guillaume lasserre
Travailleur du texte
Abonné·e de Mediapart

289 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 janv. 2022

Stallone ou le désir de vivre

Le Théâtre du Petit Saint-Martin à Paris accueille « Stallone », formidable récit conté de façon lumineuse par Clotilde Hesme avec la complicité du comédien musicien Pascal Sangla. En adaptant la nouvelle d'Emmanuèle Bernheim, Fabien Gorgeart interroge l’influence de la création artistique sur nos vies et fait de la figure de Stallone un lien possible entre le cinéma et le théâtre.

guillaume lasserre
Travailleur du texte
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Huma Rosentalski

Lorsque retentit l’air de « Eye of the tiger » du groupe éphémère Survivor qui accompagne le générique de fin du film, Lise, 25 ans, est incapable de bouger de son fauteuil. Alors que son petit ami a déjà quitté la salle de cinéma, les spectateurs se trouvant sur sa rangée doivent l’enjamber littéralement. Elle est fascinée, hypnotisée. « Rocky 3 » est le premier film avec Sylvester Stallone qu’elle voit. L’acteur hollywoodien se confond avec le personnage qu’il incarne. Tous deux vont entrer dans sa vie et la bouleverser de façon radicale. L’histoire d’un boxeur qui, devenu champion du monde, se laisse aller et perd son titre avant de se reprendre en main et de le reconquérir, va agir sur Lise comme un déclic. Elle prend conscience de sa vie ordinaire et décide de retourner à ses études de médecine qu’elle avait abandonnées après les deux premières années, les plus dures, pour gagner son indépendance et s’en aller de l’appartement familial.  Elle quitte son mec, son boulot, s’installe dans un studio et jure de voir tous les films de Sylvester Stallone. Telle Rocky Balboa, elle ne cesse de s’entrainer, travaille dur. Rigoureuse, elle enchaine bientôt les gardes et se mettra même à la boxe comme échappatoire à la médecine qui constitue toute sa vie. C’est là, dans la salle de sport, qu’elle rencontre son futur mari, non pas boxeur mais talentueux miroitier venu changer une glace fendue. Ils s’aiment, se marient juste après que Lise a terminé ses études et est devenue médecin. Ils auront deux enfants. Parce que Stallone a transformé sa vie, elle lui voue une reconnaissance éternelle.

© Huma Rosentalski

Ce que peut provoquer une œuvre d’art

« Stallone » est la première mise en scène théâtrale de Fabien Gorgeart. Si son travail relève du domaine cinématographique depuis une vingtaine d’années, le spectacle vivant ne lui est pas étranger pour autant. Juste après le lycée, il met en scène au théâtre le spectacle « City Silence » qui rend hommage au cinéma burlesque, sa passion d’alors. Joël Pommerat, dont il a eu l’occasion d’observer le travail lors d’une résidence d’artiste, l’influence durablement. Il rencontre Clotilde Hesme en 2013 sur un court-métrage et imagine pour elle le personnage principal de « Diane a les épaules », son premier long-métrage tourné en 2016. De leur complicité, naît l’envie de monter « Stallone » au théâtre. Le metteur en scène et la comédienne ont en commun d’avoir été profondément touchés par l’œuvre littéraire d’Emmanuèle Bernheim, en particulier par la nouvelle de laquelle est tirée la pièce. L’autrice, disparue en 2017, expliquait le choix de « Rocky 3 » ainsi : « Quand j'ai vu ce film, à sa sortie, il m'a profondément touchée. À cette époque, je travaillais aux Cahiers du Cinéma, non pas comme critique mais comme responsable des archives photographiques. Serge Daney a essayé de me pousser à écrire sur ce film. Je ne l'ai pas fait. J'en aurais été totalement incapable. Je n'étais pas critique, et en 1983, je n'avais encore rien écrit[1] » avant de poursuivre : « Mais quand l'année dernière[2], Le Monde m'a demandé une nouvelle pour l'été, j'ai presque tout de suite repensé à Rocky 3 ». La pièce doit sa formidable vitalité à son héroïne, Lise, à la fois personnage central et narratrice de sa propre histoire, magnifiquement incarnée par Clotilde Hesme qui, avec pour seul accessoire un micro sur pied, parvient à transmettre l'incandescence du personnage. Elle partage la scène avec Pascal Sangla, compositeur, pianiste et comédien, instituant un dialogue musico-verbal. Assis à sa table de mixage, il performera, en plus de la création sonore qu’il interprète en direct et à vue, tous les rôles, hommes et femmes, avec lesquels le personnage de Lise interagit. La pièce se termine sur un choc d’autant plus vertigineux qu’il est soudain et totalement inattendu. Un effet de sidération envahit le public, un sentiment de vide. La fin de l’histoire de Lise se confond tragiquement avec celle de son autrice. La nostalgie assumée de la contre-culture pop des années quatre-vingt devient alors celle des souvenirs, de la légèreté et du rire, celle du temps de sa présence.

Avec Fabien Gorgeart, « nous cherchions depuis un moment un texte qui me donne profondément envie d’aller sur scène. Stallone s’est imposé comme une évidence ; il y avait en lui tout ce que nous souhaitions transmettre sur un plateau[3] » explique Clotilde Hesme. « Le texte parle de cette question fondamentale : que fait-on de ce temps qui nous est donné, avant que ça ne se termine[4] ? » précise-t-elle encore. C’est aussi l’occasion pour la comédienne d’incarner une figure de femme puissante et libre dans la lignée du personnage qu’elle interprétait dans « Diane a les épaules ». La figure de Stallone représente ici un lien possible entre cinéma et théâtre. « Notre rapport au visage de Stallone change de statut au cours du spectacle[5] » précise Fabien Gorgeart. « Icône de la culture populaire, il devient le reflet extatique de la pulsion de vie de Lise. Lui aussi, il finit par nous émouvoir ». Battre fort, vivre vite et intensément, « Stallone », récit bouillonnant d’une obsession, fait de la vie une performance. Dans cette comédie construite comme un drame, l’envie de se battre touche à quelque chose de primordial. De l’influence d’une œuvre d’art populaire dans la construction de la vie d’une femme jaillit un formidable désir de vivre.

© Huma Rosentalski

[1] Rencontre avec Emmanuèle Bernheim à l'occasion de la parution de Stallone, https://www.gallimard.fr/catalog/entretiens/01041891.htm Consulté le 22 janvier 2021.

[2] Nouvelle commandée par Le Monde et publiée dans le journal en 2003.

[3] Mélanie Drouère, Entretien Fabien Gorgeart et Clotilde Hesme, avril 2019.

[4] Ibid.

[5] Fabien Gorgeart dans le dossier de presse de « Stallone », Théâtre du Petit Saint-Martin.

STALLONE - Texte Emmanuèle Bernheim. Conception Fabien Gorgeart, Clotilde Hesme, Pascal Sangla. Avec Clotilde Hesme et Pascal Sangla. Création sonore et musique live Pascal Sangla Lumière Thomas Veyssière. Assistanat à la mise en scène Aurélie Barrin. Production déléguée : CENTQUATRE-PARIS. Coproduction : Festival d’Automne à Paris, Théâtre Sorano – Toulouse. Avec le soutien initial de l’Adami et de GoGoGo films. Ce spectacle est en tournée avec le CENTQUATRE ON THE ROAD. Remerciements : Marie Collin, José-Manuel Gonçalvès, Serge Toubiana, Sébastien Bournac, Céline Gaudier, Cyril Gomez-Mathieu, Lucie Blain, Elisabeth Tanner, GoGoGo Films, Carine Ruszniewski, Louise Bansard, Coralie Diaz, Olivier Karila, Le collectif Le Bouillon, Raphaël Pfeiffer, Eponine Momenceau, Élodie Martin, Thibaut Demoor, Antoni Banasiak, Damien Maestraggi, Isabelle Buffetaut, Estelle Marratche, Marc Wilhelm, Marco Cohen, Le collectif « Groupe LAPS ». D’après Stallone d’Emmanuèle Bernheim publié aux Éditions Gallimard. Spectacle créé le 2 oct. 2019 au Théâtre Sorano, Toulouse

Du 4 janvier au 26 février 2022 à 19h, 

Théâtre du Petit Saint-Martin
17 rue René Boulanger 75 010 Paris

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier