Guillaume Delacroix
Journaliste
Pigiste Mediapart

90 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2018

Pourquoi les homos indiens doivent garder la tête froide

La Cour Suprême de l'Inde est enfin décidée à revoir sa position sur la pénalisation du sexe «contre nature». Mais elle continue de considérer qu'être homo est un choix. Et les médias de faire l'amalgame avec les droits des transgenres.

Guillaume Delacroix
Journaliste
Pigiste Mediapart

L'année 2018 démarre sous le signe de l'espoir pour les homosexuels en Inde. Lundi 8 janvier, la Cour Suprême a annoncé qu'elle allait ré-examiner sa position sur les pratiques sexuelles "contre nature" dont elle avait réintroduit l'interdiction en décembre 2013, sous l'article 377 du code pénal. Une décision qui faisait peser depuis quatre ans une réelle menace sur les homosexuels, non que la justice ne jette ces derniers en prison mais parce que certains homophobes en profitent pour faire chanter les intéressés, en leur extorquant de l'argent sous la menace d'un coming-out forcé auprès de leurs proches, drame absolu dans un pays très pudibond.

Les hauts magistrats considèrent aujourd'hui que "la détermination de l'ordre des choses n'est pas un phénomène constant", que "la morale évolue avec le temps" et que la loi doit "suivre" ces évolutions. Les associations LGBT sont naturellement très heureuses de ce revirement, d'autant qu'il se produit dans une Inde dirigée par des nationalistes hindous notoirement fermés sur le sujet, certains responsables du BJP allant jusqu'à considérer ouvertement l'homosexualité comme une maladie génétique. Ce serait d'ailleurs un comble que l'homosexualité soit à nouveau dépénalisée, comme elle l'avait déjà été une première fois en 2009, alors que Narendra Modi est au pouvoir. La repénalisation, souvenons-nous, avait été actée lorsque le parti du Congrès, réputé à l'inverse plus libéral sur les questions de société, était aux commandes à Delhi.

Si la Cour Suprême remet son ouvrage sur le métier, c'est parce qu'elle a décrété en août 2017 que la vie privée en général, et l'orientation sexuelle en particulier, était un droit protégé par la Constitution. Elle entend donc mettre en conformité le fameux article 377 du code pénal avec la loi fondamentale. Il n'en demeure pas moins qu'il reste un sacré bout de chemin à parcourir pour clore ce chapitre. D'abord, parce que les magistrats persistent à croire que l'homosexualité est un choix, comme si aimer un homme ou une femme, un blond ou une brune, un gros ou une maigre, relevait de la raison. "Une partie de la population ne peut pas vivre dans la peur en raison de ses choix personnels", ont-ils indiqué lundi. On se pince !

Ensuite, parce que les médias indiens sont plus conservateurs les uns que les autres. Le Times of India, plus grand quotidien anglophone du monde, a ainsi illustré l'annonce de la Cour Suprême par une photo de transgenres trouvée sur twitter. Un hors sujet qui en dit long sur l'ignorance de certains journalistes. Il faudrait leur dire que les transgenres, dont les combats sont tout aussi respectables, ne pratiquent pas nécessairement le sexe "contre nature" et que le funeste article 377 vise avant tout les homos. Les trans, eux, sont non seulement respectés en Inde, et même parfois craints, mais surtout protégés par la loi qui reconnait l'existence d'un troisième genre. Depuis avril 2014.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Genre
À l’École polytechnique de Montréal, un « attentat antiféministe »
Le 6 décembre 1989, un homme armé d’une carabine semi-automatique entre dans les locaux de l’École polytechnique de Montréal et tue 14 étudiantes. Considéré comme le premier meurtre antiféministe de masse, « Poly » a bouleversé les Québécois et les Québécoises, et marqué un tournant dans l’histoire du pays.
par Aurélie Lanctôt (La Déferlante)
Journal — Éducation
Suicide de Dinah, 14 ans : « On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.