Bienvenue dans un nouvel âge nucléaire

Même le lendemain ça ne passe pas. Il y a des moments comme ça, où les nœuds au bide ne veulent pas partir. Le malaise est trop grand pour revenir à une activité normale. La déception est trop forte pour rester optimiste.

Même le lendemain ça ne passe pas. Il y a des moments comme ça, où les nœuds au bide ne veulent pas partir. Le malaise est trop grand pour revenir à une activité normale. La déception est trop forte pour rester optimiste.

L’adoption de la loi « pour la croissance verte » est une claque[1]. Une grosse claque qui devrait faire réfléchir tout écologiste sincère. Le problème n’est pas tant que cette loi ait été votée mais qu’elle suscite une profonde adhésion des professionnels de l’écologie en politique. Auraient-ils oublié d’où ils viennent et à qui ils doivent leur carrière en cette année 2015 où l’on s’apprête à fêter les 40 ans du CRILAN ?

La loi adoptée définitivement par l’Assemblée nationale le 22 juillet 2015 ne marque aucunement la « fin du nucléaire flamboyant[2] ». Tout au plus elle transpose dans le droit français les recommandations du Paquet énergie climat 2030 adopté par l’Union européenne en janvier 2014[3]. Si ce n’est un timide effort en faveur des énergies renouvelables, la France s’inscrit pleinement dans le cadre de l’union énergétique européenne[4]. Son ambition est bien de demeurer le « château d’eau nucléaire » du Vieux continent…

On est très loin de ce qui a été envisagé dans le cadre du débat national sur la transition énergétique. La ligne philo-nucléaire l’a clairement emporté à la grande satisfaction des industriels de l’atome[5]. Même si Denis Baupin a réussi à placer un amendement de dernière minute permettant de fermer Fessenheim si jamais l’EPR crache quelques kWh, le compte n’y est pas. Pour une centrale arrêtée, dix-huit autres restent en service. Bon nombre d’entre elles pourront même bénéficier d’une prolongation opportune pour le principal actionnaire d’Edf, l’Etat…

A peine quatre ans après le cataclysme nucléaire de Fukushima, la France scelle la perpétuation de l’option nucléaire. C’est François Roussely qui doit être content. La quasi-totalité des recommandations qu’il proposait en juin 2010[6] se trouvent concrétisées avec l’onction de la princesse de Villeneuve-Saint-George…

Le jeu formel de la démocratie parlementaire a joué à plein pour disqualifier expertises et espérances écologistes. On se retrouve aujourd’hui avec une loi qui grave dans le marbre une puissance nucléaire apocalyptique qui n’a jamais garanti ni l’indépendance énergétique ni le bien-être des plus modestes. Et je ne parle même pas du droit de vivre dans un environnement sain…

La transition énergétique est de fait réduite à la portion congrue[7]. Pour longtemps encore, impôts et factures d’électricité continueront d’abonder le tonneau des danaïdes atomique ruinant toute possibilité d’un changement profond de modèle énergétique. Avec cette loi, la rente de situation nucléaire est sanctuarisée. L’Etat et les collectivités locales se trouvent de fait priver de réelles capacités d’intervention pour initier une authentique stratégie de maitrise de la demande d’énergie et de renouvellement d’un appareil productif à bout de souffle…

Ne reste plus qu’à attendre l’accident puisque désormais tout est prêt pour opérer la reconquête des zones contaminées[8]. Au moins on ne pourra pas dire qu’on ne les aura pas prévenus. Ils auront à assumer les conséquences de leurs choix ici et ailleurs. Conséquences économiques puisque l’industrie nucléaire s’effondre[9]. Conséquences sociales puisque le nucléaire ne survit que grâce à une précarité croissante de ses ouvriers. Conséquences environnementales puisque chacun sait que le renforcement de la robustesse des installations ne sera jamais à la mesure du péril atomique…

 


[1] http://www.reporterre.net/L-incroyable-histoire-de-la-loi-sur-la-transition-energetique-que-vous-raconte

[2] http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/la-fin-du-tout-nucleaire-actee-en-france-mais-des-questions-restent-en-suspens-22-07-2015-4964847.php

[3] http://europa.eu/rapid/press-release_IP-14-54_fr.htm

[4] http://www.euro-energie.com/les-5-piliers-de-l-union-energetique-europeenne-n-4701

[5] http://www.lepoint.fr/environnement/transition-energetique-le-pdg-d-edf-juge-le-projet-de-loi-equilibre-31-07-2014-1850641_1927.php

[6] http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/104000414.pdf

[7] http://www.romandie.com/news/522958.rom

[8] http://www.risques.gouv.fr/actu-risques-crises/actualites/nouveau-plan-national-accident-nucleaire-ou-radiologique-majeur

[9] http://www.sortirdunucleaire.org/Presentation-du-rapport-2014-sur-l

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.