Guillaume Delacroix
Journaliste
Pigiste Mediapart

90 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 déc. 2016

Pourquoi Aung San Suu Kyi garde le silence sur les Rohingyas

L'Etat Rakhine (nouveau nom de l'Arakan) où vit cette minorité musulmane est sous l'entier contrôle du chef d'état-major de l'armée, le général Min Aung Hlaing.

Guillaume Delacroix
Journaliste
Pigiste Mediapart

Et si Aung San Suu Kyi ne pouvait tout simplement pas parler ? Alors que la communauté internationale hausse le ton contre celle qui dirige de facto la Birmanie depuis mars 2016, lui reprochant de rester de marbre face aux violences en cours contre les Rohingyas, la minorité musulmane du nord de l'Etat de l'Arakan (aujourd'hui appelé Rakhine), il n'est peut-être pas inutile de rappeler le schéma institutionnel qui prévaut dans le pays. Arrivée au pouvoir par les urnes, la Prix Nobel de la Paix 1991 n'a pas été en mesure de modifier la Constitution, car les militaires détiennent, de droit, 25% des sièges au Parlement.

Or la loi fondamentale, non seulement lui interdit d'être présidente parce qu'elle a été mariée à un ressortissant étranger. Mais surtout, elle donne au chef d'état-major de l'armée le pouvoir exclusif de désigner le ministre de l'intérieur, celui de la défense et celui des frontières, ainsi que les ministres régionaux de la sécurité. La Birmanie, concrètement, fonctionne sous un système dyarchique. C'est un peu comme si deux gouvernements cohabitaient, l'un militaire, l'autre civil, avec chacun ses propres prérogatives.

Un quartier musulman de Sittwe rasé par l'armée birmane, lors des émeutes communautaires de 2012 © GD (novembre 2015)

Dans l'Arakan, ce schéma donne les pleins pouvoirs à l'armée. D'une part parce que c'est le général Min Aung Hlaing qui a autorité sur la police, l'armée, les garde-frontières et toute l'administration territoriale. D'autre part parce que le parti d'Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie (NLD), est sorti perdant des élections locales, en novembre 2015. Minoritaire à l'assemblée législative régionale de Sittwe, Aung San Suu Kyi n'a officiellement aucun pouvoir sur les Rohingyas.

Si la Dame de Rangoun s'exprimait sur les violences perpétrées par les militaires contre cette communauté, en représailles à l'attaque du 9 octobre 2016 contre trois postes de police à la frontière du Bangladesh, elle commettrait un suicide politique. La population birmane est en effet presque unanime à considérer les Rohingyas comme des immigrés clandestins d'origine bangladaise et sur les réseaux sociaux, elle encourage vivement les militaires à les chasser du pays.

Par ailleurs, si Aung San Suu Kyi prenait la parole, juste pour dire que la situation des Rohingyas n'est pas de son ressort, l'armée lui tomberait dessus à bras raccourcis : ce serait la preuve, pour elle, que la conseillère spéciale de l'Etat - tel est son titre officiel - est incapable de diriger la Birmanie, bien que légitimée par le suffrage universel. Détail à ne pas perdre de vue : la Constitution donne le pouvoir à l'armée de dissoudre le parlement et d'imposer la loi martiale.

Personne n'en parle en Occident, mais en octobre, Aung San Suu Kyi a tenté une médiation sur le terrain, en envoyant plusieurs membres du gouvernement, dont celui de l'information, originaire de l'Arakan, à la rencontre des Rohingyas. Ce n'est qu'ensuite que les "insurgés", pour reprendre la terminologie officielle, sont revenus à la charge, en tendant des embuscades à l'armée et ouvrant la voie à un déchaînement de violence.

Plusieurs villages ont été brûlés et selon l'ONU, 40 000 personnes auraient fui la zone frontalière. D'après les informations qui parviennent à la presse, ce qui se joue actuellement là-bas parait relever d'une opération militaire brutale, plus que d'un nouveau conflit entre bouddhistes et musulmans, comme ce fut le cas en 2012. La vraie question étant de savoir qui sont ces "insurgés", combien sont-il (plusieurs centaines, d'après l'armée) et ce qu'ils recherchent.

Pour comprendre les problèmes que la situation des Rohingyas pose au Bangladesh, nous recommandons la lecture d'une analyse parue le 9 décembre dans The Indian Express: http://indianexpress.com/article/opinion/columns/bangladesh-myanmars-rohingya-issue-4417682/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire