Gilles Bouquerel
Psychiatre d'Enfants à la retraite, touche à tout, bon à rien, mais pas vraiment...
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 mai 2019

Les expériences précoces peuvent modifier la gravité de l'autisme

L'étude des jumeaux (mono et dizygotes) a souligné l'importance des facteurs génétiques dans l'autisme. Mais pas que. La sévérité de ces autismes gémellaires est souvent discordante, et c'est une source de réflexions... Réunion annuelle de la Société internationale de recherche sur l'autisme (International Society for Autism Research) 2019 à Montréal.

Gilles Bouquerel
Psychiatre d'Enfants à la retraite, touche à tout, bon à rien, mais pas vraiment...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les expériences précoces peuvent modifier la gravité de l'autisme

par Jessica Wright / 3 mai 2019 - Spectrum

L’environnement d’un enfant exerce une forte influence sur la gravité de son autisme, selon une étude de 79 paires de jumeaux identiques dont au moins un jumeau est autiste.

Les chercheurs ont présenté les résultats non publiés hier à la réunion annuelle de la Société internationale de recherche sur l'autisme (International Society for Autism Research) 2019 à Montréal.

Des études menées sur des jumeaux identiques ont montré que l'autisme reposait sur une base génétique solide: si un jumeau identique est atteint d'autisme, l'autre en est atteint 90% du temps.

Les nouveaux travaux corroborent ces estimations: dans 74 des 79 couples de jumeaux, les deux jumeaux ont un diagnostic d'autisme. Cependant, la gravité de l'autisme diffère souvent considérablement entre les paires de jumeaux. Dans une paire de jumeaux, par exemple, un garçon est essentiellement non verbal, tandis que l'autre a un excellent langage.

"Il est presque impossible de croire que des jumeaux identiques peuvent être si différents; c’est remarquable », a déclaré le chercheur principal John Constantino, professeur de psychiatrie et de pédiatrie à la Washington University de St. Louis, qui a présenté les résultats.

Les résultats suggèrent que la qualité de vie des enfants autistes n'est pas figée dans leurs gènes.

«La discussion montre que l'environnement compte beaucoup, ce qui est pour moi un espoir, car cela signifie que même si un enfant a un lourd fardeau génétique, il reste encore beaucoup à faire et des améliorations sont possibles», déclare Lucia Peixoto, professeure adjointe à sciences biomédicales de l’Université d’État de Washington à Spokane, qui n’a pas participé à l’étude.

Spectre de traits:

Constantino et ses collègues ont utilisé l'échelle de réactivité sociale (Social Responsiveness Scale - SRS), un questionnaire qui mesure la gravité des traits de l'autisme, pour analyser 347 paires de jumeaux identiques âgés de 3 à 19 ans.

Dans l’ensemble, il existe une répartition uniforme des traits de l’autisme entre les paires de jumeaux; les jumeaux atteints d'autisme sont à une extrémité de cette distribution. Ceci est cohérent avec la théorie selon laquelle les traits de l'autisme couvrent un large spectre à travers la population.

Les jumeaux de chacune des 268 paires jumelles de la population générale sont similaires à environ 80% selon leurs scores au SRS. En revanche, les paires dans lesquelles au moins un jumeau est atteint d'autisme ne présentent qu'une similitude de 20%. Pour les deux groupes, plus les traits de l'autisme sont graves dans une paire de jumeaux, plus les membres de cette paire sont susceptibles d'avoir différents niveaux de ces traits.

Les résultats suggèrent qu'avoir une maladie du cerveau rend les enfants plus susceptibles aux événements aléatoires qui se produisent tôt dans la vie, dit Constantino.

L'âge et le sexe des jumeaux n'influencent pas cette disparité, ce qui suggère que ces événements aléatoires se produisent avant l'âge de 3 ans. Ceci est surprenant, déclare Caitlin Hudac, chercheuse à l’Université de Washington à Seattle, qui n’a pas participé à l’étude.

«Les jumeaux n’ont pas nécessairement beaucoup de temps à part; il n’y a pas beaucoup de temps pour l’indépendance à ce stade », dit-elle. "Ce sera très intéressant de puiser dans ce développement précoce et de décrire ce qui pourrait être différent pour préparer le terrain."

Les chercheurs ont trouvé des résultats similaires à ceux du SRS même lorsqu'ils utilisaient un test de gravité différent, le calendrier d'observation du diagnostic d'autisme. Ils ont testé 80 paires de jumeaux identiques dans lesquelles un jumeau est atteint d'autisme.

Les raisons de cet écart de gravité ne sont pas claires mais doivent provenir de quelque chose qu'un seul des jumeaux a expérimenté, dit Constantino. Les différences pourraient également être enracinées dans des mutations somatiques, qui surviennent après la conception dans certaines cellules seulement du corps.

Là encore un puits de réflexions, puisqu'en même temps qu'elle affirme le caractère génétique de l'autisme, l'étude des jumeaux monozygotes montre également leur très grande disparité développementale, et introduit la question du pourquoi de ce dernier phénomène.

D'où provient la disparité développementale et la dissemblance chez des jumeaux homozygotes autistes. Nous voila dégrisés de l'ivresse génétique, ce capiteux breuvage qui explique, très simplement, tout et le reste dans l'autisme

Bien entendu je n'ai pas la réponse, mais elle souligne encore que le développement est un génie bien farceur, qui n'aime pas la linéarité ni les solutions simples. Le concevoir alors comme un processus long, complexe, étalé dans le temps, soumis à de multiples évènements et interactions est le moins qu'on puisse exiger.

En outre, chacun est invité à penser l'intervention en autisme comme pouvant cibler des facteur aggravants particuliers rencontrés par les jeunes enfants autistes.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr