L’Inde fait tourner Dassault en bourrique

Ceux qui pensaient assister au dénouement du feuilleton Rafale en Inde en sont pour leurs frais. Souvenons-nous, c’était le 10 avril dernier. Au terme de trois ans de négociations rocambolesques, Dassault Aviation recevait une commande de 36 Rafale des mains du premier ministre indien, Narendra Modi, en visite à l’Elysée. 

Ceux qui pensaient assister au dénouement du feuilleton Rafale en Inde en sont pour leurs frais. Souvenons-nous, c’était le 10 avril dernier. Au terme de trois ans de négociations rocambolesques, Dassault Aviation recevait une commande de 36 Rafale des mains du premier ministre indien, Narendra Modi, en visite à l’Elysée. 
C’était certes beaucoup moins que les 126 avions de chasse que Delhi promettait jusqu’alors d’acquérir mais enfin, Paris ne pouvait pas faire la fine bouche devant un contrat estimé à près de 4 milliards d’euros. 

Ce jour là, François Hollande n’avait pas hésité à sabrer le champagne. Le gouvernement indien ne prétendait-il pas acquérir ses Rafale “dès que possible”, en raison d’un “besoin opérationnel crucial” de ses forces aériennes ? La presse avait alors applaudi à tout rompre : “L’Inde passe une commande surprise de 36 Rafale à la France”, titrait Le Figaro. C’est “un accord historique”, assurait Paris Match. “Un accord sans précédent au terme d’un long suspense”, d’après Libération. “Le contrat du siècle”, selon Le Point.

Mardi 21 juillet, retour sur terre. Profitant de l’ouverture de la session parlementaire à Delhi, le ministre de la défense indien, Manohar Parrikar, a annoncé devant le Sénat que les discussions avec Dassault venaient de... “démarrer” ! Alors que son homologue français, Jean-Yves Le Drian, espérait boucler ce dossier une bonne fois pour toutes au début de l’été, voilà qu’une “équipe” vient d’être constituée à Delhi “pour négocier les termes et les conditions de livraison” des fameux 36 Rafale. “Les réunions avec les Français ont commencé”, a souligné Manohar Parrikar. Toute ressemblance avec les Rafale que le Brésil de Lula n’a finalement jamais achetés à la France de Nicolas Sarkozy est naturellement fortuite.

Post-scriptum : Pour se consoler, la famille Dassault peut heureusement compter sur les Egyptiens. Lundi 20 juillet, Le Caire a reçu livraison des trois premiers Rafale d’une commande qui en compte vingt-quatre. Le contrat avait été signé en février.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.