Ghislain Poissonnier et Patrick Zahnd
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 janv. 2022

Pour le droit au boycott citoyen des produits TEVA

Olivia Zémor est injustement poursuivie devant la Cour d’appel de Lyon pour avoir, dans le cadre de sa liberté d’expression, dénoncé l’implication de l’entreprise pharmaceutique TEVA dans la politique israélienne d’apartheid. Face à cette situation ubuesque, Olivia Zémor mérite notre soutien et doit être relaxée en appel.

Ghislain Poissonnier et Patrick Zahnd
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Olivia Zémor est injustement poursuivie devant la Cour d’appel de Lyon pour avoir, dans le cadre de sa liberté d’expression, dénoncé l’implication de l’entreprise pharmaceutique TEVA dans la politique israélienne d’apartheid.

Sur le site internet www.europalestine.com il est écrit, s’agissant de l’entreprise pharmaceutique TEVA, dont le siège est implanté à Tel Aviv, en Israël : « TEVA, on n’en veut pas », car « une partie de ses bénéfices renfloue l’armée israélienne ».

Pour ces phrases, Olivia ZEMOR, éditrice du site www.europalestine.com, fait l’objet depuis 2016 d’un véritable harcèlement judiciaire de la part de TEVA.

L’entreprise pharmaceutique a réussi à obtenir la désignation d’un juge d’instruction, la réalisation d’une longue information judiciaire et la tenue d’un procès devant le tribunal correctionnel de Lyon.

Heureusement, les juges du siège, indépendants, n’ont pas tremblé et ont rendu, le 18 mai 2021, un jugement relaxant Olivia ZEMOR au nom de la liberté d’expression

Une liberté qui comprend celle d’appeler au boycott des produits israéliens, comme l’a dit la Cour européenne des droits de l’homme le 11 juin 2020 dans un arrêt condamnant la France pour les restrictions imposées à ce droit.

Voilà cependant que TEVA et le ministère public ont fait appel de la décision et qu’un nouveau procès se prépare le 27 janvier prochain devant la Cour d’appel de Lyon.

TEVA fait l’objet depuis plusieurs années d’une campagne militante en France et dans le monde, visant à ce que la société cesse toute forme de lien avec la politique israélienne dans les territoires palestiniens occupés. Dans une démarche de consommation responsable et soucieuse du respect des droits de l’homme, les patients et les professions de santé sont invités à ne pas acheter les médicaments de cette entreprise.

TEVA, en effet, n’est pas une entreprise israélienne comme les autres.

Premièrement, elle est un acteur majeur de la politique israélienne du médicament qui a mis en place un libre accès pour les entreprises pharmaceutiques israéliennes au marché palestinien sans réciprocité. Cette même politique empêche aux entreprises pharmaceutiques palestiniennes de produire leurs propres médicaments génériques ou d’en acheter des moins chers ailleurs. Une différence de traitement qui a été dénoncée par la Banque mondiale comme constituant un des principaux obstacles au développement de l’économie palestinienne.

Deuxièmement, elle est un acteur majeur de la politique israélienne de santé qui aboutit en pratique à ce que les Israéliens bénéficient d’une prise en charge médicale complète et diversifiée, alors que les Palestiniens demeurent peu ou mal soignés. Et ce en grande partie du fait des restrictions mises par l’occupant israélien dans les territoires palestiniens à la liberté de mouvement des ambulances, à la formation du personnel médical, au bon fonctionnement des hôpitaux, à leur approvisionnement en médicament, en matériel ou en prothèse. La situation à Gaza, sous blocus israélien depuis 2007, est à cet égard particulièrement dramatique et inhumaine. La situation du secteur de la santé en Cisjordanie, sans être aussi mauvaise, n’en demeure pas moins marquée du sceau de la discrimination, seuls les colons ayant accès à la gamme de soins israéliens. L’apartheid israélien, documenté par les rapports spéciaux des Nations Unies sur les droits de l’homme, Human Rights Watch et des ONG palestiniennes et israéliennes, est aussi un apartheid médical.

Troisièmement, l’entreprise est connue pour approvisionner en médicaments les populations, les pharmacies et les dispensaires des colonies israéliennes, colonies illégales selon le droit international et dont la viabilité n’est possible qu’en raison de la complicité des opérateurs économiques israéliens. TEVA fournit également l’armée israélienne, pilier essentiel, aux côtés de l’administration et des colons, de la politique de spoliation des terres menée en Palestine.

Les raisons de critiquer cette entreprise et de boycotter ses produits ne manquent donc pas !

Le traitement réservé à Olivia Zémor est d’autant plus injuste que son combat politique contre les différentes formes de complicités de la colonisation et de l’occupation israélienne est parfaitement légitime sur le fond et répond à une véritable nécessité.

En effet, les autorités françaises se révèlent particulièrement attentistes sur le sujet.

La France, sur invitation de l’Union européenne, s’est dotée en 2016 d’une règlementation imposant l’étiquetage des produits importés qui sont issus des colonies israéliennes de Jérusalem-Est, de Cisjordanie ou du Golan. Une législation validée en 2019 par la Cour de justice de l’Union européenne, au nom du respect du droit international et de l’information du consommateur.

Or, il est de notoriété publique que nombreux produits (des fruits, des dattes, des légumes, du vin, des cosmétiques et autres biens de consommation courants) fabriqués dans les colonies sont commercialisés en France et présentés dans leur étiquetage comme israéliens. Et ce en contravention évidente avec la règlementation.

Pourtant, quasiment aucun contrôle n’a été conduit par les administrations (DGCCRF et Douane) dans les magasins ou chez les importateurs et à ce jour aucune poursuite pénale n’a été engagée contre les contrevenants.

Conséquences : les consommateurs français, notamment ceux soucieux de consommer « éthique », ne sont pas informés de l’origine des produits qu’ils achètent et le marché français contribue au développement des acteurs économiques israéliens installés dans les colonies.

Une situation ubuesque, alors que dans le même temps le ministère français des affaires étrangères condamne la colonisation israélienne et rappelle qu’il s’agit d’une violation du droit international et un obstacle à la paix.

Pour l’ensemble de ces raisons, Olivia Zémor mérite notre soutien et doit être relaxée en appel.

Ghislain Poissonnier, magistrat et Patrick Zahnd, professeur de droit international humanitaire à Sciences Po Paris.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871