GoodMorningMada
Gros maux malgaches
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 avr. 2021

A l'attention de Andry Nirina Rajoelina

Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République de Madagascar, Andry Nirina Rajoelina, sur la stratégie face au Covid-19

GoodMorningMada
Gros maux malgaches
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur,

Nous sommes un collectif de citoyennes et citoyens en désaccord total avec vos politiques de gestion de Madagascar en général et vos stratégies de lutte contre la pandémie en particulier. Néanmoins, nous sommes convaincus que si vous avez assez de jugeote et de capacité d’écoute réelle de vos concitoyens, vous saurez entendre ce que nous nous apprêtons à vous offrir : une prise de hauteur, des idées, des conseils. Tout ceci pour la survie de Madagascar et de son peuple, et non pour vos ambitions politiques démesurées. 

I.    Maîtrisez les symboles, ils construisent votre image et unissent le peuple 

Tout est symbole et vous ne savez vraisemblablement pas ce que cela signifie puisque vous vous acharnez à faire le contraire de ce qui aurait pu être fait depuis votre accession au pouvoir. Voici plusieurs recommandations : 

•    Avouez publiquement que vous êtes dépassé par la situation et excusez-vous pour votre manque de compétences en la matière : le peuple n’a pas besoin d’un je-sais-tout qui les mène à leur perte mais de quelqu’un de lucide, qui gouverne non pas à l’aveuglette mais guidé par une seule chose, le souci de la santé de sa population. 
•    Annoncez publiquement que vous allez faire tout votre possible pour que le virus soit a minima contenu, au mieux éradiqué et qu’au sortir de cela, pour matérialiser votre aveu d’incapacité à gouverner, vous démissionnerez et organiserez une assemblée générale constituante, pour annuler définitivement les possibilités que des personnes comme vous accèdent au pouvoir à nouveau.  
•    Annulez les budgets faramineux alloués aux salaires de l’entièreté de vos ministres, des députés, des membres du Sénat et de la Haute Cour Constitutionnelle ainsi que des différents gouverneurs, et mettez le tout dans une caisse spéciale allouée à la Santé, tout ceci en communiquant exactement l’argent disponible.  
•    Renvoyez sans attendre votre directrice de la communication, votre ministre de la communication ainsi que votre ministre de la santé, qui ont activement participé aux différents scandales et aux messages contreproductifs, et engagez des personnes spécialisées dans le domaine, intègres et ne faisant pas partie de vos équipes ou de vos proches. 
•    Réquisitionnez sans attendre les véhicules de fonctions des ministères, notamment les 4x4 qui ne vont pas sur le terrain mais qui se baladent en ville, pour les transformer en ambulances afin que le peuple voie que ces dépenses inutiles sont transformées en outils qui vont réellement l’aider.    
 

II.    Réévaluez les exemples à suivre, notre stratégie diplomatique et nos alliés en interne

Votre campagne électorale populiste et complètement dénuée de vérité était remplie de promesses. Vous n’avez eu de cesse de prôner la souveraineté économique face aux bailleurs internationaux et prétendiez même être capable de prêter à des pays voisins. Redescendez sur terre et réévaluez nos vrais alliés, en interne comme en externe :

•    Cessez d’avoir la France en exemple sur cette pandémie : nous savons que vos horizons sont limités et que la France est votre deuxième pays, mais elle est dans une situation catastrophique concernant la gestion de ce virus. La Macronie et le gouvernement Castex sont sur une pente liberticide et autoritaire, et leurs collaborateurs ne sont que les responsables de la faillite de l’un des meilleurs systèmes de santé au monde : si vous vous acharnez à faire comme eux, Madagascar est perdu. 
•    Ouvrez vos horizons et voyez comment d’autres pays font face, notamment ceux qui étaient juste à côté de l’épicentre du virus et apprenez de leurs stratégies et de leurs erreurs : cela se fait en quelques heures ou en quelques jours, faites-en sorte que tous vos collaborateurs se mettent à la tâche et qu’ils conçoivent une stratégie adaptée à Madagascar : c’est pour cela qu’ils sont payés et non à vous trouver des excuses et vous lécher les bottes à longueur de journées. 
•    Ré-axez tout l’appareil diplomatique de notre pays dans le même sens que les points précédents et demandez de l’aide à ces pays-là : demander de l’aide n’est pas une honte, ne pas savoir n’est pas une honte, c’est au contraire un signe d’intelligence : Madagascar a urgemment besoin d’appareils médicaux, de tests, de vaccins, et de personnes ressources. Nous avons également beaucoup à offrir en retour si tant est qu’on nous en donne réellement l’occasion. 
•    Réquisitionnez l’armée afin qu’elle serve réellement la patrie, notamment le génie civil, pour construire rapidement des quartiers entiers dédiés au traitement de ce virus et éviter ainsi la multiplication géographique des centres de soins dans les villes, ce qui n’a pour effet qu’une impression de chaos avec les allées et venues incessantes d’ambulances et de familles en détresse. 
•    Annulez le plus rapidement possible l’entièreté des impôts à payer pour les entreprises afin qu’elles maintiennent les emplois et trouvez les moyens (via nos réserves d’or, de devises, de bois de rose ou autres) d’assurer à la part non-salariée de la population les moyens de survivre en pratiquant des prix plafonds pour tous les produits de première nécessité. 

III. Impliquez les forces vives de la Nation, seul vous n’y arriverez pas

Vous n’êtes pas Madagascar. Vous n’êtes que le fruit d’un système à bout de souffle et complètement incohérent qui met au pouvoir des personnes dépourvues de talent, de vision et d’engagement, assoiffées de pouvoir et d’argent. Si vous voulez sortir dignement de tout ceci, il est temps de vous remettre à votre place et de compter sur l’entièreté de la Nation.  

•    Entourez-vous de véritables professionnels de la communication et réquisitionnez l’ensemble des radios, des télévisions et des talents digitaux pour vous aider à faire baisser au maximum toutes les communications croisées et illogiques qui ne mènent qu’à une augmentation de l’anxiété générale que vous produisez. 
•    Appuyez-vous sur les collectivités décentralisées : gouvernorats, mairies, chefs de  quartiers, non pas pour qu’ils fassent exactement les erreurs que vous faites, à savoir s’enrichir et proposer des politiques qui ne favorisent que les inégalités et l’apartheid social, mais pour qu’ils puissent servir au plus près les populations les plus démunies face à cette crise. 
•    Formez le plus rapidement et le plus efficacement possible tous les étudiants en médecine du pays afin qu’ils puissent soutenir le système de santé et qu’ils soient payés en conséquence. En temps de pandémie, et même en temps normal, le personnel de santé et de l’éducation devraient être les personnes les mieux payées et les plus choyées, elles sont la colonne vertébrale de notre pays.  
•    Confisquez sans tarder les budgets indécents dédiés au sport afin qu’ils soient mis au profit de la santé. Faire des stades n’a jamais fait avancer un pays. Investir dans des sports spectacles n’est que de la poudre aux yeux, avouez au moins que si vous vouliez vraiment soutenir Madagascar en terme de sports, il y aurait des terrains de pétanque et des rings de boxe partout et non pas des terrains de foot.   
•    Communiquez sur les manières d’augmenter nos défenses immunitaires et investissez réellement dans la pharmacopée locale, non pas pour votre profit personnel et votre CVO inefficace mais en ayant une rigueur scientifique et une approche naturelle sur la création de barrières ou de potions efficaces pour convenir aux attentes de la population. 

Monsieur le Président de la République, nous vous avons à l’œil : vous ne vous échapperez pas via votre déresponsabilisation constante ou encore votre manie de faire de la charité et des coups de communications stériles. 

Un président de la République n’est pas un président d’association caritative, il n’est pas non plus chef d’entreprise ou organisateur d’évènement. 
Un président de la République sert corps et âme les intérêts de son peuple, connaît la noblesse du mot « politique », et sait de quoi l’on parle lorsqu’il s’agit de stratégie de gestion de crise et de gouvernance. 
Vous avez suffisamment prouvé et cela par deux fois, votre incapacité flagrante à diriger un pays : prenez en compte ce que le peuple vous dit. Redescendez de votre tour d’ivoire et de votre train de vie de prince dubaïote et travaillez pour que le peuple malgache ne souffre plus des maux que vous avez participé à créer. 
Vous pensez sûrement que ce virus est un allié pour accroître votre pouvoir et votre suprématie, mais soyez convaincu du contraire : il est l’allié du peuple car il vous a démasqué, vous n’avez plus le choix. Prenez vos responsabilités. 

Le peuple a déjà gagné et vous avez déjà perdu. Vous êtes prévenu. Nous vous souhaitons une prise de conscience réelle, c’est là votre seule et unique échappatoire. Sans cela, l'Histoire vous jugera et vous condamnera pour tout ce que vous avez fait subir au peuple. 

Bien à vous, 
Des citoyens malgaches qui vous ont à l’oeil.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi