Le racisme est un délit

En France, l’injure publique à caractère raciste ou si elle vise une personne à raison de sa religion, de son sexe, de son orientation sexuelle ou de son handicap, est punie d’une amende jusqu’à 22 500 Euros et d’une peine de prison de 6 mois. Les récentes injures à caractère raciste qui ont visé Christiane Taubira rentrent sans nul doute dans cette catégorie.

En France, l’injure publique à caractère raciste ou si elle vise une personne à raison de sa religion, de son sexe, de son orientation sexuelle ou de son handicap, est punie d’une amende jusqu’à 22 500 Euros et d’une peine de prison de 6 mois. Les récentes injures à caractère raciste qui ont visé Christiane Taubira rentrent sans nul doute dans cette catégorie.

Les  prises de position de  certains commentateurs comme Alain Rioufol qui estime que la «  Garde des Sceaux » mènerait une bataille personnelle oublient cette loi de la République.

La notion d’égalité entre les êtres humains est au fondement même de la  République  et cet article du code pénal se rattache directement au fondement de notre ordonnancement juridique qui prévoit dans l’article  1° de notre   préambule constitutionnel  issu de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. »

 

Faire triompher cette égalité fut un long combat dont l’un des principaux contemporains de cette lutte révolutionnaire fut Robespierre lorsqu’il s’insurgea contre l’esclavage dans les colonies le 8 mars 1790 en dénonçant que «  les droits de l’homme sont encore bafoués »..

 

De fait notre pacte républicain qui met au sommet de notre hiérarchie normative la déclaration des droits de l’homme pose comme principe fondamental l’égalité entre les êtres humains.

 

Les contre-révolutionnaires de l’époque étaient les colons blancs qui bénéficiaient du système esclavagiste.. et  l’histoire de notre République est émaillée de lutte sans fin contre ces contre-révolutionnaires qui veulent restaurer l’inégalité entre les êtres humains  comme régime politique.

De fait,  actuellement, Il est bien évident que se joue là une offensive contre révolutionnaire brune qui n’a jamais accepté la Révolution Française et sa devise de la République : «  Liberté Egalité Fraternité ».

Déjà, il quelques années  certains expliquaient qu’il fallait revenir sur les acquis de Conseil National de la Résistance, ce que s’est évertué à mettre en place  le gouvernent précédent,  mais la droite extrême veut revenir tout simplement sur les acquis révolutionnaires dans une vision du monde non seulement rétrograde  mais surtout foncièrement malthusienne : seuls auraient des droits de citoyen, les hommes blancs, chrétiens, hétérosexuels. La persistance des manifestations de rue contre le mariage pour tous révèle sur la place publique cette partie d’une droite extrême décomplexée et contre révolutionnaire.

Le sarkozysme n’était pas un humanisme, mais la droite 2.0 extrêmisée  se veut franchement en rupture de plus en plus brutale avec la République.

Il est grand temps  de se rendre compte  qu’il convient de « livrer bataille parce que nous avons des batailles sémantiques et culturelles à livrer, nous avons des conquêtes politiques à refaire et nous sommes bien déterminés à le faire », selon les mots de Christiane Taubira (2) mais aussi de comprendre qu’en République le racisme est un délit.

 

1) http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2013/11/taubira-instrumentalise-le-rac.html

 

2) http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/11/13/pour-christiane-taubira-la-une-de-minute-l-expulse-de-la-famille-humaine_3513336_823448.html

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.