaines qui viennent, nous voyons et verrons les résultats de cet abaissement des digues : l'affaiblissement des effectifs soignants et les nombreuses fermetures notamment des hôpitaux de proximité ont abaissé dramatiquement le seuil de saturation des services de réanimation qui prennent en charge les malades du CoVid-19. Nous, c'est-à-dire les citoyen.ne.s de ce pays, en feront les frais. Les petits hôpitaux aujourd'hui avec leurs soignants seraient une réserve de lits pour endiguer ce flot croissant comme autrefois les terrains ouverts sur le Rhône absorbaient les inondations périodiques.

Nous ne sommes pas en guerre mais en Résistance

Aujourd'hui si les soignants sont en première ligne y compris avec un risque pour leur propre santé, tous les professionnels de la logistique alimentaire, pharmaceutique, administrative sont à leur côté et assurent le service du public, au service de la Nation.

La guerre est déclarée ? Non Monsieur le Président, nous ne sommes pas en guerre. Vous devez organiser la Résistance avec nous. Avec la guerre, le chef s'adjuge tous les pouvoirs pour vaincre, ne cherche aucunement à convaincre mais à imposer, à contraindre pour mener la bataille comme il l'entend et dans ce cas, les contestataires et les critiques sont traître et traîtrise à faire taire, vite et bien.

La stigmatisation de groupes au contact vus à la télé sur les bords de Seine, dans des parcs amène un discours sur l'irresponsabilité de certain.e.s qui n'ont pas pris la mesure du danger pour eux et pour les autres, prétexte à introduire le contrôle et la sanction. C'est un peu facile ! Facile d'oublier son propre manque de responsabilité dans la politique de riches menée depuis son accession à la Présidence notamment la politique de santé qui a abaissé le niveau de protection, de l'assurance-chômage qui abaisse les droits et indemnisations des chômeurs, des chercheurs précarisés qui doivent plus chercher des financements que faire de la recherche. Etait-il bien responsable de matraquer et blesser ces Gilets Jaunes durant plus d'un an sans les entendre, de les poursuivre aujourd'hui pénalement pour se venger d'avoir eu peur et de s'être laissé déborder sur les Champs-Elysées ? Sans parler de bien des affaires qui ont amené certain.e.s à démissionner.

Reconnaissons-le, la responsabilité n'est chose aisée pour personne surtout dans une société où l'enjeu est de passer la patate chaude de la responsabilité à un.e autre. La première intervention du chef de l'état du 12 mars a certainement manqué de punch pour responsabiliser. Les réactions dimanche sous le soleil sont aussi à inscrire, sans les excuser, à un déni d'ordre psychique d'entrée dans cette période de restriction, en gros, encore un dernier bol d'air avant le confinement. Après, il est possible de rappeler en direct le danger et le devoir. Pourquoi, in fine, et à peu près systématiquement - en acte contrairement aux paroles – devrait-on prendre la population pour non-responsable collectivement ? Individuellement, nous le sommes tour à tour pour, pour sujet plus ou moins important mais collectivement nous pouvons être sérieusement responsables (un peu comme la patience dans mille impatiences) surtout face à ce danger réel, palpable, identifié.

Le confinement par la force ou la responsabilité ?

Mais l'ennemi est là, l'invasion a eu lieu : le virus est partout. Oui, le cap doit être clair pour résoudre cette crise d'exception mais faire appel à 100.000 policiers et gendarmes c'est s'engager dans une voie où la coercition, la sanction dispensent de convaincre tout en faisant « comme si », double discours qui rappelle celui pour le premier tour des municipales. Dans ces conditions, la menace de sanction devient, de fait, la seule voie audible, choisie pour parvenir à maintenir le confinement, moyen pour stopper cette épidémie. Ce moyen n'est pas en cause. La contamination a lieu par contact : nécessité du confinement et des mesures-barrières.

La question est la voie choisie pour parvenir à un confinement : le contrôle par les forces de Police et de Gendarmerie et la sanction financière (on imagine mal engorger les prisons déjà pleine – problème en soi - et propager le virus !). Cette voie prend le risque d'une escalade dans le contrôle de la population par des forces de l'ordre (largement utilisées depuis deux ans, sorte de réflexe) voire de déboucher sur des scènes de chaos plus ou moins localisées ou momentanées.

Nous comprenons bien que légiférer par ordonnance n'est pas anodin et amorce une éventuelle escalade avec état de siège, intervention de l'Armée au maintien de l'ordre, pourquoi pas in fine l'article 16. Piège de l'escalade qui prend toujours le comportement marginal pour prétexte, piège aux conséquences lourdes et en quelque sorte mécaniques pour la démocratie.

Sans protection ou avec des protections insuffisantes, les forces de l'ordre pourraient être affectées par l'épidémie. Elles pourraient l'être et affecter un volume plus ou moins important de policiers et gendarmes que leurs armes ne protègent pas comme dans une guerre, rendant impossible de remplir leur mission.

La Résistance, au contraire, engage le peuple à entrer en Résistance conscient des enjeux pour la santé de tous. Vous n'avez pas vu que partout, à côté de contacts de moins en moins fréquents - aujourd'hui plus un seul – spontanément, les gens dans la rue, devant les magasins, tiennent leurs distances, ne s'affolent pas et s'ils parlent, c'est à distance et pas en face à face. La Résistance c'est avant tout engager chacun à devenir responsable pour devenir collectivement responsable. Et devenir collectivement responsable, c'est non seulement éviter les contacts qui transmettent le virus, mais encore organiser des réseaux de solidarités de proximité pour l'alimentation, la pharmacie etc... en respectant les consignes d'hygiène et de contacts. Tout le monde ne peut pas se déplacer. C'est bien au-delà de la peur du gendarme.

 A défaut, en durcissant encore le confinement, il faudrait organiser un réseau national de distribution à domicile ! Les forces de l'ordre pourraient-elles s'y employer ? Là encore, ce serait faire sans la population quand il s'agit de résister avec la population.

 Organiser la Résistance et mobiliser par des actes

Il n'y a pas possibilité de résistance si la population n'est pas incitée à s'associer à cette résistance, chacun à sa mesure. La Résistance c'est le peuple et ses dirigeants, quand ceux-ci savent impulser et non seulement commander, contrôler, sanctionner. Les forces de l'ordre plutôt que sanctionner ce qui peut amener à la clandestinité des déplacements devenus illicites, pourraient se transformer en agent de persuasion en rappelant les consignes, en écoutant les nécessités explicitées sans chercher à sanctionner bref... discernement. La campagne c'est pas la ville et chacun ne va pas faire du jogging autour de sa maison ou de son pâté d'immeubles. En Auvergne, balader sur un des Puys en solitaire ou en couple de retraités est sans risque plutôt que rester aux abords de la maison et rencontrer des connaissances ! Les services de santé seront d'autant moins débordés (ou moins vite !) que chacun se sentira, se sent responsable des soignants, en actes et pas seulement en paroles.

Sans association et conscience de la population, il n'y a en effet que la guerre et son cortège d'oeufs cassés toujours justifiés en toute bonne foi.

Pour associer le peuple, la suspension des réformes en cours est enfin une mesure de sagesse et d'apaisement. De toutes façons, le calendrier de la réforme des retraites ne peut plus être tenu. Avant l'été c'est râpé ! Le report de la mise en place de la réforme de l'assurance-chômage est aussi la démonstration en creux de revenus dramatiquement insupportables pour quantités de chômeurs, à repousser hors cette période exceptionnelle. Seraient-ils véritablement plus supportables après un retour à la normale ? Revoir la copie.

Il faut aller plus loin. Pour une adhésion et une responsabilité de la population, Il faut permettre un minimum de confiance quand celle-ci a été dilapidée par une attitude intransigeante toujours dans le sens des riches en pompant l'argent des autres. Il faut annoncer quelles réformes deviennent prioritaires, quel cap social et sociétal elles prendront, avec qui et comment elles seront travaillées (pas seulement une concertation sur un texte à trous béants comme celui des retraites).

L'indemnisation du chômage partiel prise actuellement pour garder les moyens de subsistance n'illustre-t-elle pas la nécessité de la mise en place d'un revenu universel ? Ce pourrait être un dispositif qui l'initie à élargir et pérenniser.

Une mesure forte immédiate qui ne coûte pas un euro mais vaudra crédit : arrêter toutes les poursuites pour fait social, grèves et manifestations. La paix sociale ne s'achète pas, elle s'obtient avec des actes.

 La guerre alors n'aura pas lieu

Vaincre l'épidémie c'est engager la population dans la Résistance et non la délégation aux chefs de mener une guerre qui n'existe pas, même si l'économie s'en rapproche, si l'organisation du fonctionnement en société s'en rapproche. C'est apporter un tournant social à ce quinquennat de riches, non pas le passer au Ripolin vaguement rose mais s'engager à des réformes nécessaires et identifiées dès maintenant avec les moyens d'une co-construction postérieure chacun à sa place. Alors les forces vives de la nation seront mobilisées pour vaincre par la responsabilité et la solidarité. La guerre alors n'aura pas lieu !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.