Après Tarnac et Poitiers, le cirque de " l'ennemi intérieur " s'installe à Rennes. (Procès)

Lorsqu'un cirque s'installe dans une ville ou un village, il y a toujours un gars dans son auto barriolée qui vient faire l'annonce au mégaphone pour rameuter les petits zé les grands... Le Télégramme, le 3 décembre, faisait le boulot:Le comité rennais des chômeurs et précaires a prévu d'organiser une manifestation samedi, alors que les Transmusicales battront leur plein à Rennes. Cet appel à manifester suscite l'inquiétude des forces de l'ordre, qui craignent des débordements de l'ultra-gauche. On se souvient que le mois passé, juste après les dégâts causés à Poitiers par ces mêmes autonomes, un mot d'ordre comparable avait conduit à la mobilisation d'une forte présence de gendarmerie et de police qui avait dissuadé les contestataires. Cette fois, la situation sera différente, puisque la manifestation prévue se télescopera avec le défilé de chars et de groupes de la techno-parade... "Vous l'avez vu à Tarnac !... il est passé à Poitiers !...Le cirque de "l'Ennemi Intérieur" s'installe à Rennes.!.."(clowns CRS et jongleurs de la BAC assurent le spectacle).
Chômeurs inculpés à Rennes: conf. de presse du MCPL (5) © gilles jouault
Chômeurs inculpés à Rennes: conf. de presse du MCPL (5) © gilles jouault
Chômeurs inculpés à Rennes: conf. de presse du MCPL (5) © gilles jouault

Lorsqu'un cirque s'installe dans une ville ou un village, il y a toujours un gars dans son auto barriolée qui vient faire l'annonce au mégaphone pour rameuter les petits zé les grands...

 

Le Télégramme, le 3 décembre, faisait le boulot:

Le comité rennais des chômeurs et précaires a prévu d'organiser une manifestation samedi, alors que les Transmusicales battront leur plein à Rennes. Cet appel à manifester suscite l'inquiétude des forces de l'ordre, qui craignent des débordements de l'ultra-gauche. On se souvient que le mois passé, juste après les dégâts causés à Poitiers par ces mêmes autonomes, un mot d'ordre comparable avait conduit à la mobilisation d'une forte présence de gendarmerie et de police qui avait dissuadé les contestataires. Cette fois, la situation sera différente, puisque la manifestation prévue se télescopera avec le défilé de chars et de groupes de la techno-parade...

 

"Vous l'avez vu à Tarnac !... il est passé à Poitiers !...Le cirque de "l'Ennemi Intérieur" s'installe à Rennes.!.."

(clowns CRS et jongleurs de la BAC assurent le spectacle).

Le 5 décembre dernier à Rennes donc, la manifestation contre le chômage et la précarité, pourtant d'envergure nationale, est interdite au dernier moment par le préfet: 500 manifestants regroupés place de la gare à 15h00, décident alors de contourner les barrages des CRS et de la BAC et de défiler pacifiquement sous les bannières du DAL, d'Agir contre le Chômage, des Verts, du NPA... et du MPCL, Mouvement des Chômeurs et Précaires en Lutte, sus annoncé par le Télégramme. (la vidéo de la manifestation)

(à croire que aucun de ceux-là des 500, dont je fus, sous la banière des chômeurs vidéastes indépendants, n'avait entendu l'avertissement du préfet via le Télégramme qui nous annonçait que si grabuge il y aura, ce sera du fait de la présence de l'Ultra-gÔche dans nos rangs ...et que si toute fois je me pointais, M.Pinder serait là pour me distraire)

 

Le 7 janvier 2010, le MCPL (Mouvement des Chômeurs et Précaires en Lutte) a tenu une conférence de presse à Rennes pour revenir sur les conditions dans lesquelles les forces de l'ordre ont opéré pendant cette manifestation, et notamment à la toute fin de celle-ci, vers 17h30, lorsque le MCPL et les quelques 50 manifestants qui les suivaient au niveau des champs Libres et du 4Bis (des établissements culturels que la municipalité a fait construire sur l'esplanade du Général de Gaule) ont voulu pénétrer dans la Maison des Associations, réservée la veille pour y tenir leur AG. C'est à ce moment que les CRS et la BAC ont chargé les manifestants.

Dans leur conférence de presse, le MCPL, avec le collectif Bonnets Rouges (chargé de défendre les 4 manifestants arrêtés et inculpés) nous apprennent de nombreux éléments mettant en cause les responsables de l'autorité nationale mais aussi de la municipalité rennaise (socialiste):

 

La charge des CRS et de la BAC a été déclenchée au moment où le MCPL négociait avec la Directrice de la Maison des Associations : elle leur refusait l'accès à la salle réservée la veille, revenant subitement sur son accord passé. (trop de manifestants? sûrement pas)

 

La charge des CRS et de la BAC n'a pas seulement eu lieu à l'extérieur, mais aussi à l'intérieur de la Maison des Associations.(Des témoins, employés de cet établissement, et des autres établissements municipaux voisins, Champs Libres et 4Bis, craignent de témoigner)

 

La charge des CRS et de la BAC a fait des blessés graves, notamment en portant des coups à la tête des manifestants. Yann Barois, jeune manifestant, présent à la conférence de presse, témoigne ici des coups de matraque télescopique qu'il a reçu, occasionnant des séquelles irrémédiables à son cerveau: (2 autres jeunes femmes, comme lui, portent plainte).

 

 

Enfin, la charge des CRS et de la BAC ne s'arrête pas à ce 5 décembre, elle se poursuit dans les dossiers du procureur chargé d'inculper les 4 manifestants interpellés: le MCPL dénonce des faux témoignages.

Le plus édifiant est celui du membre de la BAC qui prétend avoir reçu le fameux oeuf, imbibé de produit corrosif? ou de peinture?: (je cite un extrait de la déclaration de Bonnets Rouges et MCPL, en rappelant que cet épisode se passe au cours de la manifestation, quand les manifestants chômeurs rencontrent la Parade des Trans, place de Bretagne)

"L'agent touché aura soit disant été grievement atteint, avec une journée d'ITT à la clé...", et je confirme ce qui suit, "... alors même que ce dernier est resté dans la manifestation jusqu'au bout." J'ajoute qu'il gambadait, le visage masqué, une écharpe sur le nez, et l'arme blanche au ceinturon...(un jongleur d'oeuf, je vous dis!).

 

Leur procès aura lieu à la Cité Judiciaire de Rennes, le 18 janvier .

Une manifestation est organisée en leur soutien, samedi 16 janvier à 15 h place de la mairie. Ainsi qu'un rassemblement; lundi 18 janvier à 15 h 00 devant la cité judiciaire, à l’occasion du procès.

 

Maintenant, avant de vous laisser voir la vidéo de la quasi totalité de la conférence de presse du MCPL, il faut sans doutes que je vous en dise plus sur ce mouvement. (j'attendais évidemment que dans certaines têtes murisse cette réflexion simplette: on ne casse pas un oeuf sans faire d'omelette...).

Oui c'est un mouvement autonome (ça y est le mot est lâché! ... par eux d'ailleurs). Il veut organiser la défense des chômeurs par les chômeurs, entre eux et sans autres intermédiaires institutionnels (partis, syndicats).

Vous en saurez plus ici.

Ah j'oubliais... aussi, ils demandent depuis des mois un local à la Mairie de Rennes pour pouvoir se rassembler.

Là, maintenant, vous pouvez affronter le regard terrible et menaçant (grrrr!) de la bête féroce lancée sur la piste aux étoiles rennaises:

" Mes Dames et Messieurs!...L'ENNEMI INTERIEUR !! "

 

La déclaration préalable (parties 1 à 4) est disponible sur mon compte Dailymotion.

 

(à suivre...)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.