Guillaume Delacroix
Journaliste
Pigiste Mediapart

90 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 nov. 2015

Guillaume Delacroix
Journaliste
Pigiste Mediapart

Modi se convertit à la laïcité, les vaches respirent

Pendant que la planète entière s’interroge sur l’action à mener – ou pas – contre les terroristes de l’organisation Etat islamique, les Indiens continuent de s’écharper sur le rôle de la vache dans la société. Samedi 21 novembre, la police a confisqué une sculpture de bovin qui était exposée au Art Summit de Jaipur, capitale du Rajasthan.

Guillaume Delacroix
Journaliste
Pigiste Mediapart

Pendant que la planète entière s’interroge sur l’action à mener – ou pas – contre les terroristes de l’organisation Etat islamique, les Indiens continuent de s’écharper sur le rôle de la vache dans la société. Samedi 21 novembre, la police a confisqué une sculpture de bovin qui était exposée au Art Summit de Jaipur, capitale du Rajasthan. Un Hindou avait déposé plainte au motif que l’oeuvre en question heurtait “le sentiment religieux”. Son auteur, l’artiste Siddhartha Kararwal, a été placé en garde à vue durant trois heures. Son idée partait pourtant d’un sentiment qui aurait du tinter aux oreilles des Hindous : la défense des animaux. En suspendant sa vache en plastique dans le ciel, à l’aide d’un gros ballon bleu, Siddhartha Kararwal cherchait à “attirer l’attention sur le sort des animaux abandonnés, qui en sont réduits à manger des déchets en plastique dans la rue et finissent par mourir étouffés”.

Le plus intéressant de cette histoire de censure, à laquelle l’Inde est hélas rompue, s’est en réalité produit le lendemain. Dimanche, la chef du gouvernement du Rajasthan, Vasundhara Raje, a en effet présenté des excuses à Siddhartha Kararwal. “Je suis attristée par cet incident”, a-t-elle écrit sur twitter, avant d’annoncer que les policiers concernés avaient été mutés. Cette réaction de Vasundhara Raje, dont la proximité avec le Premier ministre Narendra Modi est notoire, s’explique-t-elle par la débâcle qu’a subi son parti, le BJP, aux récentes législatives dans l’Etat du Bihar ?

Pendant la campagne électorale du mois d’octobre, le BJP avait largement instrumentalisé la vache et les assassinats de Musulmans soupçonnés d’avoir consommé de la viande de boeuf. Après la défaite, l’entourage du Premier ministre est redescendu sur terre, en reconnaissant que la vache produisait du lait mais rarement des bulletins de vote... Depuis, Modi tient un discours étonnamment laïc. Lui que ses adversaires accusaient de ne pas condamner les agissements des extrémistes hindous à l’égard des mangeurs de steak n’en finit plus d’appeler à “l’unité”.

Les attentats qui ont ensanglanté Paris le 13 novembre y sont pour beaucoup. Mais comment ne pas être surpris d’entendre aujourd’hui le Premier ministre indien appeler ses concitoyens à ne pas établir de lien entre terrorisme et religion ? “La seule distinction à faire, c’est celle qui sépare ceux qui croient en l’humanité et ceux qui n’y croient pas”, a-t-il déclaré dimanche 22 novembre au sommet de l’Asean, à Kuala Lumpur. Dans son esprit, le Pakistan musulman fait partie de la seconde catégorie, même s’il ne le dit jamais explicitement, ni hier en Malaisie, ni la semaine dernière au G20 en Turquie, ni fin septembre à la tribune des Nations Unies. Il ne rate pourtant “aucune occasion” de faire pression sur le Pakistan, “c’est la politique du marteau”, estime Rajeev Sharma, éditorialiste au site d’information DailyO. Pendant ce temps-là, la vache de
Siddhartha Kararwal reste sous bonne garde. Elle sera rendue à son propriétaire le 26 novembre, indiquent les autorités de Jaipur. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Gérald Darmanin fanfaronne mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza