Os vampiros | Les vampires

Traduction d'une chanson de José Afonso, grand nom de la chanson portugaise engagée contre le régime du dictateur Salazar.

Traduction de "Os vampiros", chanson de José Afonso (1929-1987), grand nom de la chanson portugaise engagée contre le régime du dictateur Salazar.

Ces dernières années, lors du précédent gouvernement, elle a souvent été reprise dans les manifestations anti-austérité qui ont eu lieu au Portugal.

L'actualité française et lusophone est encore et toujours propice à sa (re)diffusion, malheureusement.

joseos

No céu cinzento, sob o astro mudo
Dans le ciel gris, sous l'astre muet
Batendo as asas pela noite calada
Battant des ailes dans la nuit silencieuse
Vêm em bandos com pés de veludo
Ils viennent en bande à pas de velours
Chupar o sangue fresco da manada
Sucer le sang frais du troupeau

Se alguém se engana com seu ar sisudo
Si l'on est trompé par leur air sérieux
E lhes franqueia as portas à chegada
Et que l'on ouvre la porte à leur arrivée
Eles comem tudo, e
les comem tudo
Ils mangent tout, ils mangent tout
Eles comem tudo e não deixam nada
Ils mangent tout et ne laissent rien

A toda a parte chegam os vampiros
Ils sont partout les vampires
Poisam nos prédios, poisam nas calçadas
Ils se posent sur les toits, ils se posent sur les trottoirs
Trazem no ventre despojos antigos
Ils portent en eux de vieilles dépouilles
Mas nada os prende às vidas acabadas
Mais rien ne les relie à ces vies détruites

São os mordomos do universo todo
Ils régissent tout l'univers
Senhores à força, mandadores sem lei
Seigneurs par la force, maîtres sans loi
Enchem as tulhas, bebem vinho novo
Ils amassent des réserves, ils boivent du vin nouveau
Dançam a ronda no pinhal do rei
Ils dansent la ronde dans la pinède du roi

Eles comem tudo, eles comem tudo
Ils mangent tout, ils mangent tout
Eles comem tudo e não deixam nada
Ils mangent tout et ne laissent rien

No chão do medo tombam os vencidos
Sur la terre de la peur tombent les vaincus
Ouvem-se os gritos n
a noite abafada
On entend leurs cris dans la nuit étouffée
Jazem nos fossos, vítimas dum credo
Ils gisent dans les fosses, victimes de leur foi
E não se esgota o sangue da manada
Et le sang du troupeau ne tarit pas

Se alguém se engana com seu ar sisudo
Si l'on est trompé par leur air sérieux
E lhes franqueia as portas à chegada
Et que l'on ouvre la porte à leur arrivée
Eles comem tudo, e
les comem tudo
Ils mangent tout, ils mangent tout
Eles comem tudo e não deixam nada
Ils mangent tout et ne laissent rien

Eles comem tudo, eles comem tudo
Ils mangent tout, ils mangent tout
Eles comem tudo e não deixam nada
Ils mangent tout et ne laissent rien

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.