Les récifs coralliens du golfe du Mexique sont menacés, les zones côtières également

Le réchauffement climatique menace les récifs coralliens du monde entier. Une équipe de chercheurs américains se penche sur leur disparition dans le golfe du Mexique, qui aurait des conséquences désastreuses non seulement pour la biodiversité marine mais aussi pour les aménagements côtiers.

Vous connaissez sûrement la grande barrière de corail, en Australie, mais connaissez-vous les récifs coralliens du golfe du Mexique ? Comme leurs semblables plus connus du Pacifique, ceux-ci sont menacés par le réchauffement climatique anthropogénique et l’acidification des océans. Dans une publication datant du 20 novembre 2019 dans le journal Frontiers in Marine Science, une équipe de chercheurs américains tente de prédire comment nos émissions de gaz à effet de serre vont impacter les récifs coralliens du golfe dans un futur proche. L’évolution de ces récifs pourrait avoir de graves conséquences sur les zones côtières. 

Le réchauffement climatique est aujourd’hui dû à l’augmentation de la concentration en CO2 dans l’atmosphère. En plus d’une hausse des températures de surface, celle-ci provoque l’acidification des océans. L’acidification perturbe la formation de squelette de calcaire de nombreux organismes marins, dont les coraux. L’acidification des océans et la hausse des températures sont des causes majeures de la mort des coraux.

Or ces coraux ont non seulement une valeur intrinsèque, mais aussi une réelle utilité pour les humains. Outre le fait d’attirer des touristes, les récifs coralliens sont de véritables barrières contre les ondes de tempête. Ils amoindrissent l’impact des cyclones tropicaux et protègent les côtes de l’érosion. Ils concentrent également un quart de la biodiversité marine, ce qui est très bon pour les poissons et pour nous qui les mangeons.

Sylvia Dee est chercheuse à Rice University, au Texas. Elle est spécialisée dans les modélisations atmosphériques et la paléoclimatologie. Elle et son équipe ont fait des simulations de modèles climatiques pour déterminer l’évolution de facteurs de stress chez les coraux, tels que la température de surface ou l’acidité de l’eau. Ces simulations révèlent que ces facteurs créent des synergies qui menacent de détruire les récifs du golfe du Mexique avant la fin du siècle.

Pour mettre en perspective ces prévisions avec des climats analogues passés, les chercheurs ont également étudié des fossiles de coraux vieux de plusieurs millions d’années. Par exemple, il y a 120 000 ans, durant la dernière période interglaciaire, les conditions climatiques étaient voisines de celles que l’on connaît aujourd’hui. Les coraux s’étaient lentement adaptés à l’augmentation de température, en migrant vers les pôles et en profondeur. Mais il semblerait que la montée du niveau des eaux, qui était de 6 mètres plus haut qu’aujourd’hui, ait inhibé leur croissance.

Aujourd’hui la situation est légèrement différente. Car le réchauffement climatique causé par l’homme est si rapide que les coraux n’ont peut-être pas le temps de s’adapter ou de migrer. Ils ne peuvent pas migrer au Nord, car ils sont bloqués par les côtes du Texas et de la Louisiane. Ils risquent bel et bien de se retrouver coincés entre des eaux de surface plus chaudes et des eaux profondes plus acides.

Kristine DeLong, géographe et anthropologue à l’Université d’État de Louisiane et co-auteure de la publication, compare le récif à une ville. Les coraux sont les immeubles de cette ville, voire des crèches lorsque les poissons y font leur nid. « Sans les coraux, nous dit-elle, ce serait comme essayer de construire une ville sans ciment. » Ce ciment nous protège également. Sans les récifs coralliens, les habitations côtières sont très vulnérables aux ondes de tempête et à l’érosion des côtes. Et les tempêtes risquent de gagner en intensité avec la montée des températures, un comble.

Selon, Kristine DeLong, il est urgent de limiter le réchauffement climatique à 1.5° au-dessus de la température préindustrielle, pour prévenir à la fois de la montée des eaux, de l’intensification des cyclones tropicaux et de la destruction des coraux.

 

SOURCE : Dee, S. G., Torres, M. A., Martindale, R. C., Weiss, A., & DeLong, K. L. (2019). The future of reef ecosystems in the Gulf of Mexico: insights from coupled climate model simulations and ancient hot-house reefs. Frontiers in Marine Science, 6, 691.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.