La pelleteuse de Montreuil

Publié dans ces colonnes ce 15 janvier 2018, un appel de Montreuil rassemble les beaux esprits pour s'inquiéter d'une politique du Ministère de la Culture qui s'oriente inexorablement vers une marchandisation appliquée à toutes les disciplines dont il a la charge, défendre l'intérêt public, l'intérêt général.

Avenue jean Moulin - Monteuil - 11 octobre 2017 © Gilles Walusinski Avenue jean Moulin - Monteuil - 11 octobre 2017 © Gilles Walusinski
Publié dans ces colonnes ce 15 janvier 2018, un appel de Montreuil rassemble les beaux esprits pour s'inquiéter d'une politique du Ministère de la Culture qui s'oriente inexorablement vers une marchandisation appliquée à toutes les disciplines dont il a la charge, défendre l'intérêt public, l'intérêt général.

L'initiative semble en revenir à Patrice Bessac, maire de Montreuil, membre, comme beaucoup des signataires, du Parti Communiste. Patrice Bessac espère-t-il succéder dans nos esprits à Jack Ralite malheureusement disparu ?

Chantre d'un Grand Paris bétonisé, Patrice Bessac fait à Montreuil une politique rigide donnant aux promoteurs toute liberté, une politique qui amènera à Montreuil une population aisée attirée par une desserte facile avec Paris et l'illusion d'une vie culturelle originale.

L'observation attentive de la vie locale à Montreuil permet de constater que la campagne électorale des municipales est déjà lancée.

Patrice Bessac peut se vanter de sa totale complicité avec la politique des gouvernements successifs de chasser les migrants, de démanteler les occupations de logements ou locaux vacants par des populations en détresse. Patrice Bessac peut se vanter d'avoir mis à la rue une quinzaine de familles Roms qui logeaient à la Boissière un 28 juillet 2016. Ces familles survivent comme elles le peuvent près du cimetière de Montreuil dans des carcasses de voitures qu'elles ont réussi à installer. Sans répit, la police municipale et nationale les harcèle et menace. Une fillette de 5 ans est scolarisée, quand les autres enfants ne le sont plus. Des bébés naissent et sont promis à cette vie innommable que la politique de Monsieur Bessac n'a aucun complexe à habiller d'alibis culturels !

Enregistrer

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.