La prise du Palais par Nicolas Daubanes

Lauréat du Prix des Amis du Palais de Tokyo 2018, l'artiste marseillais Nicolas Daubanes interroge, à travers le dessin et la sculpture, les formes de résistance dans le récit des manifestations populaires qui font l'histoire des luttes sociales. De la Commune de Paris aux actions récentes en faveur des droits des minorités, c'est bien l'urgence du présent qui résonne.

Nicolas Daubanes, L'incendie de l'Hôtel de ville de Paris durant la Commune, 1871, , Vue de l'exposition "L'huile et l'eau", Prix des Amis du Palais de Tokyo 2018, Palais de Tokyo, 2020. © Marc Domage Nicolas Daubanes, L'incendie de l'Hôtel de ville de Paris durant la Commune, 1871, , Vue de l'exposition "L'huile et l'eau", Prix des Amis du Palais de Tokyo 2018, Palais de Tokyo, 2020. © Marc Domage
C'est l'image de l'Hôtel de ville de Paris ravagé par les flammes pendant la Commune en 1871 que Nicolas Daubanes (né en 1983, vit et travaille à Marseille) figure, immense, à la poudre de fer aimantée – son matériau de prédilection – sur l'un des murs du Palais de Tokyo. Tout près, le Ministère des finances est représenté dévasté sur l'un des murs découpé puis retourné, le dessin est réalisé à l'envers, les flammes figurées ont été réalisées en chute de mur, de la même manière que celles de l'Hôtel de ville. L'oeuvre est déposée au sol, comme destitué. La limaille donne l’étrange sensation d’une liquéfaction des bâtiments. L'artiste marseillais choisi de représenter deux bâtiments symboles du pouvoir impérial, anti-communards, incendiés durant la semaine sanglante, emportant la totalité de l’état civil parisien, une disparition qui prend une forme libératoire face à ce qui s’apparente déjà à une surveillance de la société. Entre les deux œuvres figurant les bâtiments, s’élève une poutre en béton dans laquelle l’artiste a adjoint du sucre selon une technique de sabotage utilisée durant la Seconde guerre mondiale dans le but de fragiliser pour mieux la freiner l’édification des bunkers allemands. Croisant dessin et sculpture, l'art de Nicolas Daubanes rend compte d'une société sous surveillance, saturée de dispositifs de contrôle tant dans ses espaces publics que privés. Face à une liberté de plus en plus limitée, il révèle l'organisation pratique d'une résistance, une opposition. Au Palais de Tokyo, il convoque un lexique de rébellion élaboré à partir des gestes, slogans et stratégies de différents soulèvements populaires. « L'huile et l'eau », exposition rugissante, imaginée par l'artiste comme un cri, occupe une partie de l’institution à la faveur du prix des Amis du Palais de Tokyo dont il fut le lauréat en 2018. Cette distinction apparaît heureuse – ou désabusée selon le visiteur –, tant le choix de Nicolas Daubanes détonne. Lui, l’artiste de province à l’accent toulousain, à mille lieux d’un entre-soi parisien de l’art contemporain dont le quotidien des vernissages et autres visites privées spécial VIP forment les rendez-vous in d’une sorte de circuit de plus en plus people, de moins en moins amateurs d’art, de plus en plus Ibiza, de moins en moins Louvre. Nicolas Daubanes construit une oeuvre politique, radicale, contant peu de concessions, là où beaucoup auraient cherché le consensus afin de plaire au plus grand nombre, de ratisser large.

Car si le Palais de Tokyo fait office de vitrine officielle de la création plastique française, c’est de façon consensuelle, en évitant les prises de risque trop coûteuses, donnant à voir un art sans excès, au propos à la naïveté parfois confondante, toujours sophistiqué, un art d’happy few où la bonne référence devient « private joke », coupé du monde, surtout un art apolitique sous des atours faussement engagés, mécènes privés obligent. C’est pourtant une clameur sourde qui semble ici jaillir de chacune des œuvres de l’artiste. Dans le silence si convenable qui sied à l’appréciation de la visite d’un temple de l’art, Daubanes fait rentrer un peu des bruissements de la révolte dans une institution qui, si elle a dû en entendre, les a ignorés, laissé à la rue. L'art de Nicolas Daubanes, parce qu'il est viscéralement engagé, ne souffre pas de tiédeur. Ainsi, face à l'exposition phare du palais « Notre monde brûle » organisée par le Musée d'art moderne et contemporain du Qatar (Mathaf) à Doha, à l'occasion de l'année France-Qatar 2020, qui « propose un regard engagé sur la création contemporaine depuis le Golfe Persique où les guerres et les tensions diplomatiques n’ont cessé de déterminer l’histoire de ce début de XXIe siècle », selon le site du Palais de Tokyo, oubliant toutefois de préciser que dans cet Etat du Golfe l'homosexualité est passible de prison ferme, voir de peine de mort pour les musulmans, comme l'adultère, que les violences domestiques y sont ignorées, que les travailleurs étrangers ont des droits extrêmement restreints – faisant s'interroger l'artiste azéri réfugié en France Babi Badalov: « Pourquoi un pays riche et non démocratique a-t-il les coudées franches en Europe[1] ? » –, la modeste exposition de Nicolas Daubanes a fière allure. Elle prend même tout son sens face à cet hôte imprévu, en dressant l'Hôtel de ville de Paris en flamme comme rempart à la mascarade. Comme le Palais de Tokyo rappelle qu'il n'est « pas partenaire d'un État, mais d'un musée », Magali Lesauvage fait très justement remarquer dans le Quotidien de l’art que « le Mathaf est sous l'autorité de la Qatar Museums Authority, présidée par la fille de l'émir du Qatar, et qui est avec la Qatar Foundation, fondée par l'émir, co-propriétaire de sa collection[2]. » 

Nicolas Daubanes, Vue de l'exposition "L'huile et l'eau", Prix des Amis du Palais de Tokyo 2018, Palais de Tokyo, 2020. © Marc Domage Nicolas Daubanes, Vue de l'exposition "L'huile et l'eau", Prix des Amis du Palais de Tokyo 2018, Palais de Tokyo, 2020. © Marc Domage

Poétique de la lutte

Nicolas Daubanes, Vue de l'exposition "L'huile et l'eau", Prix des Amis du Palais de Tokyo 2018, Palais de Tokyo, 2020. © Marc Domage Nicolas Daubanes, Vue de l'exposition "L'huile et l'eau", Prix des Amis du Palais de Tokyo 2018, Palais de Tokyo, 2020. © Marc Domage
La colonne suinte. Elle saigne littéralement, comme cette statue de la Vierge à Civitavecchia en Italie, qui un beau jour de 1995, entre miracle et simulacre, s’est mis à pleurer du sang[3]. Percée par quatre impacts de balles, la colonne profane donne l’impression de souffrir. C’est la colonne du peuple, des luttes du peuple, de toutes ses luttes, passées, présentes, à venir. Elle prend appui sur les dalles qui composent le parvis de la place de Grève, devant l’Hôtel de ville, là même où se tenaient les exécutions publiques de la justice. L’installation est un théâtre, une scène sur laquelle le temps s’entrechoque lorsqu’un élément contemporain, extérieur à l’histoire tragique de la Commune, un objet personnel, intime, de combat, s’inscrit dans cette scénographie singulière. L’artiste compose une pièce autobiographique en embrochant un congélateur à un poteau juste au niveau du regard du spectateur, dans un équilibre précaire, il se met à nu. « Il y onze ans, Nicolas Daubanes subissait une greffe d’organe, entrainant un empêchement physique que l’artiste a choisi d’exploiter, en en faisant une entrave constitutive de son travail, non pas un sujet mais un matériau à part entière…[4] » Daubanes est un survivant dont l’autoportrait ici révélé marque le début de projets futurs. Une petite cuillère invisible préside à la pièce allégorique. Celle qui creuse la mousse expansive reprend le geste archétypal des prisonniers au cinéma qui, tel Sisyphe condamné à pousser une pierre au sommet d'une montagne, d'où elle finit toujours par retomber, creusent dans le plus grand secret d’infimes galeries mois après mois, années après années, dans la perspective illusoire de l’évasion. Quitter la prison à tout prix est aussi une échappée mentale, une manière de tenir bon face à l’enfermement de la maison d’arrêt, de l’hôpital, de l’attente de vivre. Cette grande évasion est celle de Nicolas Daubanes.

Nicolas Daubanes, Vue de l'exposition "L'huile et l'eau", Prix des Amis du Palais de Tokyo 2018, Palais de Tokyo, 2020. © Marc Domage Nicolas Daubanes, Vue de l'exposition "L'huile et l'eau", Prix des Amis du Palais de Tokyo 2018, Palais de Tokyo, 2020. © Marc Domage
Du pilier central, colonne vertébrale de l’œuvre somme, s'élève la voix d'Akhenaton, chanteur marseillais du groupe I AM, scandant des extraits des « Les mains sales » de Jean-Paul Sartre, de textes de combat, de récits de résistants. Dire les révoltes, dire les femmes et les hommes ayant fait l'histoire des luttes. Gravés à même le pilier, les mots « WE WERE MEN I AM A MAN » font référence au soulèvement des prisonniers noirs du centre correctionnel d'Attica, dans l'Etat de New York. Le conflit éclata durant quatre jours au mois de septembre 1971, avec pour toile de fond le racisme et la question des droits civiques. A propos d’Akhenaton, Nicolas Daubanes indique : « Il représente, pour moi, le personnage à même de parler de ces situations difficiles, de l’emprisonnement, de la recherche de liberté, par l’image qu’il véhicule aujourd’hui, un rappeur défendant des idées, des envies de liberté, une révolte sociale et culturelle de la jeunesse[5]. » Le dispositif sonore qui imprègne l'espace de l'œuvre, fait littéralement entrer, à travers la voix du chanteur, les damnés de la terre dans un lieu qui leur est interdit, ou du moins, à qui on a fait comprendre qu'ils n'étaient pas vraiment à leur place, sinon sous la forme allégorique de la création artistique. Un peu plus loin sur le mur, « Le sourire de la République » se révèle dans une ligne diagonale d’incisives et de frontales sculptées.

Un art de la limaille

 « J’ai commencé à m’intéresser à l’art lorsque j’avais une vingtaine d’années. La visite d’une exposition de Joël Hubaut, aux Abattoirs de Toulouse, a été un réel choc. J’ai décidé, à ce moment là, de commencer des études d’art. J’ai suivi des cours à l’école Heart, à Perpignan. J’ai poursuivi dans le domaine artistique mon activité de dessin et de sculpture, trouvant rapidement mon style[6] » indique Nicolas Daubanes à propos de sa vocation artistique. Il utilise l'art contemporain pour expérimenter des techniques de sabotage. Au palais de Tokyo, il réalise les deux très grands dessins en disposant sur le mur des éléments de papier magnétique sur lesquels il jette de la poudre de fer qui, ainsi aimantée, compose, en étant retenue au papier, le paysage urbain dramatique de la Commune. Le titre de l’exposition « L’huile et l’eau » est un appel à la résistance. Lorsque tout le monde se mélange, les problèmes sociaux et politiques se dissolvent dans un espace temps parallèle fantasmé : le Paris ripoliné d’Amélie Poulain, la France des jours heureux retrouvés d’Emmanuel Macron[7]. L'eau, molécule polaire, et l'huile, molécule apolaire, ne sont pas miscibles. Le mélange se révèle donc impossible, les séparations franches, les oppositions claires : L’huile et l’eau, la gauche et la droite, Nicolas Daubanes et le Palais de Tokyo.

Nicolas Daubanes, Vue de l'exposition "L'huile et l'eau", Prix des Amis du Palais de Tokyo 2018, Palais de Tokyo, 2020. © Marc Domage Nicolas Daubanes, Vue de l'exposition "L'huile et l'eau", Prix des Amis du Palais de Tokyo 2018, Palais de Tokyo, 2020. © Marc Domage

Ironiquement, l’artiste aura passé sa vie dans des environnements contraints, des espaces confinés, d’abord médicaux, puis à travers la découverte du milieu carcéral : « Lorsque je réalisais des ateliers d’art pour enfant, à Perpignan, on m’a proposé de faire un atelier en milieu carcéral pour mineurs, à Toulouse. J’ai accepté et cela m’a inspiré. Le sujet est assez fort et ma sensibilité m’a orienté vers les autres, m’oubliant moi-même, face aux difficultés des autres. C’était si fort que la création autour de ce sujet est devenue une évidence. J’ai donc découvert le milieu carcéral. Il est question d’enfermement, de blocage. J’ai donc engagé un travail d’observation dans l’idée de m’oublier moi-même, loin d’une approche autobiographique. J’ai élargi le spectre de lecture. S’intéresser aux autres est un moyen de trouver des solutions pour soi. Il y a une sorte de détournement dans mon travail qui se base aussi sur la décision[8] », pour finalement se retrouver aujourd’hui, à travers la pandémie de coronavirus, dans l'obligation de se confiner sans l'avoir cette fois choisi. Pour répondre à la fermeture de l'exposition au Palais de Tokyo, l'artiste a mis en place un dispositif sur Instagram: « (...) je suis allé dans le PC sécurité et j’ai (...) photographié les écrans des caméras qui donnaient sur mon exposition. Pour y faire écho et simuler la vidéo-surveillance pendant le confinement, j’ai posté ces photos[9] », avant de préciser : "Finalement, cette histoire de confinement est le moyen pour moi de me repositionner légèrement par rapport à mon travail. Un positionnement que je situe du côté du désir de recherche de liberté ou de dégagement des contraintes. » La façon dont le monde culturel s'est emparé d'outils permettant d'accéder à l'art à distance est aussi révélatrice de ce que beaucoup de gens visitent déjà les expositions de manière virtuelle. Pour lui, cette crise est l'occasion « d’approfondir une réflexion sur les médiations possible d’une exposition ».

L'art de Nicolas Daubanes dessine les formes sociales et les modes de résistances de la condition humaine. Ses œuvres, aux multiples niveaux de lecture, contiennent le passé, le présent et le futur, qui s’amalgament dans une temporalité unique, incertaine, à la faveur d’un matériau en évolution constante qui laisse une part à l’aléatoire. L’expérience du corps handicapé et de la résilience occupent une place centrale dans son travail. Cet art de la limaille n'est pas là par hasard. Il fait écho symboliquement aux limes de fer qui permettent de scier les barreaux de la fenêtre d’une prison, l'évasion encore, toujours, de la cellule, la chambre, l’attente, le bureau, les cases, les normes… Survivant magnifique, Nicolas Daubanes entre en résistance en se mettant à nu, insufflant de la sincérité dans les faux-semblants d’une institution qui, il y a cent quarante ans, aurait sans nul doute incarnée le pouvoir impérial. Désormais, les Communards ont des gilets jaunes et un pied dans la porte. Le Palais de Tokyo bruisse d’un murmure étrange, une rumeur inconnue, la rue est aux portes du palais.

[1] Cité dans Roxana Azimi, « Le Qatar s'expose en France... et aux critiques », Le Monde, 19 février 2020.

[2] Magali Lesauvage,  « Réactions en amont de l'exposition du MATHAF au Palais de Tokyo », le Quotidien de l'art, 1862, 9 janvier 2020.

[3] Alix Kirsta, « The Crying game », The Gardian, 9 décembre 2000, https://www.theguardian.com/theguardian/2000/dec/09/weekend7.weekend1Consulté le 19 avril 2020.

[4] « Albums de familles », Ventilo, n° 497,  4 avril 2018, https://www.journalventilo.fr/souviens-toi-daimer-au-chateau-de-servieres/ Consulté le 19 avril 2020.

[5] « L’Huile et l’Eau », exposition des dessins et sculptures de Nicolas Daubanes, 19 février 2020, https://culturemodesan11.com/2020/02/19/lhuile-et-leau-exposition-des-dessins-et-sculptures-de-nicolas-daubanes/ Consulté le 18 avril 2020.

[6] Ibid.

[7] Déclaration de M. Emmanuel Macron, président de la République, sur l'épidémie de COVID-19, le prolongement du confinement et le déconfinement progressif à partir du 11 mai, les aides aux entreprises et le maintien de la fermeture des frontières, Paris, le 13 avril 2020. https://www.vie-publique.fr/discours/274079-emmanuel-macron-13-avril-2020-deconfinement-progressif Consulté le 20 avril 2020.

[8] « L’Huile et l’Eau », exposition des dessins et sculptures de Nicolas Daubanes, 19 février 2020, https://culturemodesan11.com/2020/02/19/lhuile-et-leau-exposition-des-dessins-et-sculptures-de-nicolas-daubanes/ Consulté le 18 avril 2020.

[9] Anysia Troin-Guis, « Nicolas Daubanes, entretien », 02, sd., https://www.zerodeux.fr/news/nicolas-daubanes-entretien/ Consulté le 18 avril 2020.

Nicolas Daubanes, "Le sourire de la République", Vue de l'exposition "L'huile et l'eau", Prix des Amis du Palais de Tokyo 2018, Palais de Tokyo, 2020. © Marc Domage Nicolas Daubanes, "Le sourire de la République", Vue de l'exposition "L'huile et l'eau", Prix des Amis du Palais de Tokyo 2018, Palais de Tokyo, 2020. © Marc Domage

Nicolas Daubanes - « L'huile et l'eau », Prix des Amis du Palais de Tokyo 2018, commissariat : Franck Balland.

Du 21 février 2020 au 13 septembre 2020 - Tous les jours sauf le mardi, de 12h à minuit.

Palais de Tokyo 
13, avenue du Président Wilson
75 116 Paris

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.