Le football sortira-t-il de sa bêtise pathologique?

Reste que, pour ce qui aurait pu faire date et sens : l'exemplarité, la transmission, la propagation du « modèle bleu », on attendra. Pour l'instant, contre l'acceptation que ce résultat de coupe porte un contenu autre qu'une hystérie commerciale et médiatique obscène, il faut tolérer que, de ces bonbonnes à fric perchées dans leur aura, une seule (à ce jour et à ma connaissance) ait consenti à verser une part de ses primes à une ou des associations de sa ville natale.

Passons sur la vacuité absolue des passions déchaînées par cette finale de coupe, et on se limitera à de furtifs gloussements à l'évocation d'un résultat qui nous rendrait tous meilleurs : acceptons l'hyper-compétence sportive des joueurs, et l'idée que l'assemblage d'individualités fortes ait porté et matérialisé leur propre dépassement et l'engagement collectif, pour "faire équipe". Matériaux sans lesquels, nous dit-on, ce résultat n'aurait pas été possible.


Reste que, pour ce qui aurait pu faire date et sens : l'exemplarité, la transmission, la propagation du "modèle bleu", on attendra. Pour l'instant, contre l'acceptation que ce résultat de coupe porte un contenu autre qu'une hystérie commerciale et médiatique obscène, il faut tolérer que, de ces bonbonnes à fric perchées dans leur aura, une seule (à ce jour et à ma connaissance) ait consenti à verser une part de ses primes à une ou des associations de sa ville natale. Ni lui, ni aucun autre n'ayant, toujours à ce jour, fait part de la moindre intention d'aller auprès de jeunes, taillés en pièce et atomisés par le système économique courant, plaider les vertus du collectif, de l'assemblage, de la compréhension de l'autre qui aide à se comprendre soi-même.


Pour l'instant, ce n'est que ramassis de "Rois Pelé" encensés par les favelas, poignée d'individus rendus plus chers qu'un budget de pays d'Afrique par les effets des droits de retransmission, avec, pour toute morale envoyée aux jeunesses du monde, une loterie qui pourrait se résumer en : fais comme moi, reproduis le modèle.
Et une perspective que le scénario se perpétue tant leur inique égoïsme et les intérêts qui s'accrochent à leurs crampons sont hors-mesure.
Il est donc réjouissant que quelques voix comme les vôtres défendent enfin une intelligence du football, et je continuerai de penser qu'aucun progrès humain n'est concevable sans mettre un terme à d'aussi sordides absurdités que celles auxquelles le football tente, inlassablement, de nous habituer.


Avec mon affection.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.