Georges Yoram Federmann
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 déc. 2021

Le refus de la vaccination des soignants n'est ni indigne ni criminel.

Nos collègues non vaccinées continuent à nous inspirer confiance et nous savons qu’elles continueront à prendre soin de nos petits et grands patients. Leurs qualités professionnelles et humaines sont intactes.

Georges Yoram Federmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

en soutien aux 4 camarades du CMPP*

https://www.cmpp-strasbourg.org/)

 qui ont refusé la vaccination et sont interdites d'exercer depuis 4 mois et sans ressources.

Moi-même , je viens de développer un Covid simple malgré ( ou grâce?) à 3 vaccinations:

"Nous mesurons la difficulté de la tâche des décideurs dans le contexte sanitaire actuel mais tenons à rappeler notre attachement à la liberté de soigner, de prescrire et de nous réunir en synthèse.

Il y a eu tant d’errements en matière de mise en œuvre de mesures telles que le dépistage, l’isolement des malades, le traçage des contacts , l’utilisation des masques, la protection des métiers exposés que personne ne peut prétendre détenir la vérité sanitaire.

Nous sommes vaccinés ou non et respectons nos postures plus complémentaires que divergentes.

Nous estimons qu’il est fautif d’imposer un passe vaccinal aux soignants réticents à la vaccination.

On peut comprendre le besoin de protéger la population par la vaccination de masse sachant qu’il s’agit avant tout de protéger les plus vulnérables.

Mais nous comprenons aussi très bien les réticences légitimes de tous ceux qui estiment à juste titre que nous ne disposons pas d’assez de recul pour mesurer tous les effets secondaires possibles à venir.

Nous nous faisons mutuellement confiance depuis des lustres et avons décidé de continuer à nous faire confiance.

C'est une partie de l'effet thérapeutique de nos institutions.

Nos collègues non vaccinées continuent à nous inspirer confiance et nous savons qu’elles continueront à prendre soin de nos petits et grands patients.

Leurs qualités professionnelles et humaines sont intactes.

Elles n’ont pas été atteintes par la COVID qui menace plutôt nos cohésions relationnelles, professionnelles et sociales.

C’est cela que nous ne voulons pas perdre.

Nos collègues non vaccinés ne nous menacent pas. Elles ne menacent pas leurs patients à qui leurs soins manquent cruellement.

Elles ne commettent ni faute, ni crime et leur position qui continue à être discutée

nous interroge sur la qualité de notre avenir commun.

Car nous sentons bien ce qui est en jeu, au-delà de la crise actuelle, c’est la dimension humaine de la société des Hommes de demain contrôlée par décrets et lois sanitaires autoritaires ou acceptant certains risques inhérents à toute vie non évaluée, non mesurée, non assurée de la naissance à la mort.

Nous voulons continuer à former des équipes de thérapeutes mutualisant nos expériences et nos décisions, nous épaulant et nous soutenant, dans des prises en charge de plus en plus lourdes et exigeantes ( à financement quasi constant).

Nous acceptons les différences de choix par rapport à la vaccination et ne nous sentons pas en danger.

Nous avons les moyens d’être prudents et sommes habitués à prendre des risques raisonnés dans l’intérêt de nos patients et au service du Soin.

Nous redoutons les effets dévastateurs des clivages et des manichéismes idéologiques.

Nous apprécions de ne pas toujours être d’accord.

Nous n’acceptons pas et nous ne supportons pas que des collègues dont nous connaissons la qualité et la noblesse professionnelles puissent se retrouver au ban de nos métiers et de la société pour une faute imaginaire qu’elles n’ont jamais commise.

Ne nous trompons pas de cible.

Ces praticiennes sont nos alliés et nos chères collègues et nous demandons leur réintégration.

Nous contribuerons à réduire leur peine financière par la création d’une caisse de solidarité.

Nous considérons que ce qui leur est infligé , nous est infligé".

G Y Federmann avec le soutien de 

Marylène Recht

Dominique Reibel

Véronique Gentner

Laure Razon

Isabelle Piegza

Claudia Gauer

Cindy Gassmann

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin