Être ou ne pas être Mila…

Je blasphème, tu blasphèmes, nous blasphémons…

Ségolène Royal n’est pas Mila. Moi non plus.  Ça veut dire quoi « être Mila » ?

Si vous êtes Mila c’est bien, si vous ne l’êtes pas, vous n’êtes pas bien. Bien avec qui ? Avec quoi ?  On peut lire ici ce qu’avait dit ou écrit Mila sur son réseau social. Que le coran c’est de la merde et qu’elle met son doigt dans cul du dieu des musulmans.

Bien sûr qu’on a le droit de critiquer les religions, toutes les religions. Et non on ne menace personne de mort ou de violence, même pour la forme, comme l‘a bien dit Badinter. Jamais, sous aucun prétexte. N’est-ce pas ?

Et on a même le droit de respecter les autres qu’ils soient croyants ou non. C’est la base dans notre société, dans notre République.

Dans l’émission Quotidien Mila a précisé qu’elle « voulait simplement blasphémer »… Diantre. Ça va devenir un sport ou un passe-temps comme un autre. Et peut-être même qu’on va offrir une légion d’honneur à tous ceux qui oseront blasphémer. Parce qu’on va peut-être aussi nous expliquer que dire du mal des musulmans, c’est être courageux ?

Moi, mécréante, je prétends qu’on a le droit de tout dire, mais qu’on n’est pas obligé d’être grossier et irrespectueux envers tous ceux qui ont le même dieu et qui y croient. Même moi je ne pense pas que la Bible ou la Thora sont de la merde. Le Coran étant le dernier écrit qui reprend les deux autres, il n’est pas plus ni moins de la merde que les deux autres. Et non, on ne met pas son doigt dans le cul de dieu, d’abord parce que personne n’a prouvé à ce jour que dieu aurait un cul, parce que si on prouve ça, on prouvera aussi que dieu existe, et moi qui suis d’origine protestante je sais que le dieu des chrétiens est le même que celui des juifs et des musulmans. Mila apparemment, ne le sait pas.

Elle en a même fait une chanson, de cette histoire. Ben oui quoi. Elle chante, elle a bien le droit.

Et ça m’a rappelé une autre chanteuse qui elle parlait de paix et de réconciliation… Elle aurait pu gagner ; elle a eu de nombreux messages de haine et elle a abandonné.

Ça lui a fait de la publicité aussi, on n’en doute pas. Comme à Mila… Et un passage (au moins un) à la télé…

M Blanquer, le ministre de l’Education qui parle souvent de respect, prend fait et cause pour Mila. Je n’ai pas oublié qu’il ne veut pas que les mamans qui portent le foulard accompagnent leurs enfants.  Mais ça n'a rien à voir...

Olivier Faure « est Mila » et Adrien Quatennens « est Mila » lui aussi, tout comme Jadot.

Ségolène Royal a dit qu’elle n’est pas Mila. Merci de l’avoir dit. Si elle se présente, elle va encore perdre en 2022, comme en 2007. En 2007 c’est parce qu’elle avait tapé la discute au Liban, avec le Hezbollah… Mais ça n’a rien à voir… L’affaire Redecker, en 2006, juste avant les élections, non plus…

A qui le tour ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.