guillaume lasserre
Travailleur du texte
Abonné·e de Mediapart

257 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 oct. 2021

L'érudit et le peintre des nuits. À propos de la collection Roberto Longhi

Retour sur l’exposition « L’école du regard » qui vient de s’achever au musée des Beaux-Ats de Caen. Rassemblant un ensemble d’œuvres picturales provenant de la collection de Roberto Longhi, elle témoigne de la modernité de l’éminent historien de l’art italien qui a voué sa carrière à l’étude de l’art du Caravage et des artistes qui l’ont suivi.

guillaume lasserre
Travailleur du texte
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Michelangelo Merisi, dit Caravage Garçon mordu par un lézard Vers 1597 huile sur toile, 65,8 x 52,3 cm Florence, Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi © Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi

Ce n’est pas une exposition sur le célèbre artiste italien du début du XVIIème siècle, peintre des clair-obscur, qui vient de s’achever au musée des Beaux-Arts de Caen mais sur l’historien de l’art Roberto Longhi (1889 – 1970) dont le nom est indissociable de celui de Caravage. « L’école du regard » invite à suivre sa pensée, radicalement novatrice au début du XXème siècle, à travers une sélection de quarante-quatre peintures et douze dessins issus de sa collection personnelle. L’érudit se consacre à l’étude de l’art de Michelangelo Merisi (1571 – 1610) dit Caravage et des peintres caravagesques depuis la soutenance de sa thèse à l’Université de Turin en 1911 jusqu’à la publication de la monographie du maitre lombard en 1952, qui fait suite à l’importante exposition « Mostra del Caravaggio e dei Caravaggeschi » que Longhi organise à Milan l’année précédente. La lucidité de Longhi a été de regarder Caravage comme le premier des modernes et non, comme c’était le cas jusqu’alors, comme le dernier peintre de la Renaissance. La méthode de travail de l’érudit, par observation directe des œuvres, fait la part belle à la confrontation. Longhi propose des hypothèses, fait des attributions. Il permet ainsi plusieurs découvertes. Il est le premier à définir le style direct et naturaliste du peintre ainsi que le rôle prépondérant de la lumière dans ses tableaux, saisissant la portée radicale de son œuvre. Sa collection, qui compte environ deux cent cinquante tableaux allant du XIIIème au XXème siècles, est une collection d’études qui se rattache à ses thèmes de recherche, dont « le noyau le plus remarquable et le plus significatif est sans aucun doute celui qui compte les œuvres de Caravage et de ses suiveurs[1] » précise Maria Cristina Bandera, commissaire de l’exposition. Elle est conservée dans la villa Il Tasso, sur les hauteurs de Florence, acquise en 1939 et qui fut sa demeure jusqu’à sa mort. La villa abrite aujourd’hui la fondation qui porte son nom : la Fondazione di Studi di Storia dell’Arte Roberto Longhi. Créée par lui-même en 1971 « au profit des générations futures », elle se compose de sa bibliothèque, sa photothèque et sa collection d’œuvres d’art. La fondation s’engage dans la recherche historico-artistique, la connaissance et la mise en valeur des thèmes et des personnalités de l’art jusqu’à aujourd’hui. Depuis 1971, près de quatre cents jeunes chercheurs ont bénéficié d’une bourse d’étude afin de passer un an à Florence afin d’y mener leur projet de recherche.

Roberto Longhi d’après Caravage Garçon mordu par un lézard 1930 Fusain sur papier, 62,3 x 47,5 cm Florence, Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi © Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi

Parmi les pièces exposées à Caen, une douzaine de dessins au fusain et à l’encre exécutés de la main de Roberto Longhi lui-même, font partie d’un ensemble plus vaste qui est à envisager comme une série d’exercices du regard. Cette pratique, datée entre 1925 et 1935, lorsqu’il était étudiant, lui permet de mieux comprendre l’organisation de l’espace et de la lumière dans les tableaux qu’il étudie. Les dessins furent publiés dans les années quatre-vingt, soit bien après sa mort. Parmi eux, la « Flagellation » exécutée à partir d’une copie du tableau du Caravage de Rouen[2], et le « Saint-Jérôme ». A partir de 1920, il commence à réunir un ensemble de peintures caravagesques qui énoncent les codes picturaux introduits par Caravage, constituant une véritable école du regard sur l’artiste. Dans ses notes rédigées peu avant sa mort, Longhi écrit : « Quand j’ai commencé́ à collectionner, c’était vers 1915/1920, je voulais accompagner mes études de quelques œuvres exemplaires qui puissent, en quelque sorte, les représenter. / À cette époque, à Rome et à Milan, on pouvait voir sur les étals des marchés des tableaux qui me paraissaient sublimes et qui, pourtant, coûtaient trois fois rien[3] », précisant un peu plus loin que la collection « reflète elle aussi le développement préférentiel de mes recherches ». La collection illustre les écrits de l’historien de l’art et comprend aussi bien des peintures de Caravage lui-même que celles de ses suiveurs italiens et européens. L’exposition de Caen en propose une traversée.

Lorenzo Lotto Un saint dominicain en prière Vers 1540 huile sur panneau, 53 x 24 cm Florence, Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi © Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi

L’exposition s’ouvre avec une petite section consacrée aux peintres vénitiens et lombards du XVIème siècle qui exercèrent une influence culturelle sur Caravage. Deux petits panneaux conçus en pendant par Lorenzo Lotto (1480 – 1557), représentent « Saint Pierre Martyr » et un « Saint Dominicain en prière ». L’extrême finesse dans le rendu des lumières est soulignée par Roberto Longhi dès sa thèse de 1911 qui voit en Lotto un préfigurateur de Caravage : « On peut dire qu’en particulier la première manière luministe de Caravage a été préparée – et certainement dépassé – par le luminisme de Lotto » écrit-il alors. Les visages s’assimilent à de véritables portraits empreints d’une piété fervente. La scène de marché de Bartolomeo Passarotti (1529 – 1592), intitulée « Les marchandes de volailles », exécutée en 1603, faisait à l’origine partie d’une suite de quatre tableaux dont « les poissonniers » montrent un garçon mordu au doigt par un poisson, anticipant le « garçon mordu par un lézard » du Caravage, exposé un peu plus loin. La manière de comprimer des figures dans l’espace est caractéristique de Passarotti. Le tableau fait l’analogie entre corps de dindes et corps de femmes. Le geste de la jambe croisée est compris à l’époque comme un geste d’exhibitionnisme qui apparente la femme à droite de la composition à une prostituée. Si le peintre regarde attentivement l’école émilienne du XVIème siècle, il s’intéresse aussi à la peinture hollandaise. La veine naturaliste du tableau permet de considérer Passarotti comme un précurseur de Caravage et, plus largement, de la nature morte du XVIIème siècle.

Bartolomeo Passarotti Marchandes de volailles Vers 1580 Huile sur toile, 114 x 152,5 cm Florence, Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi © Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi

Le « jeune garçon mordu par un lézard[4] » de Caravage est acquis en 1928 par Longhi. La peinture est sans nul doute le chef-d’œuvre de la collection. Caravage se forme en 1584 et 1592 dans l’atelier Simone Peterzano (1540 – 1596), peintre lombard du maniérisme tardif et élève de Titien. L’œuvre est exécutée vers 1596-97, au cours des premières années romaines de l’artiste, au moment où il séjourne chez le Cavalier d’Arpin. La période est difficile pour Caravage qui se consacre à la réalisation de tableaux non pas à la demande d’un commanditaire comme ce sera le cas par la suite, mais pour les vendre directement. Le garçon, vêtu à l’antique, est figuré avec des traits androgynes. Il s’agit d’un tableau sur le saisissement, le moment où le sens physique s’empare du corps. Caravage réalise ici un instantané, une manière de suspendre du temps qui apparait alors comme une nouveauté. L’œuvre sera considérée comme impudique en raison de sa charge sexuelle. Enfin, le morceau de nature morte est d’une exécution époustouflante. En regard est présenté un dessin de Longhi d’après la peinture originale.

Orazio Borgianni Déploration sur le Christ mort Vers 1615 Huile sur toile, 73,8 x 90,3 cm Florence, Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi © Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi

L’exposition se poursuit avec les suiveurs de Caravage que Longhi a beaucoup étudiés. Contrairement aux peintres de son temps, Caravage n’a pas fait école, n’a eu ni atelier, ni fabrique. Pourtant, les artistes viennent de toute l’Europe pour se nourrir de l’art de l’inventeur du clair-obscur juste après sa mort. Orazio Borgianni (1574 – 1616) développe, dans ses dernières années au cours de la deuxième décennie du XVIIème siècle, un caravagisme très intimiste dans ses toiles. Sa « lamentation sur le Christ mort », d’une grande charge émotionnelle – le fort contraste de clair-obscur rend la scène très dramatique –, est à mettre en lien avec la « Pietà » de Mantegna dans la vision fortement raccourcie du corps du Christ mort. Carlo Saraceni (1578 – 1620), vénitien installé à Rome dès 1598, se forme auprès de l’artiste originaire de Francfort Adam Elsheimer, l’un des grands maitres de la peinture de paysage au XVIIème siècle. Son « Moïse sauvé des eaux », peint vers 1608, est très influencé par son maitre et par l’héritage vénitien. Après la mort d’Elsheimer en 1610, son travail prend une manière très caravagesque comme le montre sa « Judith avec la tête d’Holopherne »,exécutée autour de 1618, que l’on peut rapprocher du tableau sur le même thème du Caravage, mais qui s’en distingue par la représentation inattendue et crue de la servante maintenant le sac ouvert en le mordant de sa bouche. Le traitement de la lumière ajoute une valeur dramatique à la scène.

Carlo Saraceni Judith avec la tête d’Holopherne Vers 1618 Huile sur toile, 95,8 x 77,3 cm Florence, Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi © Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi

Le peintre espagnol Jusepe de Ribera (1591 – 1652) s’installe à Rome alors qu’il est encore adolescent. Il est ensuite présent à Naples où il conduit des recherches luministes du vivant de Caravage. La série de dix apôtres (1606 – 1612), dont cinq sont conservés dans la collection Longhi, est exécutée durant sa jeunesse romaine, avant son arrivée à Naples en 1616. Ils étaient attribués jusqu’en 2002 au Maitre du Jugement de Salomon, nommé ainsi par Roberto Longhi en référence au tableau conservé à la Galerie Borghèse à Rome, et qui regroupait un ensemble de peintures de la même facture, s’avérant correspondre à la période romaine de Ribera. Son évolution stylistique, marquée par un éclaircissement de sa palette, influence grandement le développement de la peinture napolitaine au XVIIème siècle.

Valentin de Boulogne Reniement de Pierre Vers 1615-1617 Huile sur toile, 171,5 x 241 cm Florence, Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi © Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi

« Le reniement de Saint-Pierre » (v. 1615-17), l’un des chefs-d’œuvre de Valentin de Boulogne (1591 – 1632), le plus célèbre des caravagesques français, est un sujet très prisé par les peintres du mouvement. La pénombre dans laquelle la scène est plongée est une référence explicite à « la vocation de Saint-Matthieu »de Caravage, conservée à l’église Saint-Louis-des-Français à Rome.  La composition s’inspire, elle, du « reniement de Saint-Pierre » peint en 1615 par Jusepe de Ribera, œuvre contemporaine des cinq apôtres de la collection Longhi. Le thème biblique se transforme ici en scène de taverne, comme souvent à l’époque. Les artistes du nord présents à Rome ont le goût du détail. Le premier d’entre eux, qui va introduire le caravagisme aux Pays-Bas, se nomme Hendrick Ter Brugghen. Il séjourne à Rome de 1604 à 1614. Dirck Van Baburen (1594 – 1624) singularise ses personnages jusqu’à la caricature parfois. On retrouve ce goût très prononcé pour le grotesque chez Matthias Stomer (1600 – 1649) qui se rend à Rome autour de 1630. La toile « Annonce de la naissance de Samson à Manoach et à son épouse », baignée d’une lumière qui se veut clairement divine, accuse une composition dramatique et théâtrale.

Matthias Stomer (ou Stom) Annonce de la naissance de Samson à Manoach et à sa femme Vers 1630-1632 Huile sur toile, 99 x 124,8 cm Florence, Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi © Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi

Le caravagisme tardif perdure dans la seconde moitié du XVIIème siècle. La peinture « Laban promet à Jacob la main de Rachel » que Giovanni Andrea De Ferrari (1598 – 1669) exécute autour de 1655-65 en est le parfait exemple. Formé dans l’atelier de Bernardo Castello puis dans celui de Bernardo Stozzi, il subit l’influence du maniérisme tardif avant de gagner une certaine liberté picturale sous l’influence de Rubens et Van Dyck. Longhi apprécie ses œuvres pour leur « ton naturaliste amplifié dans un sens baroque, mais restant toujours simple, très humain[5] ». Mattia Preti (1613 – 1699), « troisième génie de la peinture du XVIIème siècle italien[6] » d’après Roberto Longhi, peint « Suzanne et le vieillards » vers 1656-59. Chef-d’œuvre de la collection avec le « garçon mordu par un lézard » de Caravage, le tableau est l’un des nus les plus admirés du Seicento. La leçon caravagesque s’enrichit ici d’une nouvelle expression baroque.

Mattia Preti Suzanne et les vieillards Vers 1656-1659 Huile sur toile, 120 x 170 cm Florence, Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi © Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi

Lorsque Roberto Longhi choisit d’étudier Caravage, l’artiste est l’un des moins connus de l’art italien. Porté par une formidable intuition, l’historien de l’art comprend aussitôt l’ampleur radicale et novatrice de sa peinture. L’exposition qu’il organise à Milan en 1951 connait un succès public immédiat et contribue à la construction iconique du peintre, mondialement reconnu aujourd’hui. Un tel rassemblement de chefs-d’œuvre ne s’est jamais reproduit depuis. Longhi avait même réussit à obtenir, fait exceptionnel, les prêts des tableaux de la chapelle Contarelli à Saint-Louis-des-Français. Les années qui suivirent la manifestation sont pourtant marquées par d’innombrables réactions. « Les interventions et les débats dans la presse, d’un caractère polémique marqué, firent émerger deux positions relatives au catalogue de l’artiste, celle des “restrictionnistes” et celle des “expansionnistes”[7] » écrit Mina Gregori dans le catalogue de l’exposition. A vrai dire, Longhi, chercheur extrêmement moderne, très libre, qui aimait se confronter à la réalité des tableaux, apparait bien seul dans le camp « expansionniste ».

[1] Maria Cristina Bandera, « Caravage et les peintres caravagesques dans la collection de Roberto Longhi », in L’école du regard. Caravage et les peintres caravagesques dans la collection Roberto Longhi, catalogue de l’exposition éponyme qui s’est tenue au musée des beaux-arts de Caen du 29 mai au 17 octobre 2021.

[2] « La flagellation » dit aussi « Christ à la Colonne » de Caravage fut acquis par le musée des Beaux-Arts de Rouen en 1955. Il était alors attribué de longue date à Matia Pretti (1613 – 1699) surnommé Il Cavaliere Calabrese. Ce n’est qu’en 1959 que sa véritable attribution fut majoritairement admise, grâce à l’expertise de Roberto Longhi.

[3] Reproduit dans Maria Cristina Bandera, op. cit.

[4] Une seconde version du tableau, autographe mais plus tardive, est conservée à la National Gallery de Londres.

[5] Note manuscrite conservée dans les archives de la Fondazione Longhi, citée dans A. Boschetto (dir.), La colleczione Roberto Longhi, Florence, 1971, tav. 115.

[6] Après Caravage et Battistello Caracciolo, tel que Roberto Longhi le définie dans son essai, Mattia Preti (Critica figurativa pura), La Voce, 1913.

[7] Mina Gregori, « Caravage dans le parcours critique de Roberto Longhi », in L’école du regard. Caravage et les peintres caravagesques dans la collection Roberto Longhi, catalogue de l’exposition éponyme qui s’est tenue au musée des beaux-arts de Caen du 29 mai au 17 octobre 2021.

Jusepe de Ribera Saint Thomas Vers 1612 Huile sur toile, 126 x 97 cm Florence, Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi © Fondazione di Studi di Storia dell'Arte Roberto Longhi

« L'école du regard. Caravage et les peintres caravagesques dans la collection de Roberto Longhi » - Commissariat scientifique : Maria Cristina Bandera, directrice scientifique de la Fondation Roberto Longhi. Commissariat pour le musée des Beaux-Arts de Caen : Caroline Joubert, conservatrice en chef. Direction : Emmanuelle Delapierre, conservatrice en chef. Organisation : Civita Mostre e Musei S.p.A., musée des Beaux-Arts de Caen.

Catalogue : L’École du regard. Caravage et les peintres caravagesques dans la collection Roberto Longhi, 2021, Venise, Marsilio Editori, 128 pages, textes de Maria Cristina Bandera et Mina Gregori

Jusqu'au 17 octobre 2021 - Du mardi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h, les weekends et jours fériés de 11h à 18h.

Musée des Beaux-Arts de Caen
Le château
14 000 Caen

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE