AMAZON S'EST INSTALLE SUR FRANCE CULTURE

Les auditeurs et auditrices de France Culture ont pu l'entendre, ces dernières semaines : la publicité est arrivée sur l'antenne.

"Mais taisez-vous donc, les grognons", nous répondra-t-on, "c'est la promotion d'un produit culturel, des livres audio à écouter sur son smartphone. Une pub culturelle, rien à voir avec Panzani Nissan ou EDF !".

Et de fait, la marque "Audible" accompagne vos réveils culturels dès 7 heures le matin.

La publicité de marque, sur France Culture ! Le fait commercial avance, en silence - et dans notre silence . En bons modernes, il va nous falloir, pauvres de nous-autres, renoncer à notre posture pathétiquement intello, nous planter dans ça la tête : nous sommes des consommateurs, oui, nous, qui aspirons bêtement à la pensée et la critique. Fini, tout ça, le monde a changé.
(Et tant qu'à faire, sortons de vos doux rêves germano-pratins et trouvons de l'argent pour les caisses de France Culture. Comment ça, "les contractions budgétaires imposées à Radio-France" ? Ca se vérifie, c'est dramatique, on n'aime que la dette, la ruine... Et on ne serait pas, un peu, anti-européens ? Allez savoir...)

Mais le banquet ne s'arrête pas au plat strictement publicitaire : il se trouve qu'"Audible" est une marque d'Amazon.

On va pousser jusqu'à s'étonner de la cohabitation Amazon-France Culture. Gros émotifs que nous sommes. Encore à l'heure de la RTF. Debout là d'dans ! On va repousser les limites de l'obscurantisme jusqu'à imaginer qu'un jour un journaliste de France-Culture s'abstiendra, par un hasard enchanteur, de critiquer Amazon. Amazon est un fournisseur-client de France-Culture, qui est un client d'Amazon, on ne charge pas un client.

Mais on ira de nouveau très loin dans l'outrance négative.

Le silence est d'or, dit le proverbe.
Se réveiller et déssiller peuvent aussi avoir du bon.

Allez, bons réveils sur France-Culture !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.