guillaume lasserre
Travailleur du texte
Abonné·e de Mediapart

314 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 août 2018

guillaume lasserre
Travailleur du texte
Abonné·e de Mediapart

Taysir Batniji. Une histoire palestinienne

Aux Rencontres de la photographie, Taysir Batniji compose un portrait intime de la diaspora palestinienne à partir du récit de son voyage aux Etats-Unis à la rencontre de ses cousins. Dépassant le simple album de famille, « Gaza to America. Home away from home » interroge la construction des identités en situation d’exil et signe l’une des propositions les plus captivantes de cette édition.

guillaume lasserre
Travailleur du texte
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Taysir Batniji, projet "Home away from home", 2017, Fondation d'entreprise Hermès / Aperture Foundation © Taysir Batniji

C’est une histoire familiale qui occupe cette année la chapelle Saint-Martin-du-Méjan à Arles, celle de l’artiste franco-palestinien Taysir Batniji. Lauréat en 2017 du programme « Immersion » – commande photographique franco-américaine incluant des résidences croisées – initié par la Fondation d’entreprise Hermès, en partenariat avec l’Aperture Foundation, le photographe se rend aux Etats-Unis afin de rencontrer ses cousins d’Amérique qu’il connaît à peine, ne les ayant pas revu depuis son enfance et leur départ de Palestine.  Il choisi délibérément de vivre au plus près des membres de sa famille recomposée, immigrés en Californie et en Floride dans les années 1960-70, aidé par la tradition d’hospitalité héritée de leur histoire commune   : « (…) la tradition dictait que je devais rester avec la famille. Il était hors de question que je loge dans un hôtel ou loue une autre maison », explique-t-il. Avant le voyage qui, en réalité, se divise en deux séjours distincts, l’artiste réalise de mémoire quelques dessins qui, accompagnés de textes, évoquent le souvenir du domicile familial tel qu’il se le remémore, bâti sur cette terre natale commune, avant l’exode qui sépare physiquement et culturellement les familles. Ces éléments composent le prélude au périple familial que les visiteurs sont sur le point d’entreprendre.

Voir le monde d’un œil apatride

Document de voyage pour les réfugiés palestiniens © Taysir Batniji

En 1993, Taysir Batniji quitte la ville de Gaza avec un laissez-passer valable une année, délivré par les autorités israéliennes. Il a vingt-sept ans et la permission de se rendre en Italie afin de poursuivre ses études à Naples. Sur le document, en lieu et place de la nationalité est apposée la mention « non identifiée ». Ce départ volontaire correspond à un désir d’artiste. C’est après l’obtention de sa licence en arts plastiques à l’Université de Naplouse, qu’il rejoint l’Italie où l’attend un stage à l’Académie des Beaux-arts de Naples. C’est en France ensuite qu’il poursuit son apprentissage. L’Ecole nationale supérieure d’art de Bourges, puis l’Ecole supérieure d’art et de design de Marseille Méditerranée lui offrent le cadre officiel pour parachever ses études. Il s’installe ensuite à Paris où il réside depuis 1996. Taysir Batniji est l’unique membre de sa famille immédiate à avoir quitté la Bande de Gaza, sa terre natale où il séjourne régulièrement jusqu’en 2012. Vingt-cinq ans après, le laissez-passer qui l’a rendu apatride en lui autorisant le monde est toujours là. Il l’a soigneusement conservé à la manière d’un témoignage, une preuve au cas où on douterait de lui. Ce bout de papier est l’une des nombreuses choses qu’il partage avec ses cousins d’Amérique. Le voyage qu’il entreprend alors à la rencontre d’une famille éclatée par la diaspora va au-delà d’une simple réunion qui signerait des retrouvailles longtemps désirées. C ‘est un voyage éminemment intérieur qu’il s’apprête à parcourir et que restitue l’exposition « Gaza to America. Home away from home ». Cette odyssée reflète sans doute aussi d’autres histoires intimes, celles de personnes qui comme lui ont dû se construire loin de chez elles, à travers une histoire commune qui diverge parfois lorsqu’elle se raconte, une langue commune qui, à force de se parler loin de son foyer d’origine, adopte un autre accent, une autre culture. C’est l’amer constat de ne pas être compris lorsqu’on (re)vient visiter ce lieu originel quitté à regrets ou conté par d’autres, et dont on s’aperçoit qu’il n’existe véritablement, tel un souvenir fantasmé, que dans l’imagination de ceux qui l’ont connu. Ce sentiment étrange, on le retrouve dans les familles qui évoluent dans un entre-deux culturel et géographique, entre-deux qui occupe une place centrale dans le travail de Taysir Batniji comme en témoigne les séries plus anciennes évoquant la vie en Palestine, exposées à l’étage de la chapelle. 

Vivre parmi des « étrangers familiers »

Taysir Batniji, projet "Home away from home", 2017, Fondation d'entreprise Hermès / Aperture Foundation, 49èmes Rencontres photographiques d'Arles, 2018 © Taysir Batniji

A Arles, « Gaza to America. Home away from home » est l’une des cinq expositions qui, réunies sous le titre « America great gain ! » posent un regard extérieur sur les Etats-Unis. L’exposition prend la forme d’une gigantesque installation où sont aménagés des espaces physiques recevant les strates temporelles et géographiques qui, additionnées, donnent forme à une histoire familiale séparée par l’exil. Des médiums aussi divers que la photographie, la vidéo, le dessin, se mettent au diapason du sujet pour mieux l’incarner. Ainsi, cet ensemble de portraits filmés, de dessins souvenirs, de veilles photographies aux couleurs délavées, d’objets officiels marqués par le temps … recompose une histoire intime qui se confond avec celle des origines perdues, et donne les clefs de lecture de cette diaspora familiale.

Taysir Batniji, projet "Home away from home", 2017, Fondation d'entreprise Hermès / Aperture Foundation © Taysir Batniji / Guillaume Lasserre

De Khadra, venue avec son mari et ses enfants vivre en Californie à la fin des années soixante-dix après y avoir séjourné plusieurs fois, on ne verra que les mains. Filmées en gros plan, elles renferment les photos jaunies que l’on a extraites de l’album des souvenirs. Ce sont ces mains qui rythment le récit de l’histoire familiale que sa voix, hors champ, raconte au fil des images. Aux portraits solitaires ou de groupe en noir et blanc attestant d’une origine commune se substituent rapidement des scènes de la vie quotidienne prises désormais ici. Ces images attestent de cette double culture hybride qui la définit maintenant : « Ma patrie d’origine, c’est la Palestine, mais ici c’est une maison loin de la maison Oui, c’est comme à la maison.» répond-elle à Taysir Batniji lorsqu’il l’interroge sur son sentiment d’appartenance aux Etats-Unis. Ce que l’artiste dévoile ici, c’est que c’est dans les actes anodins effectués chaque jour tel que cuisiner par exemple ou pratiquer sa religion, que perdure une culture palestinienne. C’est précisément dans ces intersites, qui ressuscitent en quelque sorte les morts, lorsque d’autres répètent presque mot pour mot, geste pour geste, certains rituels d’une culture commune, que l’appartenance à une famille, à une société d’individus, à une histoire commune s’incarne. C’est parce qu’ils reproduisent des actes autrefois effectués par un être cher (un père, une tante) que les cousins d’Amérique deviennent pour Taysir Batniji des « étrangers familiers », des êtres presque inconnus mais dont l’héritage commun permet de matérialiser (sans doute plus que la chair) ce lien filial, familial. Pour autant, cette gestuelle commune s’entremêle à la culture locale américaine, plaçant chacun des membres de la famille dans un double environnement socio-culturel qui leur interdit de se définir comme des Palestiniens ou des Américains à part entière. C’est sans doute le sous-titre de l’exposition « La maison loin de la maison » qui qualifie le mieux ce statut hybride.

Taysir Batniji, projet "Home away from home", 2017, Fondation d'entreprise Hermès / Aperture Foundation © Taysir Batniji

Ce sentiment d’appartenance à deux cultures qui s’opposent parfois, si bien qu’il peut être vécu douloureusement, est manifeste dans les récits des adolescents ou jeunes adultes nés ici, pris entre l’héritage culturel de leur parents et la participation à une culture locale dominante qui s’exprime hors de la maison. Une culture qui, parce que commune à une nation qui s’est inventée par l’immigration, semble vouloir tout aplanir, tout effacer. Ainsi, elle ne cherche pas à comprendre l’héritage culturel propre à chacun de ses enfants,  comme lorsque Safa, adolescente métissée (de père palestinien et de mère marocaine) explique face caméra qu’il est plus facile de répondre oui lorsqu’on lui demande si sa couleur de peau est noire que de préciser son ascendance palestinienne qui impliquerait l'explication d'un conflit complexe que ses interlocuteurs ne comprennent pas. Lorsqu’on l’interroge sur sa position vis-vis de la communauté noire, elle évoque une grande proximité, des affinités communes qui lui permettent de se sentir à l'aise au sein de celle-ci plutôt qu'avec une autre.

Taysir Batniji, projet "Home away from home", 2017, Fondation d'entreprise Hermès / Aperture Foundation © Taysir Batniji

Loin de prétendre à une histoire exhaustive de la diaspora palestinienne ou arabe aux Etats-Unis ou de donner à voir la vie de ses cousins d’Amérique dans toute sa complexité, Taysir Batniji livre ici le ressenti d’une expérience personnelle : « Ces œuvres sont plutôt mes impressions, nées de ces rencontres, variant dans leur intensité, selon le contexte, le lieu et le degré d'interaction avec ces membres de ma famille. » précise-t-il. Pourtant, en côtoyant ses cousins qu’il connaît si peu, il éprouve l’étrange sensation de se voir à travers eux : « Je les connaissais, nous partagions des liens familiaux, mais en même temps, ils m'étaient étrangers et il y avait beaucoup de choses sur leur vie familiale que je ne connaissais pas et que je devais apprendre à travers des conversations et des entretiens. (…) Il nous a fallu du temps pour nous familiariser, mais pendant tout ce temps que j'ai passé avec eux, il y avait toujours des comparaisons entre moi et eux, alors pour moi c'était une sorte de miroir. » Les visites familiales sont aussi prétextes à une étude comportementale où l’artiste examine la façon dont ses cousins, comme d’autres sans doute, reconstruisent un espace familier, personnel dans un environnement éloigné tant culturellement que géographiquement de celui dont ils sont issus. C’est précisément cette « maison loin de la maison » que revendique le titre. En composant une œuvre personnelle qui rassemble cent quarante-six pièces qui, telles des outils artistiques et sociologiques, donnent corps au récit intime de l’exode familial, Taysir Batniji approche l’histoire d’une famille palestinienne, la sienne. Comme beaucoup d’autres, elle continue tant bien que mal à exister dans cet entre-deux culturel et géographique propre à ceux qui connaissent l’exil. La permanence dans l’itinérance choisie comme subie, est pour eux la condition d'une réinvention de soi.

Toutes les citations de l’artiste sont extraites de l’entretien accordé le 17 juillet 2018 au quotidien anglophone d’Abu-Dhabi, The National.

Taysir Batniji, "Gaza to America. Home away from home"  -  Du 2 juillet au 23 septembre 2018 - Tous les jours, de 10h à 19h30; 

Chapelle Saint-Martin-du-Méjan (dans le cadre des 49èmes Rencontres de la photographie d'Arles), Place Nina Berberova 13200 ARLES

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel