La méfiance générale est confirmée !

La méfiance des citoyens envers les responsables politiques s'est étendue à d'autres pans de la société.

Les sondages et le taux d'abstention aux diverses élections passées ont montré une forte méfiance, pour ne pas dire pire, envers la classe dirigeante, envers les responsables politiques qui se sont succédés aux fils des années, qu'ils soient de gauche, du centre, ou de droite.

Jusqu'à récemment, cette méfiance à l'égard de la classe dirigeante était présente dans l'esprit de nombreux français, mais elle ne s'était pas encore exprimée en masse dans la rue. Le mouvement social de ces six derniers mois qui au départ dénonçait les prix élevés des carburants, a rapidement muter pour exprimer un rejet total de la Politique.

Cette méfiance a malheureusement dépassé le cadre des responsables politiques. La manière dont a été gérée cette crise sociale sans précédent, est également sans précédent. La tactique politique qui a consisté de réprimer le mouvement, à le diaboliser, à le dénigrer, à le minimiser, à l'étouffer, à le terroriser, a permis à de nombreux français de découvrir un système instrumentalisé par le Pouvoir.

Ainsi aujourd'hui, nombres de citoyens français ont ouvert les yeux, nombre d'entre eux se sont réveillés sans pour autant se revendiquer des Gilets Jaunes. Cette méfiance s'est étendue brutalement pour atteindre les forces de l'ordre, les médias mainstream, les syndicats,  les services de la Justice...La liste est longue. Tous ces acteurs, aux yeux de beaucoup de français, ont été utilisés par le Pouvoir en place, au nom de l'Ordre Républicain, pour mettre fin aux protestations pourtant jugées légitimes par une majorité de français.

Le constat est amère. La gestion de la crise laissera de profondes cicatrices.

Les Forces de l'ordre sont hélas souvent sévèrement critiquées, voir détestées alors qu'il y a encore quelques mois, elles étaient enjôlées. Aujourd'hui on ne parle plus de gardiens de la paix, mais de forces de l'ordre, cela en dit long. Beaucoup de français n'acceptent pas le fait que les policiers et gendarmes obéissent à des ordres qui ont pour but ultime de réprimer brutalement leurs concitoyens. Ces concitoyens qui pourraient être leur père ou leur soeur. Les policiers et gendarmes font pourtant partie de la même classe sociale.

Les médias mainstream, c'est-à-dire les chaînes de la TNT et les radios nationales, à quelques rares exceptions, sont également dénigrés, les informations en émanant sont souvent soupçonnées d'être biaisées. Nombres de français ont découvert le véritable visage de certains journalistes et éditorialistes qui ont (toujours aux yeux des français réveillés) participé activement à dénigrer le mouvement social en omettant certaines informations ou en orientant le traitement de l'information. Le fait que les médias appartiennent à l'oligarchie n'aide en rien.

Les syndicats (CGT, CFDT, ...)  sont vus, tout comme les partis politiques, comme des oppositions d'apparat. Ils font partie du système et ont trop d'intérêts pour vouloir vraiment jouer leur rôle d'opposants et renverser la table.

 Enfin, mais la liste est non-exhaustive, la méfiance à l'encontre de la Justice se confirme et s'accentue. Beaucoup continuent de dénoncer une Justice à double vitesse, celle qui traduit rapidement et sévèrement les manifestants, et celle qui prend des mois, voire des années pour juger des personnalités ou entités.

Ce sentiment de méfiance se généralise au delà des responsables politiques. C'est très inquiétant car de méfiance, l'on risque de passer à la défiance.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.