Béziers, la politique municipale du tee shirt mouillé.

Quand l’architecture ne s’accomode pas d’une morale réactionnaire

 

La municipalité a transformé une suite de parkings en une magnifique place équipée de jets d’eau piétonniers. C’est bien.

Par cette fin d‘ après midi, fin de féria, il fait très chaud, le thermomètre doit afficher plus de 30 °.

Une nombre important d’enfants mais aussi d’adultes s’ébattent et se rafraîchissent parmi ces jets d’eau. La place est belle avec cette foule bigarrée. 

Ma petite fille agée deux ans n’en peut plus, elle veut être de la fête aquatique.Pieds nus, débardeur enlevé elle se précipite sur le premier jet d’eau.

Rires, chaleur, bonheur simple...

C’était sans compter avec une escouade de gardes champêtres de la ville qui arrivent. Tout de suite l ‘atmosphère se tend. De loin, il est visible qu’ils apostrophent certains enfants, les sortant des jets d’eau.

Pourtant il n’y avait rien de dangereux dans cette joie communicative.

Un garde champêtre s’approche, il interpelle vivement la mère de l’enfant de deux ans: «  vous ne devez pas laisser votre fille nue, mettez lui un tee-shirt ».

Le voilà poursuivre un autre enfant torse nu...

Puis un troisième.

Le règlement municipal s’oppose a ce que  que les enfants même bébés soient torse nu devant les jets d’eau...

Ne parlons des adultes..C’est pour cela que je constatais à mon arrivée sur les lieux à un nombre important de jeunes femmes tee shirt ou robes mouillés, laissant suggérer un tableau digne d’une discothèque branchée des années1990...

 

Ainsi les gardes champêtres servent à cela à Béziers: faire respecter un comportement vestimentaire aux enfants de deux ans..Ou bien la politique municipale est celle du tee shirt mouillé, alors on souhaite que M. Ménard mette de la mousse dans les jets d’eau, ce sera disco.

 

La réalité est bien plus rance, une idéologie et une morale réactionnaire ne peut pas cohabiter avec une architecture moderne et adaptée. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.