gilles.sainati
juriste ayant pour devise Liberté, Egalité, Fraternité,
Abonné·e de Mediapart

130 Billets

1 Éditions

Billet de blog 24 févr. 2014

gilles.sainati
juriste ayant pour devise Liberté, Egalité, Fraternité,
Abonné·e de Mediapart

Les pauvres sont des citoyens

 Le Lieu-Ressources de Pézenas est une structure associative qui dans un premier temps a été centrée vers sa mission essentielle de suivi,d’accompagnement des personnes bénéficiaires du RSA. A ce titre, et du fait du conventionnement avec le Conseil Général de l’Hérault et de celui de la CAF, cette mission se déroule dans un cadre géographique et immobilier qui permet une complète mise en oeuvre d’un partenariat que l’on pourrait appeler habituel en ce domaine: des partenaires tels que la Boutique de Gestion du Biterrois, de l’ANPAA (prise en charge sanitaire et de la dépendance à l’alcool), de Léo Lagrange sur le surendettement…et la mise à disposition d’outils logistiques : un parc d’ordinateurs, de connexion internet, photocopieuse, d’affichages et documentation,  ... 

gilles.sainati
juriste ayant pour devise Liberté, Egalité, Fraternité,
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Lieu-Ressources de Pézenas est une structure associative qui dans un premier temps a été centrée vers sa mission essentielle de suivi,

d’accompagnement des personnes bénéficiaires du RSA. A ce titre, et du fait du conventionnement avec le Conseil Général de l’Hérault et de celui de la CAF, cette mission se déroule dans un cadre géographique et immobilier qui permet une complète mise en oeuvre d’un partenariat que l’on pourrait appeler habituel en ce domaine: des partenaires tels que la Boutique de Gestion du Biterrois, de l’ANPAA (prise en charge sanitaire et de la dépendance à l’alcool), de Léo Lagrange sur le surendettement…et la mise à disposition d’outils logistiques : un parc d’ordinateurs, de connexion internet, photocopieuse, d’affichages et documentation,  ...

Cette approche, que l’on peut qualifier de classique s’est avérée rapidement insuffisante, voire parfois contre-productive, si elle est formulée comme un nième guichet social devant lequel les personnes que l’on désigne comme « allocataires du RSA» ou « bénéficiaires»  ou usagers se présenteraient...

La précarité qui continue sa progression et se fait de plus en plus forte, devient pluri-factorielle ( matérielle, sanitaire, isolement social et affectif). Elle doit inciter les politiques publiques et le partenariat social à chercher des solutions innovantes et pertinentes, à défaut de quoi, les subventions publiques s’évanouissent dans une quotidienneté banalisante et les dispositifs mis en place fonctionnent en pure perte.

Il faut donc non seulement revisiter les pratiques sociales et professionnelles mais aussi questionner les missions :

• Accompagner et insérer les bénéficiaires du RSA vers quels emplois, lorsque le territoire en est de plus en plus dépourvu?

• Accompagner avec quels partenaires,alors que les obstacles économiques ne sont pas seuls a interroger le travail social

Ces questionnements sont pris en compte depuis longtemps par le Lieu- Ressources de Pézenas. Ils consistent à casser les représentations sociales communément admises:

-Non les personnes présentant le seuil économique du RSA ne sont pas des «allocataires», ni des «bénéficiaires ni des usagers. Ce ne sont pas des assistés.

-Oui ce sont des citoyens qui aspirent à vivre dans une société et à se rendreutiles même s’ils sont empêchés par la tournure décroissante du tissu économique.

-Oui mêmes s’ils subissent des frustrations, épreuves en tout genre, ils aspirent comme tous les êtres humains à vivre en paix, en sérénité et faire oeuvre de collectif.

Qu’est ce qui peut alors faire sens pour reconquérir des espaces de citoyenneté et faire société ? la culture ?

En reprenant la phrase d’Edouard Herriot: « la culture, c’est ce qui demeure dans l’homme lorsqu’il a tout oublié». Nous faisons le pari que c’est la culture qui est le point de départ d’un travail sur la citoyenneté et l’insertion.

Encore faut -il s’entendre sur le terme culture ?

Il ne s’agit pas uniquement de faciliter l’accès aux oeuvres et manifestations culturelles ( festival de cinéma, d’art lyrique, Boby Lapointe, Printival. pour Pezenas..), mais de rendre acteur. Chaque participant du Lieu-Ressources intervient dans la conception de l’oeuvre culturelle et artistique. Dans l’expérience de Lieu Ressources , chaque projet est discuté et travaillé en collectif , il n’y a donc de culture que dans le partage ( cf chorale de Sans et ses ateliers d’écriture).

Il faut ajouter que cette culture émane aussi de pratiques populaires du territoire comme le grappillage et l’opération des Fruits de la Galère qui permet de mettre en lien citoyens du Lieu Ressources et l’univers viticole et professionnel (prix national de l’innovation sociale de la Fondation de France 2012).

Ces actions attirent militants, artistes locaux, personnes suivies par l’hôpital de jour, citoyens du Pézenas et des alentours, personnes aux minimas sociaux… afin de rendre ainsi une mixité sociale vivante et active. La construction d’une yourte dans le jardin d’agrément autour des locaux du Lieu-Ressources devient le lieu où émerge cette parole citoyenne partagée et la construction de nouveaux défis artistiques qui dynamisent le collectif mais aussi réassure chacun des participants sur son humanité et sa singularité utile. C’est également ce qui se joue avec la chorale des Sans qui multiplie les prestations scéniques à chaque évènement associatif.

 Il est d’ailleurs utile de préciser que la Chorale des Sans fait partie dorénavant d’un projet plus vaste d’expression artistique ( la Libellule) regroupant diverses autres associations dont le travail similaire avec des publics précaires mais aussi artistiques. Ce travail permet alors la découverte par les choristes de représentations  scéniques , nouvelle étape de l’appropriation par ceux-ci d’un cadre territorial plus large qui coïncide avec une valeur essentielle à nos yeux: la République. Il nous semble qu’il ne saurait y avoir de travail sur la restauration de l’image de soi sans appréhender un devenir possible au delà du local.

Bref, aller de l’avant, ensemble, dans un esprit collectif, pour ré-apprendre à faire société, tout en décidant ensemble des choix conceptuels et techniques de chaque action culturelle, voilà qui donne de nouvelles perspectives à la mission du Lieu Ressources.

Au cours de ces années où j’ai eu l’honneur de présider cette association diverses actions collectives ont pu être mise en valeur ou être poursuivies, l’on pourrait en citer quelques unes comme témoin de diverses entrées de travail collectif:

« Embrouille-débrouille » c’est l’assurance d’avoir un lieu accueillant qui met a disposition gratuitement des outils informatiques : ordinateurs, appareil à photocopier et tirer divers documents). La plupart des démarches sociales s’effectuent par internet et gare à la fracture numérique. C’est aussi l’assurance de prendre un repas collectif tous les midis.

« Don et contre don » le travail en lien avec la cave coopérative de Montagnac autour du grappillage a aboutit à la création d’une bouteille de vin «  les  fruits de la galère ».  Travail sur les représentations sociales  et démontrer aux professionnels de la filière viticole que des sans, des précaires pouvaient aussi produire.. On peut aussi citer l’action avec  le conservatoire du littoral et la participation aux opérations de nettoyage de la côte contre les espèces invasives.

«  Education populaire à la citoyenneté »  La mise en place d’un cycle de conférences sur divers thèmes a permis de faire venir des universitaires, les rencontrer dans la structure et organiser ensemble une conférence. Le savoir, le regard critique n’est pas réservée à la France d’en haut.

«  La chorale des Sans » dont le répertoire axé sur le répertoire des chansons populaires et révolutionnaires se produit, sur demande, lors d’action collectives (manifs, réunions publiques ).

« La Yourte » installée devant le Lieu Ressources permet d’accueillir des  expositions d’artistes locaux, la plupart précarisés et aussi les divers associations, collectifs qui ne trouvent aucun lieu de réunion et d’expression.

  Les ateliers de  solidarité et culture populaire ( atelier d'écriture, travail de la chorale, et représentations scéniques, partenariat culturel  avec associations locales association Bobby Lapointe )

 «De l’audace, toujours de l’audace, encore de l’audace» disait Danton le 2 septembre 1792. 

 Face aux grondements de notre société et de notre modèle économique et social en ce début de XXI ème siècle, il est temps de redonner cette attitude et cet espoir à ceux qui croyaient ne plus avoir d’avenir.

Le 21 février 2014

Gilles SAINATI

( Ce petit texte était destiné à introduire le rapport moral lors de la dernière Assemblée Générale  pour mon départ de la Présidence de l’association LIEU RESSOURCES située à PEZENAS  Présidence  de JUIN 2011 à Février 2014). 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte