Guillaume Delacroix
Journaliste
Pigiste Mediapart

90 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 nov. 2017

Les Rohingya victimes d'une guerre de territoire

La crise migratoire en cours entre la Birmanie et le Bangladesh a beaucoup plus à voir avec l'histoire et la géographie, qu'avec la religion.

Guillaume Delacroix
Journaliste
Pigiste Mediapart

La confusion qui règne actuellement dans l'extrême sud du Bangladesh et l'ouest de la Birmanie est telle, que les commentateurs versent facilement dans la caricature pour tenter d'y voir clair. Les centaines de milliers de Rohingya qui fuient la région de l'Arakan pour se réfugier dans la province de Chittagong seraient, lit-on un peu partout, persécutés par les bouddhistes en raison de leur religion, l'islam. La réalité n'est pas aussi simple et aucun débat dogmatique, du reste, n'a eu lieu jusqu'ici. La communauté rohingya est très majoritairement musulmane mais certains de ses membres sont hindous. Les Arakanais "de souche", expression employée par les autorités locales, sont quant à eux très majoritairement bouddhistes, mais certains aussi sont musulmans. Ce qui les distingue des Rohingya, c'est, outre la religion, la langue : ils parlent arakanais et birman. Et ce qui les pousse à chasser les Rohingya, c'est la possession de la terre.

En gris, l'Arakan (appelé aussi Rakhine), Etat de l'ouest du Myanmar (nom actuel de la Birmanie) © DR

Pour comprendre ce qui est en jeu, un retour treize siècles en arrière s'impose. Comme l'a raconté dans le détail le magazine népalais Himal Southasian en juillet 2016, c'est au VIIIe siècle que les musulmans chittagongais ont commencé à s'installer en Arakan. Jusqu’en 1785, l’Arakan a été un royaume indépendant qui englobait le sud de l’actuel Bangladesh, jusqu’à la ville de Chittagong, au nord de Cox's Bazar. Au XVIe siècle, ses souverains faisaient venir les Chittagongais musulmans pour les faire travailler comme ouvriers agricoles dans les rizières et les plantations de teck. Les Anglais ont fait de même, lorsqu’ils ont colonisé la Birmanie à partir du milieu du XIXe siècle. Ils avaient besoin de main d’oeuvre dans les campagnes et les Arakanais du sud ont alors été submergés par une vague migratoire sans précédent, qui allait peu à peu constituer la communauté apatride des Rohingya.

Par la suite, les Chittagongais faisant beaucoup d'enfants, ils sont devenus majoritaires dans les trois cantons du district de Maungdaw, la capitale du nord de l'actuel Arakan. En 1913, un recensement avait permis d'estimer leur part dans la population locale à 30%. En 2016, avant les départs massifs vers le Bangladesh, ils étaient 90% autour de Maungdaw (et 30% sur l'ensemble de l'Arakan). Les Arakanais "de souche" se sont donc peu à peu sentis dépossédés de leur territoire. Durant la deuxième guerre mondiale pour ne rien arranger, le climat s'est tendu, car les Rohingya se sont rangés du côté des Alliés, tandis que les Arakanais soutenaient le Japon. Et la situation s'est compliquée davantage encore, quand l'empire des Indes a gagné son indépendance. En août 1947 pour le Bangladesh (le Pakistan oriental à l'époque), en janvier 1948 pour la Birmanie.

Sans que l'avis des Rohingya ne soit sollicité, les nouvelles frontières ont été dessinées et ont coupé l'Arakan en deux. Certains Rohingya ont alors migré de leur propre initiative vers ce qui allait devenir le Bangladesh, dès 1947, puis en 1952 et en 1965. Toutefois, les persécutions à leur endroit se multipliant en Birmanie, environ 200 000 d'entre eux fuirent vers Cox's Bazar et Chittagong en 1978. D'autres vagues ont déferlé depuis, en 1991 et 1992, puis en 2012, en 2016, et à nouveau depuis le 25 août 2017 dans des proportions inédites, puisqu'en deux mois et demi, 620 000 personnes ont franchi la frontière.

Le découpage territorial mené sur les ruines du Raj britannique n'a pas tenu compte des religions. Il n'a pas plus pris en considération les langues. Si tel avait été le cas, le nord de l'actuel Arakan aurait été rattaché au Bangladesh, puisque les Rohingya parlent le dialecte de Cox's Bazar, lui même dérivé de la langue chittagongaise. De même, si la langue bangalaise avait été le critère de constitution du Bangladesh, Calcutta ne serait pas en Inde aujourd'hui. La population rohingya totale est actuellement estimée à 2,5 millions de personnes, dont environ 950 000 au Bangladesh, 500 000 en Arabie Saoudite, 350 000 au Pakistan, 150 000 en Malaisie et 40 000 en Inde. Au dernier pointage, les Rohingya ne seraient plus que 400 000 en Birmanie.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti
Journal — Politique
Violences conjugales : le jugement qui condamne le candidat LREM Jérôme Peyrat
Investi par la majorité présidentielle malgré sa condamnation pour violences conjugales, l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron continue de minimiser les faits. Mais le jugement rendu en septembre 2020 par le tribunal correctionnel d’Angoulême note que Jérôme Peyrat a « adapté sa version » aux stigmates, physiques et psychologiques, constatés sur son ex-compagne, ayant occasionné 14 jours d’ITT.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre