Georges Da Costa
Enseignant-chercheur en études lusophones
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2018

Une abeille dans la pluie

"Elle tomba les ailes contre le sol et une averse plus forte la piétina. Elle se traîna sur le gravier, se débattit encore, mais le tourbillon finit par l’emporter avec les feuilles mortes." Petit extrait (début et fin) de la traduction du roman de Carlos de Oliveira, "Uma abelha na chuva", considéré par beaucoup comme l’une des meilleures réalisations du néo-réalisme portugais.

Georges Da Costa
Enseignant-chercheur en études lusophones
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Petit extrait (début et fin) de la traduction française du roman de Carlos de Oliveira, Uma abelha na chuva, considéré par beaucoup comme l’une des meilleures réalisations du néo-réalisme portugais.

Vers cinq heures, par une après-midi d’octobre qui sentait déjà l’hiver, un voyageur entra dans Corgos, à pied, après la rude marche qui l’avait conduit, par de mauvais chemins, du village du Montouro à la chaussée pavée et sûre du bourg : un homme gros, petit, au pas nonchalant ; longue veste à col de renard ; chapeau foncé, à larges bords, à l’ancienne mode ; la chemise boutonnée, sans cravate, ne choquait pas, car par ailleurs sa mise était soignée : mains propres et visage rasé de très près ; il est vrai que ses bottes courtes étaient toutes crottées, mais l’on voyait que le voyageur n’avait pas coutume de marcher dans des bourbiers ; la boue le gênait, de ses pieds il frappait très fort le pavé. Il avait quelque chose de bizarre : le poids de son tronc corpulent arquait ses jambes, le faisait se dandiner comme les canards : on avait l’impression qu’il allait tomber à chaque pas. Sa respiration profonde rendait sa marche difficile. Il avait pourtant franchi deux lieues de fondrières, de boue, d’intempéries hivernales. Un grave sujet devait l’avoir amené, peinant dans les raccourcis de la lande, par ce temps rigoureux.
Il y avait au-dessus du bourg, tout à l’entour à l’horizon, un halo de lumière blanche qui ressemblait au rebord d’une grande coquille s’assombrissant graduellement vers le centre et venant se condenser tout en haut de la voûte d’un ciel tempétueux. L’orage menaçait. Le vent désagrégeait les nuages et ouvrait la voie à l’abondante averse attendue dans la soirée.
Lentement, l’homme traversa la place, entra au café Atlantique et secoua ses bottes avec soin sur le gratte-pieds métallique. Il s’assit, demanda un brandy et l’avala d’un trait. Dans sa lenteur naturelle c’était la seule chose qu’il faisait avec quelque hâte. Il appuyait le verre contre sa lèvre, la bouche bien ouverte, l’immobilisait un instant et puis, d’un coup sec, projetait le brandy dans sa gorge. Il répéta l’opération une seconde et une troisième fois. Il paya et sortit. (p.1-2)

Par habitude, il jeta un coup d’œil aux ruches, qui étaient juste en face de lui, à dix ou douze mètres, tout au plus, et il vit une abeille s’envoler de la Cité Verte. Il baptisait les ruches d’après la couleur dont il les avait peintes, Cité Verte, Cité Bleue, Cité Violette. L’abeille fut prise dans la pluie : coups de fouet, impulsions, filets d’eau l’enveloppant, rafales de vent blessant son vol. Elle tomba les ailes contre le sol et une averse plus forte la piétina. Elle se traîna sur le gravier, se débattit encore, mais le tourbillon finit par l’emporter avec les feuilles mortes. (p.177-178)

Carlos de Oliveira. Une abeille dans la pluie. [1953]. Ed. José Corti. 1989. Traduction d'Adrien Roig.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie