Le phénomène Podemos : Du rêve à la réalité

L'interrogation « pourquoi un mouvement de type Podemos ne s'est-il pas développé en France ? » occupe nombre de commentaires et d'analyses. Ils fournissent assurément des pistes de réflexion et des tentatives de réponse fécondes quant à la situation dans l'hexagone. Or, j'étudie la société espagnole depuis plusieurs années et je suis frappé par le fait que l'on ne renvoie que très rarement au contexte sociopolitique espagnol. La comparaison entre les deux pays, plus précisément entre les histoires politico-sociales respectives qui les ont marqués pendant les quarante dernières années, permettrait de mieux comprendre, non seulement pourquoi un tel mouvement n'apparaît pas en France, mais aussi quelles sont les causes du surgissement de Podemos en Espagne et comment il a pu acquérir une influence telle que le paysage politique espagnol s'en est trouvé transformé suite aux dernières élections locales. Elle montre en même temps que ce qui semble apparaître comme une exception en Europe – distincte de celle de Syriza en Grèce – a créé en France des illusions injustifiées quant à son avenir. Si l'expérience « Front de Gauche » en France se différencie de Podemos par bien des aspects, la capacité de ce dernier à changer radicalement les orientations politiques en Espagne ne sont pas supérieures à celle du Front de Gauche. On doit cependant mettre à son crédit d'avoir changer de façon significative une configuration politique fossilisée par le bipartisme PSOE-PP. C'est l'ensemble de cette problématique que je voudrai montrer succinctement dans ce qui suit.

En regard de la situation française où l'espace politique de la contestation « anti système » est occupé par le FN résultant d'un processus d'implantation long relié à toute une série d'avatars historiques, il n'existe pas en Espagne de parti d'extrême droite autonome. L'extrême droite espagnole issue du franquisme s'est organisée à l'intérieur du Parti Populaire souvent présenté comme un parti de droite classique. Plus encore, elle n'y est pas isolée mais occupe de fortes positions d'influence et de pouvoir dans les institutions politiques et à tous les niveaux de l'appareil d’État.

Lire la suite sur mon site avec le lien suivant:  http://maghreb-europe.home108.com/?cat=9

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.