Une loi de pérennisation de l'horreur nucléaire, à mille lieux d'une réelle transition énergétique

Le Collectif STOP-EPR ni à Penly ni ailleurs partage pleinement la réaction du Réseau Sortir du nucléaire à la présentation ce matin en conseil des ministres du projet de Loi de programmation de la transition énergétique pour la croissance verte1.

Il ne saurait y avoir de transition énergétique sans sortie du nucléaire

C'est un impératif environnemental au vu du réchauffement climatique et de la déplétion des matières premières. C'est un impératif éthique au vu du risque croissant d'accident atomique. C'est un impératif social pour garantir à tous le droit d'accéder à un service énergétique durable et bon marché.

Le grand bond en arrière du petit timonier Hollande

Au lieu d'initier une réelle stratégie de transition, l'Etat préfère garantir la pérennité d'un modèle à bout de souffle. C'est un énorme bond en arrière qui foule aux pieds les principes élémentaires du développement durable définis par le rapport Brundtland. C'est surtout un considérable renoncement face aux lobbies du pétrole et de l'atome qui n'ont jamais accepté les orientations de La loi de Programmation fixant les Orientations de la Politique Énergetique de la France du 13 juillet 2005, dite loi POPE.

Non à la croissance verte

Quoi qu'en pensent MM. Hollande et Valls, il n'y aura pas de relance économique par une quelconque transition énergétique... tout simplement parce que l'ère de la croissance touche à sa fin. Le projet de croissance verte est l'illusion d'une classe politique qui ne comprend pas qu'une époque se termine et déroge à ses responsabilités.

Il est urgent de changer de base

Mais tout n'est pas perdu. Puisque l'Etat ne veut initier la nécessaire transition vers une société juste, solidaire et durable, la société civile se doit de construire en tout lieu et en pleine autonomie des alternatives effectives. La faiblesse de la loi proposée nous invite à élaborer des projets concrets qui donnent à voir la réappropriation par tous des enjeux énergétiques. L'énergie est un bien commun qui ne saurait être livré aux appétits infinis du capital.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.