Géraldine Delacroix
Journaliste.
Journaliste à Mediapart

62 Billets

43 Éditions

Billet de blog 18 déc. 2009

A Copenhague, des arrestations en nombre

Mardi 8 décembre, le sommet n'en est encore qu'à son deuxième jour mais déjà, remarque Denis Baupin, «la police danoise est très présente (mais encore assez discrète, les hauts dirigeants de ce monde ne sont attendus que dans 10 jours), les portiques de sécurité, badges, etc. filtrent les participants, et on se doute qu'il y aura une toute autre sélection dans les derniers jours de la conférence». Une intuition qui se confirme dès la fin de la semaine. Récit avec l'équipe du live-blog de Mediapart. 

Géraldine Delacroix
Journaliste.
Journaliste à Mediapart

Mardi 8 décembre, le sommet n'en est encore qu'à son deuxième jour mais déjà, remarque Denis Baupin, «la police danoise est très présente (mais encore assez discrète, les hauts dirigeants de ce monde ne sont attendus que dans 10 jours), les portiques de sécurité, badges, etc. filtrent les participants, et on se doute qu'il y aura une toute autre sélection dans les derniers jours de la conférence». Une intuition qui se confirme dès la fin de la semaine. Récit avec l'équipe du live-blog de Mediapart.

C'est à partir de la grande manifestation du 12 décembre que la police danoise se livre aux arrestations en nombre. En grand nombre. Jade Lindgaard, envoyée spécial de Mediapart, live-blogue: «17h29: Sur les écrans du Bella Center, images de policiers arrêtant tirant par le bras des manifestants assis en file indienne.» Puis l'information tombe: «Selon un communiqué officiel, la police a arrêté 400 personnes, décrites comme appartenant aux "Black blocs".» Il est 17h41. Premières mises en cause: «17h47. entre 50 et 200 personnes ont été bloquées par la police. Parmi elles, des manifestants portant des drapeaux d'organisations (Amis de la terre...). Mais la police soupçonne que des black blocks se trouvent parmi elles. Du coup ils les retiennent, et ne permettent aux personnes ainsi retenues que de sortir au compte goutte. Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées pour demander leur libération. Les organisateurs de la manifstation sont mécontents: d'après eux, la police ne respecte pas les accords passés avec elle».
La parole à Maxime, toujours sur le live-blog: «J'étais chargé, comme d'autres, de la mise en place du bloc "Change System, not the climate", et notamment d'aider à ce que les cortèges français et Attac Europe soient bien derrière celui de la Via Campesina. Tout allait bien, était bon enfant - certes quelques échos de minuscules tentatives de groupes autonomes nous revenaient. Nous prenions des photos de nos cortèges... C'est en revenant vers le cortège Attac, en voulant prendre en photo la banderole des Attac Europe ... que les flics ont déboulé de deux rues adjacentes, avec camions pénétrant dans le cortège à bonne vitesse, etc...découpant le cortège en trois : la majeure partie de la manif déjà passée, 800 à 1000 manifestants bloqués entre deux lignes de flics, et le reste de la manif derrière...»


Mardi, Jade relève que «Tadzio Muller a été arrêté aujourd'hui à Copenhague. C'est l'un des piliers de Climate justice action (CJA), l'un des principaux mouvements derrière le "reclaim power day", journée d'action pour faire pression sur la Cop 15 qui se tient demain mercredi 16 décembre.» Nicolas apporte quelques précisions et donne son avis: «Tadzio serait accusé de trouble majeur à l'ordre public et violence envers agent de police. Hier, il avait été d'une clarté totale sur le sens des actions : non violence active, pas d'affrontements avec la police. Mais ces inculpations permettent de le maintenir en garde à vue 24 heures, un moyen de s'assurer qu'il ne prendra pas part à l'action de demain. Sachant que Tadzio est l'un des organisateurs de l'action et du Climate Justice Action... Il a été arrêté par trois policiers en civils, alors qu'il quittait le bella center. Bref : une arrestation ciblée.»
Jean, photographe: «Une opération de police est en cours à la Candy Factory lieu de préparation du bike bloc. Pas plus d'informations pour l'instant». Le bike block, ce sont des manifestant à vélos.
Nicolas: «Il y a eu une arrestation à la candy factory, d'un activiste en possession d'un petit couteau. Les autres activistes sont autorisés à partir. La police a saisi les "double double trouble". La police est également repartie avec un sac de matériel, à la contenance inconnue. La crainte des activistes : qu'elle contienne des outils, boulons et autres, utilisés pour bricoler les vélos, et soit présentée à la presse comme un arsenal d'armes par destination.»
Mardi soir, dernier message de Nicolas vers minuit: «La dernière info de la soirée, c'est une descente à la Folkest Hus, là où Via Campesina, entre autres, organisait une soirée festive.
Et parmi les 20 personnes arrêtés hier à Christiania, on compte des membres de Ya Basta!, bien formés à l'action non-violente, et qui devaient jouer un rôle clef dans la manif de demain. L'accusation contre l'un de leurs animateurs (qui est un militant non-violent de longue date) ? Jet de cocktail molotov. Pas très crédible... mais efficace : en comparution immédiate cet après-midi, il ne sera bien sûr pas sorti pour la manif de demain.»
Mercredi, Nicolas est arrêté à son tour puis libéré des heures après. A 17h25, Jade: «Notre liveblogueur Nicolas Haeringer vient d'être libéré. Aucune poursuite contre lui. Juste qqs heures de perdues ds les geoles de Copenhague.» La manifestation Reclaim Power se déroule sous haute surveillance.

Jeudi 16 décembre, des manifestants du réseau Climate justice action sont stoppés devant le Bella Center par un impressionnant déploiement policier. Vidéo ci-dessous:

© 
Vendredi, une manifestation demande la libération des 90 prisonniers du climat. A l'appel de Climate Justice Now et de Climate Justice Action, elle rassemblerait environ 1500 personnes. Nicolas Hearinger: «l'ambassade de France au Danemark confirme qu'un français, arrêté le 12 décembre, est en détention préventive pour violence contre policiers. Il sera jugé le 4 janvier».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd