DOUX: une douce précipitation avant une grande manifestation ce samedi à Chateaulin

Une douce précipitation: Vendredi 15 juin notre site Bretagne Durable profitait de la tenue 13ème congrès de la CFDT Bretagne à Rennes, pour rencontrer François Chérèque et les syndicalistes de terrain, majoritaires dans la filliaire agroalimentaire (copie d'article ci-dessous). Rien ne présageait alors dans leurs propos  la tenue ce samedi 22 juin d'une manifestation à Chatealin en soutien aux salariés de Doux. Hier Le Monde annonçait la décision de la vente de Doux mais dans la foulée "un porte parole de l'entreprise" démentait l'information dans La France Agricole.Comme nous le déclarait à Rennes Jean-Luc Guillart, syndicaliste sur le site du Père Dodu à Quimper, "pour savoir ce qui se passe dans l'entreprise il faut qu'on lise la presse"...en espérant que le gouvernement qui déclarait chercher à trouver des fonds au-près des banques en sache plus que les salariés.

http://dai.ly/LB3n8D

Une douce précipitation: Vendredi 15 juin notre site Bretagne Durable profitait de la tenue 13ème congrès de la CFDT Bretagne à Rennes, pour rencontrer François Chérèque et les syndicalistes de terrain, majoritaires dans la filliaire agroalimentaire (copie d'article ci-dessous). Rien ne présageait alors dans leurs propos  la tenue ce samedi 22 juin d'une manifestation à Chatealin en soutien aux salariés de Doux. Hier Le Monde annonçait la décision de la vente de Doux mais dans la foulée "un porte parole de l'entreprise" démentait l'information dans La France Agricole.

Comme nous le déclarait à Rennes Jean-Luc Guillart, syndicaliste sur le site du Père Dodu à Quimper, "pour savoir ce qui se passe dans l'entreprise il faut qu'on lise la presse"...en espérant que le gouvernement qui déclarait chercher à trouver des fonds au-près des banques en sache plus que les salariés.

François Chérèque: "Doux, une famille qui s'enrichit et un groupe qui s'appauvrit"

Le secrétaire général de la CFDT, présent vendredi 15 juin à Rennes pour le 13e congrès de l'Union Régionale Interprofessionnelle CFDT de Bretagne, nous a accordé une interview concernant "l'affaire Doux".
Tandis que vendredi dernier le responsable du syndicat majoritaire dans la filière de l'agroalimentaire, comme les syndicalistes de terrain rencontrés, semblaient confiants sur le suivi de l'affaire par le gouvernement, ils appellent dans un communiqué du 19 juin à un large rassemblement pour manifester à Chateaulin samedi 23 juin.

Lors de son point presse, François Chérèque déclare plusieurs fois que la filière de la volaille n'est pas en crise et qu'elle bénéficie d'un large marché à l'exportation "En Chine et en Inde". Nous entammons l'interview sur les conséquences environnementales d'une Bretagne vouée à nourrir toute la planète, avant d'aborder la façon dont le gouvernement gère la crise Doux.

F.CHEREQUE : "Doux, une famille qui s'enrichit et un groupe qui s'appauvrit" © Bretagne Durable magazine

 

 

 

 

 

"Je viens d'apprendre par la presse que le groupe Doux allait avoir de l'argent injectée par les banques"

Rencontré vendredi à ce même congrès de l'URI CFDT Bretagne, Jean-Luc Guillart, délégué syndical sur le site Père Dodu à Quimper, dénonce entre autres le manque d'informations de la part de la direction du groupe Doux.

Ce même 15 juin, l'information était suivie d'une déclaration de soutien de la Région auprès des banques qui veulent investir dans le groupe. Il faut croire que Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense mais toujours à la tête de la Bretagne, n'a pas pris soin de communiquer préalablement avec les syndicats concernés.

"Pour l'heure aucun montage financier n'est bouclé", souligne par aillmeurs Le Monde du 20 juin.

Entretien vidéo avec Jean-Luc Guillart, Jean-Luc Feillant, secrétaire adjoint UPRA de Bretagne (Union Professionnelle Régionale Agricole) et Patrick Massard de la Fédération Générale Agroalimentaire CFDT, réalisé en marge du 13ème congrès de l'URI-CFDT Bretagne, à la Chambre des métiers de Rennes:

1ère partie - "Ça fait longtemps qu'on dit que ça va mal !"

"Charles Doux je l'ai vu 2 fois en 20 ans d'entreprise. Son fils (Jean-Charles Doux) c'est pareil" déclare Jean-Luc Guillart.

Patrick Massard: "Depuis 98, les importations de volailles ont explosé (de 0 à 40 % en 10 ans). Mais qui les a exporté du Brésil si ce n'est pas Doux, qui vendait y compris à ses concurrents et qui fermait des sites en France.... Il s'est tiré une balle dans le pied".

Les aides de la PAC, les 1 milliards (en 15 ans) annoncés dans la presse "englobent aussi les aides du Conseil Régional...Et sans aucune contrepartie. Comment aller chercher des aides, ça Doux pourrait en apprendre à beaucoup !"

Doux: rencontre avec la CFDT Bretagne (1) © Bretagne Durable magazine

 

 

 

 

 

2e partie: "Nous on demande aux politiques une solution pour que ce ne soit pas une catastrophe au niveau de l'emploi"

En point de mire aussi pour le gouvernement, la PAC 2013-14 et l'arrêt des restitutions dont le système "Doux n'a fait que tirer la corde" (patrick Massard).

"Dans les mois à venir il faudra reparler de l'avenir de la filière volaille et des filières viandes. Et nous en tant que salariés on ne veut pas être exclus de cette discussion." (Jean-Luc Feillant)

"On ne sait plus comment faire si cette fois on ne nous écoute pas" (Jean-Luc Guillart).

"Tout va bien ne vous inquiétez pas....Tout ça me rappelle 2001 et la chute du roi du poulet tranquillement assis dans les tribunes aujourd'hui" (Patrick Massard)

"Hier (au congrès de Rennes), un vibrant hommage a été rendu aux salariés et syndicalistes de Doux" conclut Jean-Luc Feillant. Jean-Luc Guillart acquiesce.

Doux: rencontre avec la CFDT Bretagne (2) © Bretagne Durable magazine

 

 

 

 

 

Plus d'infos sur notre site:

Doux : faillite… de la vocation exportatrice, que deviennent les paysans et les salariés ? par la Confédération Paysanne.

Doux : après l'annonce du tribunal, les politiques réagissent ! 

La dette de Doux au Brésil : "pollution des sols et des eaux"

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.