Le président équatorien Rafael Correa accorde l'asile politique à Julian Assange

Pro-Assange protests outside Ecuadorean embassy in London © The Guardian
Pro-Assange protests outside Ecuadorean embassy in London © The Guardian

 

L'Equateur accepte la demande d'asile de Julian Assange. C'est le ministre équatorien des Affaires étrangères Ricardo Patino qui l'a annoncé lors d'une conférence de presse après avoir dénoncé l'attitude des diplomates britanniques.

 

Une bombe diplomatique. En choisissant ce jeudi à la mi-journée d'accorder l'asile politique à Julian Assange, réfugié dans son ambassade à Londres depuis deux mois, l'Equateur a fait bondir les autorités britanniques et suédoises. Les ministères des trois pays se livrent depuis le début de l'après-midi à une guerre des mots sur Twitter, alors que la tension ne cesse de monter devant l'ambasssade équatorienne de Londres, les autorités britanniques n'excluant pas de passer en force pour mettre la main sur le fondateur de WikiLeaks.

 
Londres s'est en effet engagé à extrader Assange vers la Suède où il est accusé de viol et d'agression sexuelle. Mais Quito, soupçonnant la Suède de vouloir dans un second temps extrader Assange vers les Etats-Unis pour y répondre d'espionnage, après la divulgation par son site internet de 250.000 télégrammes diplomatiques américains, a décidé d'offrir sa protection au ressortissant suédois.  «Personne ne va nous intimider» a prévenu le président équatorien Rafael Correa.

La suite sur le Parisien.fr

http://www.leparisien.fr/wikileaks-tempete-sur-la-diplomatie-americaine/en-direct-londres-n-autorisera-pas-assange-a-quitter-l-ambassade-16-08-2012-2126978.php

 

 

Julian Assange @JulianAssange_

Gracias a Ecuador y ustedes.

16 Août 12

 

Julian Assange @JulianAssange_

Bringing us closer soon EcuadorVIP.net

16 Août 12

 

 Olivier Laurelli @bluetouff

#Assange Nous nous rappellerons de ce jour comme celui où l'Equateur a donné une leçon de droits de l'Homme au Royaume Uni et aux USA



16/08/2012, 20:30 par JJMU

Le journal espagnol El Publico a révélé la semaine dernière qu'Anna Ardin, une des deux femmes qui accusent Julian Assange de viol, est une espionne infiltrée chez les activistes pour déstabiliser les mouvements de protestation citoyens.

L'accusatrice de Julian Assange est en réalité une agent secrète qui avait travaillé pour organiser une déstabilisation du régime à Cuba, où son rôle était d'organiser des groupes d'opposition et de protestation :
http://www.publico.es/internacional/440405/espanoles-suecos-y-mexicanos-van-a-cuba-a-financiar-a-la-disidencia

http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,3544.msg37846.html#msg37846





 8.gif

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.