GILLES WALUSINSKI
auteur photographe
Abonné·e de Mediapart

211 Billets

6 Éditions

Billet de blog 16 oct. 2012

MANUEL ALVAREZ BRAVO au Jeu de Paume.

GILLES WALUSINSKI
auteur photographe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Manuel Alvarez Bravo en 1980 © DR

Si en 1976 la Photogalerie qui, rue Christine, hébergeait galerie, librairie et restaurant avait exposé quelques photographies de Manuel Alvarez Bravo, c’est en 1980 qu’Agathe Gaillard organisait à Paris sa première exposition personnelle. Agathe et son compagnon, Jean-Philippe Charbonnier s’étaient démenés en 1975 pour ouvrir la première galerie consacrée exclusivement à la photographie.

Pendant l’exposition qu’Agathe avait offerte à Manuel Alvarez Bravo, après qu’il eut exposé en Arles en 1979, elle s’était absentée pour rejoindre à New York son ami André Kertész. De ce séjour elle devait nous ramener le livre qu’elle consacra à André publié chez Belfond. Je lui avais proposé de « garder » la galerie pendant son voyage.

A son retour, Agathe, pour me remercier de ce petit service qui m’avait permis de mieux comprendre le travail d’une galerie, m’offrit un tirage de la très belle photographie de Manuel Alvarez Bravo, « le songe », la photographie d’une jeune fille accoudée à un balcon de fer à Mexico en 1933. C’est à dessein que j’écris cette date qui figure au dos du tirage que je contemple quotidiennement sur le mur de mon bureau. En effet dans l’exposition du Jeu de Paume qui a commencé aujourd’hui la date affichée est celle de 1931.

Le songe - Mexico 1933 © Manuel Alvarez Bravo

Au vernissage, hier lundi, Colette Urbajtel, la dernière épouse de Manuel, ses filles Aurélia et Geneviève étaient trop émues de l’événement célébrant celui qui avait traversé un siècle dont quatre vingt années consacrées à la création pour que je leur demande la date exacte de cette photographie.

Né le 4 février 1902 d’une famille très modeste de cinq enfants, Manuel dut travailler comme fonctionnaire au Ministère des Finances mexicain dès l’âge de quatorze ans. Son oncle et son père s’intéressaient déjà à la photographie. Manuel suit des cours du soir et s’intéresse de plus en plus à la Photographie. Il lit des magazines étrangers. En 1923 Edward Weston et sa compagne Tina Modotti  se rendent au Mexique. Manuel admire Tina et ses photographies. C’est en 1924 qu’il achète son premier appareil et se laisse influencer par le « style » pictorialiste. Sa cuisine devient son laboratoire. En 1928 il réalise ses premiers tirages au platine en suivant la méthode de Tina Modotti.

Tina lui présente Diego Rivera et Manuel rencontrera ainsi nombre des grands artistes mexicains dont les muralistes nous sont bien connus. En 1931 il quitte le fonctionnariat pour devenir photographe professionnel.

En 1933 Manuel Alvarez Bravo fait la connaissance de Paul Strand venu sur un tournage à Veracruz. Les photographies de Paul Stand sur le Mexique ont une résonance harmonieuse avec celles de Manuel.

Mexique © Paul Strand 1933

En 1938 chez Diego Rivera il rencontre André Breton qui deviendra son ami. C’est aussi là qu’il rencontrera Trotski avant qu’il ne s’éloigne de Diego Rivera.

Natalia, Sieva et Trotski à Mexico en 1939 © photo inédite, collection Gilles Walusinski

Déjà en 1935 Manuel Alavarez Bravo avait rencontré Henri Cartier Bresson et tous deux avaient exposé au Musée des Beaux Arts de Mexico. Le galeriste new yorkais Julien Levy organise une exposition conjointe de Manuel Alvarez Bravo, Henri Cartier Bresson et Walker Evans, exposition récemment rééditée par la Fondation HCB à Paris.

En 1939 Breton expose des œuvres de Manuel pour l’exposition surréaliste Mexique. Des photographies de Manuel sont aussi publiées par le Minotaure.

Il m’apparaissait utile de faire ces rappels historiques pour donner l’envie d’aller voir cette superbe exposition que le Jeu de Paume consacre à Manuel Alvarez Bravo.

Eternel © Manuel Alvarez Bravo

Quatre vingt années de création qu’un accrochage thématique brouille la chronologie pour mieux nous faire ressentir l’émotion d’une œuvre aussi construite que ses photographies sont rigoureusement composées.

Manuel Alvarez Bravo est décédé le 19 octobre 2002, chez lui à Mexico dans sa cent unième année.

Gilles Walusinski, photographe

vice-président du Jeu de Paume

Stairs... © Manuel Alvarez Bravo
© Manuel Alvarez Bravo
© Manuel Alvarez Bravo
André Breton © Manuel Alvarez Bravo
Diego Rivera © Manuel Alvarez Bravo
Vélo en l'air © Manuel Alvarez Bravo
ouvrier gréviste assassiné © Manuel Alvarez Bravo

Exposition au Jeu de Paume du 16 octobre 2012 au 20 janvier 2013

1 place de la Concorde – 75001 Paris -

Quelques repères bibliographiques :

Catalogue de l’exposition du Jeu de Paume

Manuel Alvarez Bravo – The Museum of Modern Art New York – 1997

Manuel Alavarez Bravo – photopoésie – Actes Sud – 2008

Manuel Alvarez Bravo : L'impalpable et l'imaginaire – La Martinière 2012

Manuel Alvarez Bravo –Henri Cartier Bresson – Walker Evans

(Documentary and anti-graphic photographs) Fondation HCB – Steidl 2004

Manuel Alvarez Bravo par Brigitte Ollier chez Hazan en 1999

Henri Cartier Bresson et Paul Strand – Mexique – Fondation HCB  2012

 Note pour mémoire : lire le très beau livre de Léonardo Padura chez Métaillé - L'homme qui aimait les chiens

Ce livre retrace l'histoire de l'exil de Trotski, la vie de Ramon Mercader et celle d'un écrivain raté de Cuba

© Manuel Alvarez Bravo
Frida Kahlo © Manuel Alvarez Bravo
© Manuel Alvarez Bravo
Diego Rivera - Trotski - André Breton © Manuel Alvarez Bravo

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet