guillaume lasserre
Travailleur du texte
Abonné·e de Mediapart

296 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mai 2022

« The interrogation » ou la mélancolie du combat

Des interrogations d’Édouard Louis nées de la collaboration avec Milo Rau qui conduiront le jeune auteur à renoncer à la scène, surgit un spectacle intérieur, une mise en abîme permanente. De la petite forme émane un grand spectacle porté par le comédien Arne de Tremerie dont la ressemblance confondante avec l'écrivain renforce un peu plus le sentiment troublant d'être entre fiction et réalité.

guillaume lasserre
Travailleur du texte
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

The interrogation © Photo Michiel Devijver

« Cher Milo, je suis désolé́ d’avoir pris autant de temps pour te répondre, mais il fallait que je réfléchisse. Je voulais être sûr de ma réponse, mais je ne le suis toujours pas, alors, plutôt que de te répondre, je vais partager avec toi les questions que je me pose ». Ces premiers mots sont ceux de la lettre adressée à Milo Rau par Édouard Louis en réponse à sa proposition de remonter sur scène quelques semaines après ses débuts dans son propre texte « Qui a tué mon père » mis en scène par Thomas Ostermeier. Ceux sont aussi les premiers mots de « The interrogation », le spectacle à la mise en scène minimaliste né du renoncement du jeune auteur à jouer à nouveau, un spectacle intérieur qui évoque le doute et l’échec. Sur la scène côté jardin, un jeune homme, assis dans l’ombre au pied d’un banc, regarde le grand écran central sur lequel Édouard Louis lit lui-même la lettre qu’il adresse au metteur en scène suisse. À la fin de la lecture, le jeune homme se lève, ramasse son sac à dos et traverse le plateau pour rejoindre la caméra côté cour devant laquelle il s’installe, prenant la place de l’écrivain sur l’immense écran, l’incarnant, devenant son double scénique. Dans ce monologue formidablement porté par le comédien flamand Arne de Tremerie[1] dont la ressemblance tant physique que mimétique avec Édouard Louis participe un peu plus du trouble qui émane de la pièce, la permanence de la mise en abime est vertigineuse. Celle d’Édouard Louis lui-même tout d’abord qui, en tant qu’écrivain, interroge sa propre vie pour comprendre son époque. Il en va de même dans la pièce qui, en revisitant ses différents ouvrages par fragments, continue de questionner le monde mais constitue également un premier retour public de l’auteur sur son travail, baignant la pièce d’une certaine mélancolie que vient renforcer le constat d’échec. La pièce est ainsi traversée par le doute qui s’incarne aussi dans des moments introspectifs où le comédien sur la scène reproduit les faits et gestes de l’écrivain sur l’écran, une autre façon de mettre en abime. L’adresse au public, régulière et souvent drôle, en est encore une autre.

« L’urgence du silence »

« Je suis ici sur scène et je ne veux pas être ici. Je suis fatigué de cette éternelle recherche de présence, de liberté, de moi-même » confesse l’auteur. La pièce interroge l’art en tant qu’échappatoire à sa propre histoire. Il est ici l’aveu d’une émancipation ratée : « Je réalise que la vie d’acteur n’est pas la vie rêvée que je m’attendais ». Pour Édouard Louis, le constat est d’autant plus cruel que les liens qu’il entretient avec le théâtre remontent à l’enfance et avaient été jusque-là libératoires. C’est le théâtre qui lui a en effet permis de quitter son village lorsque, sur les conseils de sa professeure de français, il s’inscrit en classe de seconde option théâtre à Amiens. Sur scène où il est admiré, il n'est alors plus l’homosexuel qui était raillé et humilié à l’école. Il lui doit aussi sa rencontre avec la littérature et, indirectement, avec le sociologue Didier Eribon, son futur enseignant dont il restera très proche, et son installation à Paris. Le constat d’échec ébranle à ce point l’auteur que le spectacle, dans sa première mouture, est annulé à seulement quelques jours de la première prévue en mai 2021 au théâtre Varia à Bruxelles à l’occasion du Kunstenfestivaldesarts. Dans celle-ci, Édouard Louis, seul en scène, évoque lui-même son expérience, à la fois les conditions de la libération de la violence et l’impossibilité de le faire. La vraie violence est de réaliser qu’on ne peut y échapper. Il faut accepter la défaite, l’impossible abolition de la violence. « Le théâtre, l’art, la littérature, et le mouvement social que je vois comme intimement lié à l’art, essaient de donner leur propre narration sur le réel, contre les narrations qui nous sont imposées par l’État, la famille, la police, et nous donnent la possibilité d’échapper aux visions imposées et de récréer pour chacun sa propre narration, via la littérature. Mais il est impossible de s’en détacher totalement[2] » précise Édouard Louis. Naît alors un second spectacle joué par un comédien qui serait l’incarnation de l’auteur, conformément à la recommandation indiquée dans sa lettre : « D’autres personnes que moi seraient sur scène. Mais pas moi », actant ainsi la fin de sa carrière d’acteur de théâtre. « Ton spectacle parlerait de tous les sujets dont on voulait parler » précise-t-il encore.

« La chaleur des projecteurs sur le visage »

Milo Rau et Édouard Louis se connaissent et apprécient leurs travaux respectifs autour d’un art du réel, le second évoquant ainsi l’œuvre du premier : « Milo Rau fait exploser tous les codes habituels du théâtre. Avec lui, comme il le dit, il ne s’agit pas seulement de représenter le monde, mais de le changer[3] ». Mais c’est à Daniel Blanga Gubbay, l’un des codirecteurs du Kunstenfestivaldesarts, que l’on doit l’initiative de cette collaboration dont l’intention première était de travailler à partir de « En finir avec Eddy Bellegueule »,l’ouvrage qui révéla le jeune auteur. Très vite cependant, le projet s’oriente vers une nouvelle création : « Il y a déjà eu tellement d’adaptations de mes pièces qu’il était tout de suite clair que nous voulions faire quelque chose de complètement nouveau. Une nouvelle pièce qui émerge de notre rencontre [4] » explique Édouard Louis. Les deux artistes co-signent le texte. « Y a-t-il, dans le théâtre, une autre libération, une autre possibilité de réflexion, une autre concrétude (physique) que dans l’écriture[5] ? » Milo Rau pose ainsi la question qui traverse toute la pièce. 

Pièce fragmentaire, méditation profonde sur la force du théâtre, « The interrogation » oscille constamment entre la fiction et la réalité, l’être et le devenir. Elle expose la « méthode Édouard Louis » et la « méthode Milo Rau » pour reprendre les mots de ce dernier. Le théâtre se fait le lieu de la manifestation de la vulnérabilité. « Milo montre le monde tel qu’il est. Il y a une certaine lâcheté à la simple représentation. Il montre sur scène la violence de notre monde, y compris familiale, homophobe, raciste, il dévoile la vérité du corps social[6] » précise encore Édouard Louis. Accepter l’échec. La pièce est un moment en suspens, un temps mort, la nécessité pour Édouard Louis et Milo Rau de décrire la mélancolie du combat lui-même, l’impuissance et le pouvoir de l’art.

[1] Membre du NTGent global ensemble que Milo Rau dirige.

[2] Guy Duplat, « Édouard Louis : La mélancolie devant la "mauvaiseté" du monde », La libre Belgique, 6 mai 2021, https://www.lalibre.be/archives-journal/2021/05/06/Édouard-louis-la-melancolie-devant-la-mauvaisete-du-monde-BY6GRWXPPVFUJDL4J5W77O4YKA/ Consulté le 19 mai 2022.

[3] Ibid.

[4] Discussion d’Édouard Louis & Milo Rau sur l’art, la libération et l’esthétique de la mélancolie, menée par Carmen Hornbostel, dramaturge en mai 2021, reproduit dans le dossier de presse de « The interrogation », La Colline – Théâtre national, du 18 au 24 mai 2022.

[5] Ibid.

[6] Guy Duplat, op. cit.

The interrogation © Photo Tuong-Vi Nguyen

THE INTERROGATION - texte Édouard Louis et Milo Rau, mise en scène Milo Rau, avec Arne De Tremerie, dramaturgie Carmen Hornbostel, lumières Ulrich Kellermann, assistant à la mise en scène Giacomo Bisordi, direction technique Jens Baudisch, direction de production Mascha Euchner – Martinez, traduction Erik Borgman et Kaatje De Geest, production International Institut of Political Murder (lIPM)– commande pour le Kunstenfestivaldesarts, coproduction NTGent en coopération avec ITA – International Theatre Amsterdam & NTGen

Du 18 au 24 mai 2022,

La Colline - Théâtre national
15, rue Malte Brun
75 020 Paris

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel