Georges Yoram Federmann
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 janv. 2022

Grandeur et faiblesse de l' Humanisme Strasbourgeois

Les politiques affirment souvent de manière péremptoire que d'essayer de comprendre les mécanismes de certaines tragédies récentes relèveraient de l'angélisme voire de l'encouragement au passage à l'acte. Or une bonne partie des "terroristes" qui ont commis les dernières dévastations que nous connaissons sont les enfants de notre école républicaine universelle: autrement dit, nos enfants.

Georges Yoram Federmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En mémoire de Kamal Nagchchband, Anupong Suebsamarn, Pascal Verdenne, Antonio Magalizzi, Bartosz Niedzielski.

En pensées fraternelles avec les blessés et les familles des victimes.

«  Le tragique est survenu entre-temps,

avec sa part d’irrémédiable.

D’aucuns voudraient tout effacer.

Je crois au contraire que le propre de l’homme,

Ce qui le fait grand, est la mémoire,

Où l’on regarde le pire et le meilleur.

Mais le pire n’abolit pas le meilleur. Il le rend plus problématique.

A chacun, désormais, de faire usage de la mémoire. »

«  Nous n’avons fait que fuir », Bertrand Cantat. Préface de Bernard Comment, Gallimard, collection Minimales/ Verticales, 2004.)

Daniel Pennac: " On imagine pas le nombre d'enfants qui ont été sauvés par l' Education Nationale, parfois de leurs propre famille".

Grandeur et faiblesses de l’humanisme strasbourgeois.

Les élus strasbourgeois aiment convoquer la tradition humaniste rhénane pour donner de l’éclat et de la noblesse à leurs actions et à leurs initiatives.

Le parallèle est certainement régulièrement approprié, même si on peut nuancer avec Stefan Zweig ( cité par Gabriel Braeuner dans la revue de l’ association Espoir) : «  La cause de la rapide décadence et de la fin tragique de l’humanisme c’est que si ses idées étaient grandes, les hommes qui les proclamaient manquaient souvent d’envergure ».

Comment interpréter le commentaire de Roland Ries affirmant solennellement qu’il ne serait pas favorable à l’inhumation de Mr Cherif Chekatt à Strasbourg. ( Juste après le drame du marché de Noël de Strasbourg, le 11 décembre 2018)

Pour éviter le risque de faire de la tombe un lieu de pèlerinage.

Comme si la mort n’avait pas un caractère sacré, universellement.

Comme si la famille de cet homme n’était pas aussi victime psychique, indirecte mais réelle, de ce malheur collectif.

Comme si Mr Chekatt n’était pas un des fils de notre république française et de notre ville.

Selon quels critères pourrions-nous décider du caractère « convenable » d’une dépouille et qu’est-ce qui fonderait la décision de la sacraliser, par l’élection ou le déni ?

Pourquoi ne pas plutôt miser sur l’intelligence, le partage du savoir et des connaissances, le soutien aux familles les plus défavorisées ?

Je connais deux exemples tragiques d’escamotage de dépouilles de personnages criminels réalisées par les américains pour éviter les pèlerinages : celles d’ H. Himmler( 1945) et de O.ben Laden ( 2011).

Mr Chekatt n’a pas été jugé et quel que soit le caractère monstrueux et absurde des actes qu’on peut légitimement lui imputer, sa famille et ses proches ne peuvent pas être intégrés dans l’opprobre.

Et le dégoût, la douleur et le sentiment de gâchis que peuvent inspirer ses actes ne peuvent justifier d’avoir recours à une forme de pensée magique, dont les effets seraient « d’externaliser » le problème crucial que pose ce type de passage à l’acte radical où, chose étrange, l’auteur sacrifie aussi sa propre vie.

Cette proposition de « rejeter » la dépouille est un piège car si on avait dû en décider ainsi, la discussion aurait alors pu s’ouvrir au sujet de tous les auteurs de crimes ou même d’accident : où serait la limite ?

Les violeurs en série , les prêtres pédophiles en série, les tueurs , les escrocs , les auteurs d’accident de la route mortels alcoolisés ne pourraient plus être enterrés chez eux ?

Pourquoi le type de crimes commis par Mr Chekatt génère-t-il ce type d’ostracisme et de déni ?

En quoi sont-ils plus horribles et plus impensables ?

Quelle est l’échelle de l’horreur ?

Quels sont les arguments qui nous autoriseraient à exclure Mr Chekatt du champ symbolique de nos représentations collectives ?

Il est français.

Le « risque » du pèlerinage ne tient pas dans la mesure où les pèlerins seraient immédiatement identifiés

Ce qui fait la grandeur d’une société c’est d’essayer de comprendre. Ce qui ne veut pas dire qu’il s’agirait d’excuser.

Pourquoi ne serions-nous pas capables d’intégrer la problématique représentée par le fait qu’une partie des djihadistes est nos propres enfants.

Le nier serait déplacer fautivement un problème collectif et un défi que nous devons et pouvons relever ensemble.

Un peu comme on déplace géographiquement la criminalité en installant la vidéosurveillance.

Propositions pour une modalité des devoirs de mémoire et de connaissance en prenant la mémoire de la Shoah comme modèle et le rôle des médecins sous le nazisme.

( Il suffirait alors de remplacer médecin par politique).

Est-il pertinent d’essayer de s’identifier aux victimes, non pas pour se réapproprier leur expérience et leur témoignage sacrés et se substituer à eux, mais pour sensibiliser les générations futures à ce qu’ont pu être les « appels », les Sonderkommandos, les Musulmans(1) , le froid, la faim, la soif, la puanteur, le renoncement à la pudeur et à la solidarité... ?

Est-il pertinent de s’identifier aux bourreaux et notamment aux médecins à partir du principe que l’exercice de la médecine est universel et intemporel et à partir de la proposition de Primo Levi selon laquelle : « L’oppresseur reste tel, et la victime aussi : ils ne sont pas interchangeables, il faut punir et exécrer le premier (mais si possible, le comprendre), plaindre et aider la seconde, mais tous deux, devant le scandale du fait qui a été irrévocablement commis, ont besoin d’un refuge et d’une protection, et ils vont instinctivement à leur recherche. Pas tous, mais les plus nombreux, et souvent pendant toute leur vie » ?(2)

Qu’aurions-nous fait nous-mêmes si nous avions été médecins en 1933 en Allemagne ?

Notre mémoire d’Auschwitz doit rester vivante. Qui en sera dépositaire quand tous les rescapés auront disparu ? Comment la reconnaître, comment l’identifier, comment l’étudier, comment la transmettre ? Y a-t-il une pédagogie de la Shoah, y a-t-il une pédagogie du Samudaripen ?

Doit-on considérer cet emblématique drame comme un événement anachronique, ou en rechercher en permanence la modernité, en mettant de manière obsessionnelle la médecine au service des plus démunis et des traumatisés d’aujourd’hui ?

(1) Terme utilisé par les internés des camps d’extermination pour désigner leurs camarades d’infortune ayant renoncé à lutter pour survivre et s’offrant à la mort en position de prière mahométane.

(2) Primo Levi, Les Naufragés et les rescapés. Quarante ans après Auschwitz, Paris, Gallimard, 1989, p. 25.

Par ailleurs, j'aurais, personnellement, les "meilleures raisons" de différencier les uns des autres.

Qu'on punisse et exècre les bourreaux mais qu'on tente de (les) comprendre et qu'on ne renonce jamais à les nommer.

Ce serait un piège tragique dans lequel leurs crimes nous feraient tomber.

Georges Yoram Federmann

24 décembre 18

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Police
Le bras droit du préfet Lallement visé par une enquête pour violences
Alexis Marsan, haut gradé de la préfecture de police déjà mis en cause pour sa gestion violente du maintien de l’ordre notamment lors de la finale de la Ligue des champions au Stade de France, est accusé d’avoir agressé un cycliste alors qu’il circulait sur une moto banalisée mi-mars à Paris. La vidéosurveillance n’a jamais été exploitée, et la plainte orientée vers le mauvais service. Une enquête a été confiée à l’IGPN lundi 4 juillet.  
par Sarah Brethes
Journal
Ces retraités « à bout de nerfs » face aux retards de versement de leur pension
Même quand leur dossier est complet, certains assurés commencent à toucher leur retraite avec des mois de retard, les obligeant à demander le RSA. L’assurance-vieillesse conteste toute situation anormale, mais le Covid et deux transformations récentes pourraient avoir ralenti le système.
par Dan Israel et Faïza Zerouala
Journal
Les agents de l’Assurance maladie sont au bord de la rupture
Des agents du service des indemnités journalières de l’Assurance maladie de Seine-Saint-Denis dénoncent leurs mauvaises conditions de travail qui engendrent des retards dans le traitement des dossiers et le versement des indemnités dues. Ils réclament plus de reconnaissance, des embauches pérennes et de l’avancement.  
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
Lâché par ses ministres pour un mensonge de trop, Boris Johnson finit par démissionner
À la suite d’un nouveau scandale, le premier ministre britannique a annoncé jeudi sa démission après une cinquantaine de départs dans son gouvernement. Il a tenté de résister jusqu’au bout, mais la pression de son parti a été plus forte.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
L’usine occupée des Murs-à-Pêches à Montreuil : Zone à dépolluer et Zone à défendre
Depuis le 2 avril dernier : les 45 habitants et les 27 collectifs qui occupent l’ancienne usine depuis septembre 2020 sont expulsables manu militari sans médiation, sans délai, ni solution de secours. Cette occupation multiforme et créative permet pourtant de maintenir ouvert un débat public indispensable sur la dépollution de ce site et son avenir.
par collectif "Garde la Pêche, Montreuil"
Billet de blog
Zadistes de la République !
En entrant à l’Assemblée, Marine Le Pen a déclaré « c’est pas une ZAD ici ! ». Face à l’effondrement en cours du système Terre, et à l’absence de réponse à la hauteur de la part du monde politique, un collectif de militante·s, responsables et élue·s écologistes appellent à la désobéissance civile. Ils et elles enjoignent à créer « toutes les ZAD nécessaires, pourvu qu’elles nous incitent à nous réveiller collectivement » : « Devenons des Zadistes de la République ! »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
ZAD contre la bétonisation d'un espace agricole de 2,23 ha à Orcet en Puy-de-Dôme
Détruire un espace maraîcher, de verger et de champs cultivés pour bétonner est le projet du maire d'Orcet qui inquiète sa population enfin au parfum grâce à l'action du collectif StopUrba63 appuyé par ANV-COP21, organisateurs de la manifestation réussie du 4 juillet dans le bourg. Il est plus que temps pour ses habitants de refuser cette bétonisation qui va en détruire un joyau précieux.
par Georges-André
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter