Guillaume Delacroix
Journaliste
Pigiste Mediapart

90 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 oct. 2016

Guillaume Delacroix
Journaliste
Pigiste Mediapart

Quand l'extrême droite indienne fait son cinéma

Un parti nationaliste hindou du Maharashtra a obtenu une forte somme d'argent, en échange de la sortie d'un film ayant un acteur pakistanais à l'affiche. Un marchandage orchestré avec la bienveillance des pouvoirs publics.

Guillaume Delacroix
Journaliste
Pigiste Mediapart

L'extrême droite est-elle aussi fréquentable que l'extrême gauche ? La question n'agite pas que la France, elle tarabuste aussi l'Inde. A Bombay, le chef du gouvernement du Maharashtra, Devendra Fadnavis, vient ainsi de répondre par l'affirmative à la question posée. Un moyen de se dédouaner, après avoir cédé aux pressions d'un parti nationaliste hindou local, le Maharashtra Navnirman Sena (MNS), qui menaçait de saccager toute salle de cinéma qui s'aventurerait à projeter le nouveau film de Karan Johar qui doit sortir en salle le 28 octobre, pour les fêtes de Diwali.

Ae dil hai mushkil ("Les affaires de coeur sont toujours compliquées"), c'est le titre du film, a le défaut d'avoir à son casting un acteur pakistanais, Fawad Khan, ce qui fait tache au moment où l'armée indienne et les organisations islamistes pakistanaises échangent des tirs le long de la frontière du Cachemire, estime le MNS.

Devendra Fadnavis a l'esprit tranquille. D'après lui, pourquoi ne pourrait-on pas parler au MNS, puisque la gauche réclame de la droite au pouvoir à Delhi qu'elle dialogue avec Hurriyat, le mouvement qui rassemble une trentaine d'organisations indépendantistes cachemiris, ou avec les Naxalites, nom donné en Inde aux membres de la guérilla maoïste particulièrement active au Chhattisgarh et en Orissa, deux Etats du centre-est du sous-continent ?

L'ennui, c'est que l'accord passé entre le gouvernement Fadnavis et le MNS est le résultat d'un chantage. Le producteur de Ae dil hai mushkil a obtenu le droit de diffuser son film, à condition de payer 50 millions de roupies (690 000 euros) à une association de soutien à l'armée indienne. C'est d'ailleurs ce qu'il adviendra dorénavant à tout film ayant eu l'idée saugrenue de tourner avec des acteurs originaires du Pays des Purs. En outre, le réalisateur de Ae dil hai mushkil a été obligé de jurer à la télévision qu'il ne filmerait plus jamais de comédien pakistanais.

"Voilà à quoi en est réduite l'Inde aujourd'hui : un marchandage entre un artiste et un parti qui pratique l'extorsion, le tout sous la médiation de l'Etat", a dénoncé The Indian Express dans un éditorial publié mardi 25 octobre. La veille, vingt-quatre maoïstes avaient été abattus par la police à la frontière de l'Orissa et de l'Andhra Pradesh, sans avoir eu le temps, eux, de négocier une quelconque enveloppe.

NB : mardi 25 octobre, le ministre indien de la défense, Manohar Parrikar, a déclaré "ne pas apprécier" cette affaire de don forcé du cinéma à l'armée, les militaires sont parait-il "furieux" d'être instrumentalisés par les politiques, les dons devant être par nature fondés sur le volontariat. Devendra Fadnavis assure quant à lui qu'il était contre ce type de don imposé par le MNS.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités