GracchusBab
Cadre de l'éducation nationale, passionné de politique et d'économie, de didactique et de pédagogie, de peinture (peintre amateur à ses heures très perdues) et de polars
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 janv. 2022

L’insanitaire Blanquer

Nous y voilà, ce lundi 3 janvier 2022, l’ensemble des écoles collèges et lycées accueille tous leurs élèves et le personnel enseignant et non enseignant, sans réelle évolution du protocole sanitaire (voire même une régression !)… en pleine pandémie du variant « Omicron ».

GracchusBab
Cadre de l'éducation nationale, passionné de politique et d'économie, de didactique et de pédagogie, de peinture (peintre amateur à ses heures très perdues) et de polars
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sommes très nombreux au sein de l’éducation nationale, à être effarés (euphémisme) des non-décisions prises.

Rien ne sera prouvable scientifiquement mais on peut supposer que la vague du variant Delta qui a déferlé pendant les vacances scolaires était en large partie due à la diffusion de l’épidémie dans les établissements scolaires (au regard de ce que nous avons tous constatés mes collègues et moi).

Il suffit de se pencher attentivement sur la culture de prévention du Ministère depuis le début de l’épidémie et de connaître ce qui se passe réellement dans les classes, dans l’établissement  et du mode de diffusion du virus… pour savoir les lourdes responsabilités que porte le Ministre dans cette épidémie.

Au début de la pandémie, et pendant très très longtemps, M. BLANQUER et la direction du Ministère contre toute réalité scientifique, ont affirmé que la diffusion du virus au sein des classes était mineure et que les enfants se contaminaient en famille (par génération spontanée peut-être ?).

Ce genre de propos était encore tenu par certains chefs d’établissement à la veille des vacances de Noël 2021 !

D’autre part, les protocoles sanitaires ont été très accès sur le gel hydroalcoolique et non sur la préservation de la qualité de l’air. Pourtant depuis depuis le début de l’épidémie la diffusion par contact n’est toujours pas pleinement prouvée alors que la diffusion par aérosol est maintenant très renseignée scientifiquement.

Or pour qui circule comme moi de classe en classe, d’établissement en établissement, je n’ai jamais rencontré une seule heure de cours avec 100% du port correct de masque … mais peut-être n’ai-je pas de chance…

Ne jetons pas la pierre sur les élèves (cette contrainte est très difficile pour des enfants ou des adolescents) ni sur les enseignants : ils sont fatigués de cette contrainte et il est difficile de contrôler minute par minute…

D’autre part, je n’ai vraiment pas de chance (et mes collègues non plus !) mais dans mon académie très peu (euphémisme) de salles de classe du second degré sont équipées en détecteur de CO2 et encore moins de purificateur d’air dans les cantines scolaires (je n’en ai vu qu’un dans le privé)… Bref au bout d’une heure de cours, la probabilité de contamination de plusieurs élèves est scientifiquement hélas établie… Alors au bout d’une journée avec un passage à la demi-pension… et avec "Omicron"...

Mais notre cher Ministre rejette sans aucune vergogne la faute de ce non-équipement sur les collectivités locales… Mais on ne peut pas avoir affirmé sans aucune honte  que le virus ne se transmettait pas dans les classes et exiger l’équipement en détecteur et purificateur… sans d’ailleurs d’impulsion ministérielle voir de cadre réglementaire…

D’autant que tout a été fait pour « ne pas fermer les classes », quelles que soient les conditions.

Jusqu’à aujourd’hui, dans beaucoup d’établissements n’étaient considérés comme cas contacts que les voisins ou en face à face de cantines (en diagonale ou voisin de classe… pas cas contact).

Et notre système est ainsi fait qu’un chef d’établissement (CE) se doit d’être bien noté pour avoir une progression (mutation) favorable… Et incidemment, fermer un minimum de classes est une façon de montrer que le CE « sait gérer » auprès de son supérieur (Directeur Académique des Services de l’Éducation Nationale).

La consigne nationale est ne pas fermer les écoles ! Inconsciemment ou volontairement tout est fait pour nier la propagation du virus.

Le dernier protocole qui est paru en premier par voie de presse (ce n’est pas nouveau mais cela devient insupportable) quelques heures avant la rentrée, est encore pire… La fermeture de classe est laissée à l’appréciation du terrain… Ce qui est contraire à toute démarche sanitaire !!!

Qui a la compétence médicale dans les écoles et les établissements pour juger quand il faut stopper tout ?

Heureusement nous n’avons plus droit à nos vidéos hebdomadaires de notre Ministre adoré…

J’entends déjà certains me rétorquer que notre ministre a une priorité : les élèves !

Baliverne !

La succession des réformes dans une philosophie très capitaliste (marre du mot « libéral » qui cache la réalité) mise en œuvre n’est certainement pas dans l’intérêt de tous les élèves mais bien in fine un démantèlement du service public républicain.

Je serais trop long si je devais tout démonter ici mais prenons juste pour exemple la façon d’envisager le remplacement des enseignants qui risquent d’être malades ce mois de janvier (on ne se soucie pas de leur santé et ni de celles de leurs proches : quid des détecteurs, des masques FFP2 ??).

Il nous est demandé de baisser drastiquement nos exigences pour le recrutement de vacataires : bac +2 voire en dessous… Bref on ne cherche pas à assurer un enseignement mais bien de la garderie pour que l’économie continue de tourner… Des enfants à l’école ce sont des parents au boulot ! Quel mépris !

Le plus triste c’est que jamais ces décideurs ne seront inquiétés pour leur choix délétères et insanitaires….

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP