Georges Yoram Federmann
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juin 2022

Salomon, prince à la rue d'origine étrangère ne sera jamais roi en France

Salomon, prince à la rue d'origine étrangère ne sera jamais roi en France ou comment le racisme administratif a fini par avoir raison d'un homme aux si grandes potentialités gâchées. Le texte a été accueilli par https://blogs.mediapart.fr/collectif-dasem-psy/blog/260622/cher-salomon et https://pratiques.fr/Cher-Salomon

Georges Yoram Federmann
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Strasbourg, le 21 juin 22,

Cher Salomon,

Nous sommes le 21 juin et la fête de la musique va battre son plein.

Mais je n’aurai pas le cœur à vibrer.

Vous êtes  arrivé en France en juillet 2009.

Il y aurait eu 13 ans.

13 ans sur 42 années de vie…Presque 1/3 tiers.

L’administration s’est toujours borné à ne pas vous reconnaître, vous désignant par «  M. X se disant Johnson Salomon ».

Nous nous sommes pourtant battus depuis 4 ans et j’étais convaincu que vous alliez arriver à obtenir cette reconnaissance administrative, ce sésame à la con qui vous aurait apporté un peu de sécurité et de dignité.

Vous qui avez été si impressionnant par votre maîtrise du français, des bonnes manières et de respect…

Vous qui, au cabinet, n’éleviez jamais la voix ; cette voix douce et presque tendre, en tout cas si attendrissante.

Vous, que l’on pouvait retrouver en prison à l’ Elsau comme une étape «  touristique » incontournable de votre parcours alsacien.

Il est vrai que les incarcérations ne semblaient pas vous impressionner , vous qui « entendiez siffler les balles » perpétuellement dans les réminiscences traumatiques qui ne vous lâchaient jamais.

Vous qui me faisiez l’honneur de me solliciter pour trouver un dentiste libéral qui aiderait à reconstruire votre dentition à laquelle vous teniez tant.

Et Anita Knafou s’y était collée

Votre vécu traumatique vous a dévasté pour toujours.

Vous  racontiez que vous aviez pris au Libéria des amphétamines et de l’héroïne « pour ne pas avoir peur ».

Vous rapportiez les résurgences des scènes de guerre sous forme d’hallucinations auditives :« de cris d’enfants » , de « gens qui hurlent » ou « de coups de fusil ».

Vous vous représentiez parfois, sous le choc, les humains « comme des reptiles ».

La précarité, les humiliations répétées, le sentiment d’inutilité ont fait évoluer le tableau vers une sorte d’autisme social et relationnel qui vous a enfermé dans une   forteresse psychique qui pouvait vous couper du monde.

Tous ceux qui vous ont croisé ont perçu ce sentiment de gâchis :

«  c’est véritablement tragique car ce patient à des potentialités psychologiques, affectives et relationnelles qui sont gâchées ».

Vous avez  passé votre temps à essayer de survivre en essayant de ne pas vous noyer comme un équilibriste

Sur un fil sans fin…

.

Je vous ai décrit comme » un homme généreux, idéaliste et loyal donnant le change pour  tenter d’offrir  une adaptation de façade en apparence  satisfaisante, mais qui n’était que le masque d’un  sentiment de culpabilité et d’inutilité, qui ne demandait qu’à s’exprimer à la (dé)faveur du moindre doute ou de la moindre interrogation »….

Pour vous pousser au baston, en prison, bref à la faute et à chaque fois à la case départ.

Vous vous êtes montré très conciliant et «  policé » mais la tempête existentielle qui vous submergeait, reprenait ses droits (et ses torts) dès la sortie du cabinet.

On sentait bien qu’il n’aurait pas fallu grand-chose pour vous permettre de revenir parmi «  nous tous » comme vous le souhaitiez tant et comme vous aviez fini par croire que c’était devenu impossible, tant la résistance crasse administrative imposait sa logique cynique et sadique.

On sentait que vous étiez sur le point de recouvrer en partie un sentiment de dignité et d’appartenance à une humanité civilisée et respectueuse de ses lois.

Mais les réminiscences des traumatismes terribles subis vous rattrapaient et s’imposaient à vous la nuit sous forme de cauchemars et parfois même le jour quand le doute s’insinuait de manière trop violente et vous rappelait la situation de précarité et de fragilité. Une situation vraiment de merde.

Le contact avec vous pouvait sembler parfois exagéré et presque obséquieux, mais il traduisait la reconnaissance que vous rendiez à ceux qui ne vous avaient pas abandonné sur ce putain de chemin de croix, même si la conscience que les puissants quelles que soient leurs motivations, finissent par avoir raison dans le domaine politique et que la force l’emportait alors sur le droit et la raison.

Le doute s’insinuait car à votre « petite » échelle la logique de la loyauté ne pouvait plus s’appliquer et vous vous  rendiez bien compte que l’intérêt de l'État dépasse, pour les écraser souvent, l’intérêt des individus et leur exigence de justice.

Vous avez continué à vivre avec rage et détermination et beaucoup de « classe », je trouve, et c’était votre forme de revanche sur le destin morbide qui vous a toujours accablé mais parfois l’élan vital était si altéré que vous deviez puiser au plus profond de vos ressources psychiques pour ne pas abandonner.

En demandant des ordonnances qui  « chevauchaient » ou quelques billets de 10

Qui  coûtait tant à votre dignité mais le faisiez  quand même car vous étiez noble et courageux.

« L’interruption des soins entraînerait des conséquences d’une exceptionnelle gravité à type de décompensation dépressive gravissime avec marginalisation et clochardisation avant que la menace suicidaire ne se rappelle à notre patient, en faisant perdre à l’ensemble de ses soutiens le fruit de ce travail thérapeutique exceptionnel qui a été réalisé pour ramener du néant cet homme en lui inspirant à nouveau le sentiment d’une vie à peu près normale. » écrivais-je il n’y a même pas deux ans.

Vous ne vous êtes probablement pas suicidé mais vous êtes bien «  un suicidé de cette société » qui a tant de potentialités mais qui sait si bien se montrer pourrie et implacable avec les vulnérables…et les princes, comme vous, derrière « le mendiant » dévasté et méprisé.

J’ai aimé être votre compagnon de route même si j’étais bouleversé de vous revoir repartir en galère à la fin de chaque consultation.

Consultations auxquelles vous ne veniez en général pas quand vous aviez RDV et que vous imposiez ( avec tact et mesure) quand vous n’en aviez pas. La classe vraiment.

J’ai bcp apprécié bosser avec les collègues de l’ ARSEA ( Muriel  Lickel, notamment), Charlotte Claude, infirmière régulatrice à l’ hôtel Pax, sensibles et impliqués ; combattifs.

Avec le Dr Knafou, dentiste.

Avec le Dr ARAGONES VIDAL Ester de l’Elsau.

Maître Sophie Kling a fait tout son possible.

Marie-Louise, ma secrétaire, faisait partie de la « famille ».

Je me souviens encore de cette lettre des urgences de SOS Main de janvier 2021, 17 mois avant votre mort ( notre mort psychique aussi , pour une part) où vous étiez allé consulter pour une morsure «  de rat INCONNU en voulant le nourrir ».

La France vous a traité comme un rat mais vous sembliez ne plus devoir en tenir rancune à quiconque , tant le régime des hommes vous avait dévasté.

Reposez en paix et continuez à nous inspirer.

Fraternellement

Georges Yoram Federmann

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes