Gilles Kujawski
Retraité, militant à mes heures, banlieusard
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 oct. 2021

L'EDITION INDEPENDANTE EST UNE FICTION

Peut-on appeler "indépendante" une édition aussi concentrée que l'édition française, si capitalistiquement contrôlée, et dont les maîtres, Editis/Bolloré et Hachette, n'ont d'autre horizon depuis 20 ans que de se dévorer mutuellement? Au mépris des livres, de la création et des salarié(e)s.

Gilles Kujawski
Retraité, militant à mes heures, banlieusard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ma tribune, à découvrir dans "Actualitté" :

https://actualitte.com/article/102850/tribunes/l-edition-independante-est-une-fiction

Le texte :

Une maison d’édition autonome, pour ses publications et ses finances, est éligible à l’appellation d’« édition indépendante ». Mais le champ est étroit : 65 % de l’édition française sont détenus par Hachette Livre et Editis, auxquels il faut ajouter les autres groupes (Madrigall, Média Participations…). La concentration des maisons d’édition est extrême, l’édition indépendante est marginale.

Et si la distinction est claire entre un libraire indépendant et un magasin de chaîne (type Fnac ou Cultura), la question de l’indépendance de l’édition — particulièrement industrielle et filialisée — est d’une autre trempe.

Quelle indépendance ?

Nous sommes au début du millénaire. Au Salon du livre de Paris, Editis convie ses éditeurs et des libraires à un cocktail, accueillis par Alain Kouck, président du groupe. À un libraire de Thiais (94), qui se présente, goguenard, comme « libraire indépendant », Kouck répond, avec un sourire : « Alain Kouck, Président de groupe indépendant. »

Ce « groupe indépendant » appartenait à un empire constitué autour de Wendel, fond d’investissement à l’époque dirigé par Ernest-Antoine Seillière, également patron du MEDEF. Le groupe avait été filiale de Vivendi, sous le nom de « VUPS » et sous la direction de Jean-Marie Messier, avant de le redevenir aujourd’hui, sous la houlette de Vincent Bolloré.

Indépendance ? Pour la deuxième fois en 20 ans, Hachette Livre et Editis (le premier, et leader, étant filiale du groupe Lagardère publishing), sont au cœur d’un ballet actionnarial, avec un enjeu, la conquête du premier rang des groupes français par Editis (et son PDG Bolloré), et des otages : les éditeurs, les salariés, et, bien entendu, l’indépendance de l’édition, sur fond de danger de concentration économique encore accrue.

Groupes et concentrations

On peut trouver de quoi se rassurer : les groupes sont des phénomènes anciens, et, à quelques exceptions notables près, ne pratiquent pas d’entrave à l’autonomie éditoriale de leurs filiales. Signalons toutefois Denis Robert, empêché de publier Pendant les affaires, les affaires continuent par Olivier Orban, PDG de Plon, en 1993, provoquant le départ de Laurent Beccaria de Plon. Une censure d’auteur par un éditeur pour ne pas froisser des actionnaires mis en cause par l’auteur, pour leur responsabilité dans les dérives du capitalisme financier.

Le Seuil, éditeur « chrétien de gauche », est devenu filiale du groupe Média participations, catalogué à droite, sans qu’on ait entendu parler, à ce jour, d’intrusion éditoriale ou comptable. Selon François Gèze, son ancien PDG, l’absorption de La Découverte par le futur Editis n’a jamais empêché sa maison de dormir ni de publier.

Mais la vie de l’édition se ressent plus que jamais à l'aune des grands groupes. Outre leur poids démesuré dans le chiffre d’affaires de l’édition, le Président du SNE, Vincent Montagne, est PDG de Média Participation, son directeur général est Pierre Dutilleul, ancien dirigeant d’Editis. La majorité des maisons d’édition emblématiques ou historiques, devenues des unités, ou marques, aux personnalités et fonctionnements différents, sont sous tutelles de groupes, eux-mêmes des filiales pour certains (le groupe Libella, sans être une filiale du groupe pharmaceutique Hofmann-La Roche, est financé par lui). Albin Michel étant un des derniers grands éditeurs hors groupe, auquel se joignent certains autres, comme Odile Jacob.

Dès lors se posent des questions : la concentration, jusqu’où ? Dans quelles mains, et pour quel usage ? Et quelles conséquences ?

Terrain de jeux

Le projet d’acquisition du groupe Hachette Livre par Vivendi, comme une réponse au processus inverse de l’année 2000, risque le retoquage par la Commission européenne, pour constitution de monopole. Mais il est question d’une alternative, qui consisterait, pour Bolloré, à démembrer Hachette et Editis pour n’en faire qu’un groupe, constitué des entités les plus rentables des deux.

De l’édition comme un joujou d’actionnaire et un terrain de jeu social. Car ces transferts, s’ils ont lieu, s’accompagneront de départs plus ou moins subis de personnels, très fortement investis dans la vie et l’identité de leurs maisons d’édition et qui peinent le plus souvent (le mot est faible), à retrouver du travail.

Par ailleurs, Impossible de passer outre la question à plusieurs têtes qu’induit le projet : et les livres, là-dedans ? Et la lecture ? Et la culture ? Et, début du processus, la création ? De fait, il n’en est pas question. Ambition de plus-value boursière issue d’un remodelage des deux grands groupes d’édition, ou rêve d’un énorme groupe façon bunker spéculatif : dans les deux cas, les livres disparaissent. Relégués vers un usage purement industriel et marchand, entre le faire-valoir et le marche pied. La lecture ? Une incidence aléatoire. La culture ? Un vol-au-vent distrayant, tout au plus, à condition qu’il ne coûte rien. La création ? Une ligne de chiffre d’affaires.

Ceci, alors que, sur fond de système déglingué, à base de star-system d’auteurs aux grosses ventes et aux rentes considérables, tandis que la grande masse des auteur(e)s et artistes-auteur(e)s mordent la poussière, la lecture publique est en baisse, l’accès de nouvelles classes d’âge à la connaissance, à l’esprit critique, devient problématique. On préfère jouer en bourse plutôt que de s’attaquer au problème posé par le retrait de la lecture, quand une édition mobilisée autour du problème pourrait contribuer à le résoudre.

La perte de sens et de réalité va de pair avec le gigantisme économique.

Petite et moyenne édition : d'impossibles choix

Pendant ce temps, une petite et moyenne édition créative, inventive et indépendante, tente de vivre ou survivre. Pour certaines maisons qui franchissent les années et sortent de l’anonymat (on pense à La Volte, aux Liens qui libèrent, entre quelques autres), d’autres éditeurs s’habituent au cumul des tâches, aux salaires aléatoires, au renoncement à la vie personnelle et aux incertitudes quant au lendemain. En cause, en particulier, le nerf de la guerre : l’accès à une diffusion et distribution, majoritairement aux mains des géants susnommés (Hachette et Editis en tête), qui imposent à l’éditeur un rythme industriel, et lui coûtent de 50 à 60 % du prix de chaque livre.

L’alternative est simple, mais repose sur un même traitement : on se saigne. Soit pour s’auto-diffuser et distribuer, soit en contractant avec un diffuseur distributeur. Dans ce dernier cas, c’est avec la hantise d’être remisé derrière les co-contractants mastodontes, tout reposant alors non sur le fonds ou le contenu des livres, mais sur l’obsession d’avoir une vente à 10.000 ou 20.000 exemplaires au moins une fois l’an, pour acquérir une marge de manœuvre de trésorerie.

En cela, une création indépendante des exigences économique et budgétaire (de quelque domaine que ce soit, littérature, BD, sciences humaines ou poésie), qui trouve asile dans une édition indépendante précaire, peut ne jamais trouver de lectorat.

Intrusions, intrusions

L’avertissement vient d’en haut, en 2004, lorsque Wendel investissement prend le contrôle de VUPS : pour Alain Kouck, PDG de VUPS, « Ce qui est important, c’est de savoir si l’actionnaire se mêle ou non de la ligne éditoriale ».

En 2021, l’idéologie a surgi à visage découvert dans l’édition, posant de nouveau la question de son indépendance sous un jour non seulement financier, mais aussi idéologique.

La rupture, imposée par Albin Michel, du contrat qui liait la maison à Eric Zemmour, semble préciser un mouvement déjà perceptible : Vincent Bolloré assume un positionnement résolument de droite. L’accueil de la maison d’édition de Zemmour, Rubempré, et sa prise en diffusion et distribution par Editis/Vivendi, sont une opération juteuse financièrement (outre Zemmour, la maison devrait accueillir Philippe de Villiers, les deux hommes représentant à eux deux un énorme capital de ventes), une opportunité boursière bienvenue face à Média Participations, et un début de possible ancrage d’Editis à droite.

À ce sujet, les interprétations circulent quant à l’arrivée chez Plon de l’ancienne éditrice de Zemmour chez Albin Michel, Lise Boëll. Mais son arrivée, accolée à celle de Zemmour chez Editis, ressemble fort à une intrusion idéologique dans une entreprise, Plon, connue pour son pluralisme éditorial. Ainsi que le soulignait Éric Zemmour lui-même, en réponse à une question qui lui était posée par ActuaLitté, Plon a publié Jean-Luc Mélenchon (et, avant lui, Roland Dumas, Arlette Laguiller ou Jean-Pierre Chevènement).

ZEMMOUR: “Comment je suis devenu auteur-éditeur” 

Au même moment, la décision d’Albin Michel a probablement été pour la maison une opportunité d’affirmer son indépendance, idéologique (les signatures de Zemmour et Philippe de Villiers lui faisaient assumer une image droitière) et financière (la perte de ces deux auteurs représente un manque à gagner colossal en termes de chiffre d’affaires).

Un Amazon peut en cacher un autre

L’économie du livre est tentée par le vertige, elle s’attache à banaliser les livres au sein de l’univers productif, en leur appliquant les usages et méthodes de gestion en vigueur dans tous les autres domaines.

C’est ainsi qu’après la cure de concentration de l’édition-diffusion-distribution que l’on sait, les livres ont servi de produits d’appel pour le développement d’Amazon, qui en a fait depuis ses otages de marques.

Aujourd’hui, voilà une possibilité forte pour que l’édition soit la remorque de la droitisation en cours. Dans tous les cas, sa vocation d’ouverture, de pluralisme et d’universalisme est mise en cause.

Il n’y aura pas de big bang de la chaîne du livre. La recherche volontariste d’alternatives aux apories dans lesquelles elle est engagée passera, en amont, par un immense sursaut de l’éducation nationale, de l’université, de la recherche et des médias publics, en faveur de la reconquête de la lecture et de la francophonie, et, en aval, par un soutien de très grande ampleur à la petite et moyenne édition, aux métiers de l’édition, à une évolution des aides et subventions.

C’est ainsi qu’on pourra, un jour ou l’autre, parler d’édition réellement indépendante. Pour le moment, l’édition indépendante est une fiction.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo