Georges Yoram Federmann
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 déc. 2021

Didier Durmarque, Bilan métaphysique après Auschwitz. Les écrivains incandescents.

Voici le compte-rendu d'un des livres les plus incandescents qu'il m'ait été donné de lire sur ce que Auschwitz peut révéler en nous de nous-mêmes. Ce texte a été accueilli par Pratiques No 95 (  L’humain face au système de soin » partie magazine)

Georges Yoram Federmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Didier Durmarque, Bilan métaphysique après Auschwitz. Les écrivains incandescents. Robert Antelme. Piotr Rawicz. Yitzhak Katzenelson. Imre Kertész, Les éditions Ovadia, 2020

« Auschwitz ne s'explique pas par la conception vulgaire, archaïque, j'allais dire classique de l'antisémitisme, voilà ce que nous devons comprendre précisément. Il n'y a aucun lien organique. Notre époque n'est pas celle de l'antisémitisme, mais celle d'Auschwitz. L’antisémite de notre époque ne se défie pas des juifs, il veut Auschwitz ». Kertész, L’Holocauste comme culture.

On connaît Didier Durmarque à Pratiques et ce livre incite à explorer son œuvre intimiste encore, mais si féconde et éclairante.

Un étrange sentiment nous saisit à la lecture de ce livre, celui d’être confronté (et convoqué) à ce que la Shoah révèle en nous. Il nous pousse à nous identifier aux victimes, mais aussi aux bourreaux, emportés que nous sommes par le conformisme et les évidences d’une pensée « dominante » de la technique et du libéralisme débridé et convaincus d’incarner « le bien » et d’exprimer la pensée juste et dominante. « Les foules ne deviennent pas nazies ou quelque chose de similaire par révolte, mais plutôt par conformisme » (Kertész, Journal de galère, 2010, p. 52). Désormais, pouvons-nous vraiment penser ce que l’homme pourra faire à l’homme dans un totalitarisme technique, où il ne se sent responsable de rien et où il se sent « libre d’obéir aux ordres », sans jamais interroger leur raison d’être ?

Notre rapport à l’idée de Dieu ; nos rapports à l’Homme, à la foi, à la parole donnée sont réinterrogés. Nous sommes confrontés au modèle des totalitarismes sanitaire et technique qui sont d’une modernité aveuglante. Et advient la question abyssale : en quoi Auschwitz est-il le paradigme de la modernité ? Car l’humanité est morte après Auschwitz et Auschwitz, c’est le point zéro de la pensée selon Adorno. En quoi la connaissance (même partielle), plus encore que la mémoire des mécanismes idéologiques et politiques qui ont permis Auschwitz, peut-elle nous garder du risque de la répétition ?

Didier Durmarque nous pousse à réfléchir profondément, en nous bousculant et nous bouleversant, comme si nous devenions étrangement « acteurs » du drame, comme si à la lecture des écrivains incandescents - « ceux qui nous brûlent » -, nous revivions le drame et en percevions sa dimension de modernité. Les écrivains incandescents sont « ceux qui sont capables de tenir le Verbe quand il a été abandonné par Dieu, lorsque la révélation de la parole gît dans le silence de Dieu, dans la forfaiture divine ». Ils font exister le langage, le logos, l’Être contre Dieu, au cœur de la destruction. Le langage malgré tout, envers et contre tout, nous confirme dans une humanité qu’Auschwitz a remis en question (du moins en Occident).

Jamais, pour moi, et Dieu sait si j’ai pu lire des choses sur la « question », je ne me suis aussi intimement identifié aux victimes du ghetto de Varsovie. Jamais le continuum humain entre victimes et bourreaux n’a été aussi étroit et évident, comme si la question du sens de l’Humanité se posait à tous en responsabilité collégiale et partagée.

Je ne peux pas dire en quoi ce livre est « différent » des autres, car il n’est ni historique, ni scientifique, ni technique, mais il nous aide à dresser un bilan de « ce que l’homme peut faire à l’homme et de ce que ce bilan donne à voir, à penser, à problématiser de l’idée de Dieu ».

C’est une problématique immensément douloureuse et vertigineuse. Comme l’écrit Imre Kertész, Prix Nobel de littérature 2002 et rescapé d’Auschwitz : « Oui, rester en vie après Auschwitz c’est… un peu vulgaire. On peut dire que cela nécessite des explications. »

C’est l’humanité de l’homme qui a rendu possible la Shoah, non sa monstruosité, et Dieu n’a pas répondu. Il a abandonné sa créature, a-ban-donné - banni de tout lieu - l’Alliance avec l’Homme.

Didier Durmarque recadre la place de Dieu : « Entendons-nous bien, dans cette affaire, dans cette aventure de la pensée, il importe peu de savoir si Dieu existe ou pas, nous y reviendrons, il importe de savoir pourquoi l’homme a posé l’idée de Dieu et pourquoi cette idée demande à être réinterrogée, peut-être même à être interrogée entièrement après Auschwitz ».

« Tenir » le Verbe contre l’abandon de Dieu. Tel est le point commun entre Robert Antelme, Piotr Rawicz, Yitzhak Katzenelson et Imre Kertész.

Georges Yoram Federmann

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Art
Trafic d’antiquités : l’art du blanchiment
La mise en examen de l’ancien directeur du Louvre, Jean-Luc Martinez, a mis en lumière l’essor pris par le pillage des sites archéologiques. Les objets se retrouvent ensuite dans les maisons de ventes et les galeries occidentales  prestigieuses. Plongée au cœur d’un circuit opaque et tentaculaire.
par Antoine Pecqueur
Journal — France
Sarkozy-Kadhafi : des mises en examen dans l’opération Hannibal
Une partie de l’équipe impliquée dans la fausse rétractation de Ziad Takieddine a été mise en examen en juin pour « corruption d’agent public étranger », pour avoir tenté de faire libérer le fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, incarcéré au Liban. Noël Dubus, qui pilotait l’opération, a été écroué vendredi.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal
Blast, BHL et le Qatar : ce qu’a dit la justice
Bernard-Henri Lévy a perdu son procès en appel contre le média Blast, qui le présentait comme le possible bénéficiaire d’un financement du Qatar. Le philosophe critique l’interprétation de l’arrêt faite par le directeur du site d’information.
par Yann Philippin
Journal
« Ouvrez l’Élysée » : échangez avec Usul et Ostpolitik
Venez échanger avec Usul et Ostpolitik d’« Ouvrez les guillemets », qui ont chroniqué toute la campagne un lundi sur deux. Posez vos questions en direct.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP