L’Inde, futur plus grand pays musulman au monde

Les fondamentalistes hindous ont du s’étrangler en lisant l’étude qu’un centre de recherche américain vient de publier. On y apprend qu’avec leur taux de natalité très élevé, les musulmans seront 310 millions dans le sous-continent en 2050.

Les fondamentalistes hindous ont du s’étrangler en lisant l’étude qu’un centre de recherche américain vient de publier. On y apprend qu’avec leur taux de natalité très élevé, les musulmans seront 310 millions dans le sous-continent en 2050.


La nouvelle n’a sûrement pas fait plaisir aux militants les plus chevronnés du Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS, le Corps des Volontaires Nationaux, mouvement idéologique de la droite nationaliste indienne), toujours prêts à affirmer que l’Inde est un pays exclusivement hindou. Dans une étude que vient de publier le Pew Research Center, un think tank conservateur de Washington, il apparait en effet que l’Inde sera, d’ici à 2050, le pays qui comptera le plus grand nombre de musulmans au monde. Actuellement évaluée à près de 170 millions de croyants, la communauté musulmane du sous-continent dépasserait les 310 millions dans un peu plus de trente ans, surpassant ainsi l’Indonésie qui occupe aujourd’hui la première place. La part des hindous dans la population indienne reculerait de 80% aujourd’hui à 77% en 2050, tandis que celle des musulmans passerait de 14% à 18%.

Cette prévision vient essentiellement du fait que les musulmans font plus d’enfants que les autres. Leur taux de natalité atteint 3,1 alors que les hindous, eux, affichent un score de seulement 2,4... ce qui les place d'ailleurs également derrière les chrétiens, dont le taux de natalité est de 2,7. Les juifs sont à 2,3 et les bouddhistes à 1,6. Au niveau mondial, toujours en 2050, les hindous seront tout de même 34% de plus qu’en 2010, soit 1,4 milliard. La population musulmane, elle, aura entre temps augmenté de 72%, pour représenter près de 2,8 milliards d’individus. A ce rythme, note le Pew Research Center, l’islam pourrait devenir à l’horizon de 2100 la première religion de la planète, détrônant le christianisme qui est pour le moment toujours en tête, avec 2,17 milliards de fidèles.

Face à cette réalité, le discours jusqu’au-boutiste des fondamentalistes hindous ne laisse pas de surprendre. Ainsi du député Yogi Adityanath, membre du BJP, parti au pouvoir et branche politique du RSS. Agé de 42 ans, ce prêtre hindou connu pour ses discours de haine envers les musulmans, s’est fait remarquer par la diffusion en mars, sur le site internet d’India Times, d’une vidéo prouvant sa participation il y a quelques années à un meeting, lors duquel des militants avaient appelé la population à profaner les tombes des femmes musulmanes et à violer leurs cadavres. Ce Yogi Adityanath souhaite aujourd’hui que des statues de Ganesh, le dieu éléphant, soient installées dans chaque mosquée d’Inde. Et sans doute encouragé par la récente interdiction de la consommation de viande de boeuf dans l’Etat du Maharashtra, il vient de demander à ses amis du BJP de déclarer la vache “mère de la nation”.

Certains Indiens, toutefois, entrent en résistance, tel Sunil Bhalerao, fonctionnaire à la mairie de Bhiwandi, dans la banlieue de Bombay. Appelé à témoigner devant un tribunal pour un incident électoral dans lequel il avait été impliqué durant les législatives du printemps 2014, cet homme a été prié, comme le veut la loi, de prêter serment en posant la main sur le Bhagavad-Gita, le texte majeur du Mahabharata considéré comme l’écrit fondamental de l’hindouisme. Etant bouddhiste, Sunil Bhalerao a refusé d’obtempérer et n’a pas pu, par conséquent, faire sa déposition. Or voilà qu’il déclare maintenant vouloir saisir la Cour Suprême de cette affaire. Selon lui, c’est sur la Constitution que les serments devant la justice devraient être effectués. “Si l’hindouisme, l’islam et le christianisme demandent de croire en Dieu ou en ses envoyés, pour ma part je ne me considère pas comme fils de Dieu mais comme fils d’homme”, explique ce frondeur. Autant prêcher dans le désert...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.